Aide Humanitaire Asie centrale Tadjikistan Ouzbékistan Kazakhstan Kirghizstan Coronavirus Covid-19

[Newsletter] Les pays centrasiatiques s’entraident face au coronavirus

Mots-clefs

Vous trouverez ci-dessous une reproduction de notre newsletter hebdomadaire du 27 avril 2020, envoyée gratuitement tous les lundis. Si vous souhaitez la recevoir directement dans votre boîte mail, inscrivez-vous ici. En attendant, bonne lecture !

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Cette newsletter est dédiée à l’Asie centrale. Chaque semaine, nous vous résumons les différentes actualités de la région, tout en vous proposant les articles écrits par la rédaction. Une question, une remarque, une envie ? Envoyez-nous un mail à novastan.france@novastan.org

Les 3 infos à ne pas manquer

Les pays d’Asie centrale se livrent de l’aide humanitaire mutuellement. Les plus riches de la région (Ouzbékistan, Kazakhstan) aident les autres pour faire face au coronavirus. Malgré de frontières de plus en plus fermées.

Le Tadjikistan est-il vraiment épargné par le coronavirus ? Le pays est l’un des derniers au monde à affirmer qu’il ne compte aucun cas sur son sol. Mais sur place, des morts suspectes laissent planer le doute. Notre article depuis Douchanbé, la capitale tadjike.

Le Ramadan a débuté le 24 avril en Asie centrale, sous confinement. Au Kirghizstan notamment, où les autorités religieuses ont tardé à suivre le gouvernement, le Ramadan se déroulera sous quarantaine. Au Tadjikistan à l’inverse, le président laisse la porte ouverte à un report du jeûne pour préserver son immunité.

Le décryptage de Novastan

Des dizaines de milliards pour l’Asie centrale : les institutions financières internationales mettent le paquet face à la crise

Les institutions financières internationales sont au point de déverser dans l’empressement des dizaines de milliards de dollars en Asie centrale pour les aider à faire face à la crise du coronavirus. La situation est en effet des plus sérieuses, avec une crise économique d’une ampleur sans précédent depuis les indépendances en 1991. Le cours habituel des politiques de l’ensemble des pays de la région est bouleversé par cette crise, et se forgent en ce moment les décisions qui traceront les évolutions économiques et politiques des prochaines décennies. Les Institutions financières internationales (IFI), telles que la Banque mondiale ou la Banque asiatique de développement, jouent le rôle de pompier financier de cette crise pour les pays d’Asie centrale, permettant à leur gouvernement de remplir le trou économique laissé par les mesures de confinement mais aussi par le ralentissement des échanges internationaux actuel et futur.

Cependant, cette « aide » n’en est pas une, puisqu’il s’agit de prêts qu’il s’agira ensuite de rembourser. Souvent conditionnés à des réformes de profondeur, ces prêts pourraient voir des pays comme le Kazakhstan ou le Tadjikistan devoir changer en profondeur leurs politiques publiques actuelles et dans les décennies à venir pour recevoir cet argent dont ils ont aujourd’hui désespérément besoin. Novastan tente de décrypter ce que cette valse de milliards sur une musique de crise peut vouloir dire pour l’avenir de l’Asie centrale.

—————————-

Ces deux paragraphes ne sont que le début de notre décryptage hebdomadaire réservé à nos soutiens, envoyé tous les mardis matins directement dans leur boîte mail. Pour le recevoir dans votre boîte, vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois. Pour en savoir plus sur notre philosophie, nous vous avons tout expliqué par ici. Une question, une demande ? Notre email : novastan.france@novastan.org

Nos décryptages des semaines précédentes : 

Le Kazakhstan vient en aide à ses citoyens touchés par le coronavirus

Pénurie et trafic de nourriture : la sécurité alimentaire menacée en Asie centrale ?

Pourquoi le Turkménistan est-il la cible de tant de fake news ?  (en accès libre)

Notre photo de la semaine

Modernisation Kazakhstan

Dans le Sud du Kazakhstan, les nomades modernisent leurs modes de vie en abandonnant les yourtes au profit de roulottes. Plus d’infos par ici.

Dans le reste de l’actu

La crise du coronavirus, “une chance” pour l’intégration régionale, estime Catherine Poujol. Nous avons interviewé la directrice de l’Institut français d’études sur l’Asie centrale sur l’évolution de la situation du point de vue de la recherche. La chercheuse parle d’une nouvelle ère.

Le Kirghizstan évoqué dans un rapport de la Banque mondiale sur l’appropriation de l’aide étrangère par les élites. Bichkek est bénéficiaire de bourses et d’aides attribuées par l’institution et est suspecté d’avoir transféré une partie de cette aide sur des comptes offshore. 

Cédric Gras sur les traces de l’alpinisme soviétique en Asie centrale. Avec un film « Vers les Monts célestes » et un livre « Alpinistes de Staline », l’écrivain voyageur emmène le spectateur et le lecteur de Boukhara, en Ouzbékistan, au cœur des montagnes du Kirghizstan. Interview.

Coronavirus, droits des femmes et libéralisation du coton : mars en Asie centrale. Notre résumé de l’actualité de mars 2020 est par ici.

ESOL, l’association française qui aide la jeunesse du Tadjikistan. Créée par deux étudiants en 2018, ESOL développe des projets en faveur de la jeunesse tadjike. Novastan a interviewé sa présidente, Victoire Nguyen-Rouault.

Le Kirghizstan pourrait perdre la totalité de ses forêts d’ici à 150 ans. Confronté à des coupes claires beaucoup plus importantes que le reboisement, le Kirghizstan risque de perdre ses forêts d’ici cinq à six générations.

Le fils du président tadjik devient numéro 2 de l’Etat. Le maire de Douchanbé et fils du président tadjik Rustam Emomali a été élu le 17 avril président du Sénat. Il passe pour le successeur vraisemblable de son père aux fonctions présidentielles.

Dans notre ciné centrasiatique cette semaine : Igla, avec le mythique Viktor Tsoï. Ce film majeur, très rock-n-roll, se veut une dénonciation du problème de la drogue en Asie centrale soviétique à la fin des années 1980. 

L’Asie centrale derrière l’objectif de … Irina Unruh. Toutes les deux semaines, nous vous présentons un-e photographe centrasiatique. Avec Irina Unruh, découvrez des portraits de femmes à tomber.

Coran, Hitchcock et musique traditionnelle kazakhe : plongée dans l’univers du rappeur Maslo Chernogo Tmina. Avec Kensshi, sorti en juillet 2019, le rappeur kazakh signe un album profondément novateur. Portrait d’un musicien aux influences éclectiques, qui font de lui un des artistes centrasiatiques à suivre dans les prochaines années.

L’Ouzbékistan a démantelé l’un de ses réacteurs de recherche datant de l’ère soviétique. C’est une nouvelle page qui montre la transition en cours en Ouzbékistan sur le nucléaire : tournant le dos aux installations de la Guerre froide, il place un nouveau nucléaire civil au cœur de ses plans de développement.

Khwarezm et Boukhara, deux foyers anciens des Juifs d’Asie centrale. Alors que l’histoire générale des Juifs est relativement connue, celle de leur implantation en Asie centrale l’est beaucoup moins.

La Timuride, 30 ans de mise en valeur de la culture ouzbèke en France. Frédérique Beaupertuis-Bressand, présidente de l’association française, est passionnée par l’Ouzbékistan et plus particulièrement par la période timouride, lorsque Samarcande était la capitale d’un immense empire. Rencontre.

Au Turkménistan, des prisonniers politiques restent emprisonnés malgré la fin de leur peine. 20 ans après l’abolition de la peine de mort dans le pays, le nombre des prisonniers politiques augmente. Pour certains, on ne sait même pas s’ils sont en vie.

2010-2019 en Ouzbékistan, retour sur une décennie mouvementée. Pour mieux comprendre l’Ouzbékistan d’aujourd’hui, passage en revue des évènements marquants de la décennie passée.

Un village russe nommé Turkmène. Exemple typique d’une vie rurale tranquille, il est aussi le témoin de la présence passée des ouvriers et usines turkmènes en Russie.

Almaty dans les années 2000, en photos. À quoi ressemblait l’ancienne capitale du Kazakhstan, entre 2000 et 2010 ? Un photographe kazakh a fait une petite rétrospective. 

…chez Novastan France

Novastan officiellement reconnu comme média en France. Durant sa séance de mars 2020, la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP) a reconnu Novastan France comme un service de presse en ligne, au titre de l’information politique et générale. Une nouvelle étape pour notre projet !

Novastan choisit l’abonnement. D’ici à l’été 2020, nous avons comme objectif de mettre en place un abonnement ciblé qui permettra au projet de se professionnaliser. Tous les détails par ici.

Envie de nous aider ? Novastan recherche des traducteurs, des rédacteurs et des éditeurs. Tous les moyens de contribuer à notre projet côté rédaction sont expliqués par ici. Si vous souhaitez nous aider sur le côté associatif, nous essayons d’organiser des évènements, festifs ou non. Les détails par ici.

Novastan est le seul média franco-allemand sur l’Asie centrale. Pour soutenir notre indépendance, devenez membre de la communauté Novastan ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois. Cela permet à Novastan de se professionnaliser tout en renforçant une communauté autour de l’Asie centrale en France et en Europe. Tous les détails se trouvent ici.

La rédaction

Merci de nous avoir lu jusqu’au bout ! Rendez-vous dès la semaine prochaine pour plus d’informations sur l’Asie centrale. Pour plus d’infos au quotidien, n’hésitez pas à nous suivre sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram ou Telegram.

[alt]
UzA
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *