Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

Les religions au Xème siècle en Asie centrale décryptées par Frantz Grenet Novastan | La coexistence religieuse au Xème siècle en Asie centrale, un foisonnement
Asie centrale Religion Manichéisme Christianisme Islam Christianisme

La coexistence religieuse au Xème siècle en Asie centrale, un foisonnement

Religion majoritaire en Asie centrale, l’islam a connu des développements distincts dans la région autour du Xème siècle. Frantz Grenet, historien français et spécialiste du sujet, a pu détailler dans une conférence la mosaïque de religions, alliant culture et histoire sur la coexistence religieuse en Asie centrale.

Aujourd’hui majoritairement musulmane, l’Asie centrale a connu dans les années 1000 une coexistence religieuse importante, mêlant de nombreuses religions différentes. Pour en parler, l’historien français Frantz Grenet, spécialisé sur la région, a tenu une conférence en ligne le 2 mars dernier en collaboration avec le centre d’étude sur l’Asie centrale de l’Université d’Indiana.

Dans une ambiance joviale interrompue quelque fois par les aléas d’une conférence à distance, Frantz Grenet a décrit les années 1000 sur le plan religieux. Ce siècle est pour l’islam en Asie centrale une période de consolidation, tout en devant compter sur des chrétiens, des juifs, des manichéens et des zoroastriens. S’appuyant sur ses propres travaux ainsi que sur ceux de ses confrères, l’historien français a permis aux participants de comprendre un sujet complexe et peu connu.

Une mosaïque de religions

Frantz Grenet a d’abord parlé des siècles précédents le Xème. Trois siècles avant l’apparition de l’islam au VIIIème siècle dans la région, les autres religions faisaient preuve « d’une surprenante vitalité », a décrit le chercheur. La religion juive serait arrivée en première au Vème siècle avant J.-C. Toutefois, le conférencier précise qu’il y a peu de données qui permettent d’affirmer une arrivée plus ancienne. Leur présence est liée à l’empire achéménide (559-330 avant J.-C.) allant de l’actuelle Lybie jusqu’au Pakistan. La Babylonie (1894 avant J.-C. – Ier siècle), région située en Irak, concentrait une forte communauté juive qui se disperse en Asie centrale, notamment à Samarcande.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

Pendant longtemps, la présence de cette religion n’est pas évidente. Néanmoins, des documents du XIème siècle permettent d’affirmer l’intégration des Juifs au sein des instances de pouvoir en Afghanistan tandis que l’aristocratie turque du Kazakhstan fait du judaïsme la religion d’Etat. Il occupe donc une place importante en Asie centrale, tout comme le manichéisme.

Lire aussi sur Novastan : Khwarezm et Boukhara deux foyers anciens des juifs d’Asie-centrale

Le manichéisme apparait au IIIème siècle avec l’arrivée des Sassanides (224-651) en Sogdiane, nom ancien de l’actuelle Asie centrale. Ces derniers vont diffuser leur croyance dans la région, comme en témoigne les monastères de Bactriane et Samarcande. Cette dernière est un carrefour religieux et acquiert un rôle proéminent pour l’ensemble des religions évoquées dans la conférence.

Le manichéisme pénètre en Chine à partir du Vème siècle dans le Xinjiang, créant un axe Samarcande-Tourfan. C’est à proximité de cette ville, dans l’ancienne capitale d’un royaume ouïghour à Qocho, qu’ont été retrouvé des enluminures manichéennes. Elles reposent aujourd’hui à Berlin. La religion manichéenne est un syncrétisme entre l’influence de l’islam, du bouddhisme ou encore du christianisme. Son apparition et son développement est donc fortement corrélées avec ces dernières.

Un islam qui tend à remplacer les autres religions

Arrivé en même temps que le manichéisme, le christianisme se développe lentement. Les vestiges d’une église datant du VIIIème siècle ont été retrouvés à 30 kilomètres de Samarcande, dans la ville d’Ourgout. La communauté chrétienne s’est ensuite étendue en Chine puis jusqu’en Mongolie. En parallèle du christianisme se tient le zoroastrisme qui se développe aussi avec l’arrivée des Sassanides. Selon les nombreuses archives, ces pratiquants menaient une vie discrète tout en développant des techniques d’irrigation pour l’agriculture.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

De son côté, l’islam se répand en Asie centrale avec les conquérants arabes à partir du VIIIème siècle dans l’actuel Ouzbékistan et Kirghizstan. Cependant, la religion était déjà présente auparavant avec la diffusion du commerce.

L’islam vient peu à peu remplacer les autres religions mais ces dernières restent tolérées. Une nouvelle fois, Samarcande conserve un rôle important dans l’expansion de la religion en devenant un important centre de production de papier. L’année 1000 représente une période de consolidation de l’islam tout en continuant de s’étendre en Inde et dans l’actuel Pakistan. Cette période est surnommée la « seconde conquête ».

Lire aussi sur Novastan : L’Asie centrale cœur historique du monde musulman

Michel Tardieu, collègue de Frantz Grenet, indique que cette époque s’apparente à « un chemin de fer de paix religieuse » soulignant ainsi le vivre-ensemble. Cependant, un point important a été souligné par Frantz Grenet : l’archéologie donne seulement une impression tandis qu’il est très compliqué de quantifier les populations d’antan.

Mathis Puyo
Rédacteur pour Novastan

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *