Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

Malgré un long combat militant, le planétarium de Bichkek reste fermé
Exterieur du planetarium de Bichkek

Malgré un long combat militant, le planétarium de Bichkek reste fermé

La Cour suprême kirghize a tenu la dernière audience concernant l’affaire de la privatisation illégale du planétarium de Bichkek et de son terrain. Plutôt que de voir un jour la destruction du bâtiment, les militants de la ville et la Fondation Nache Pravo souhaitent le restaurer et le rendre public.

Novastan reprend et traduit ici un article publié le 7 novembre 2021 par le média kirghiz Kloop.

Le 2 novembre 2021, la Cour suprême kirghize a confirmé la décision de la Cour administrative : le planétarium de Bichkek restera un territoire privé. Des militants souhaitaient agir contre le Fonds de la propriété de l’État (FOUGI). Selon eux, la privatisation du planétarium serait illégale. Cependant, la décision de la Cour suprême n’est pas susceptible de recours.

À qui appartient le bâtiment ? 

Selon le groupe d’initiative Le planétarium de Bichkek, le Fonds du patrimoine de l’État a vendu le planétarium à plusieurs acquéreurs depuis 1995. Désormais, il appartient aux descendants du député Tchynybaï Toursounbekov, mais le bâtiment reste abandonné.

Batiment du planetarium.

Le bâtiment du planétarium. [alt]
Kloop

En 2018, les militants et la Fondation Nache Pravo ont agi en justice pour faire reconnaître l’illégalité de la vente du planétarium. Le tribunal a finalement refusé d’invalider la privatisation.

Que disent les militants ? 

Bektour Edelweiss, membre du groupe d’initiative Le planétarium de Bichkek, a écrit sur Facebook que depuis cinq ans, les militants faisaient « tout ce qui était en leur pouvoir » pour sauvegarder le bâtiment du planétarium.

Souvenir du planetarium.

Image d’archive du planétarium. [alt]
Kloop

« Ce bâtiment unique va probablement être démoli. Les héritiers de la propriété ont affirmé vouloir construire sur son emplacement un complexe hôtelier. Nous voulions que le planétarium soit préservé, pour permettre aux gens d’admirer les étoiles du ciel numérique, pour que l’astronomie y soit enseignée aux enfants et pour que les citoyens du Kirghizstan puissent étudier le cosmos », écrit Bektour Edelweiss.

« Imaginez, au milieu des grands centres commerciaux et des grands immeubles luxueux, dans notre ville de Bichkek, un petit planétarium identique à celui dans lequel on emmenait les écoliers pour leur montrer les planètes. Avec un projecteur et les maquettes d’un authentique satellite au plafond. Là où nos parents allaient dans leur jeunesse. Ce serait cool, n’est-ce pas ? Ce serait vraiment très cool », poursuit-il.

Novastan est le seul média européen (en français, en allemand et en anglais) spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

Les militants considèrent que la reconstruction du planétarium est importante, car il y a très peu d’espaces publics à Bichkek, en particulier d’espaces scientifiques et pédagogiques.

Selon les militants, le procès n’a pas permis d’avancer puisqu’il n’y a pas eu de véritable audience. Ils font aussi valoir que les avocats de FOUGI manquaient souvent les audiences et qu’elles étaient constamment reportées.

Les héritiers

Actuellement, l’une des propriétaires de l’immeuble est Aïdaï Toursounbekova, fille du député Tchynybaï Toursounbekova, qui est aujourd’hui décédé. Selon elle, ils ont acquis l’immeuble de façon légitime. Depuis, il est resté inhabité.

Aidai Toursounbekova.

Photo d’Aïdaï Toursounbekova. [alt]
Kloop

« Nous sommes les sixièmes propriétaires depuis qu’il a été vendu. Il est fondamental de préciser qu’en 2010, nous n’avons pas acheté un planétarium, mais des locaux non résidentiels délabrés », a-t-elle dit.

Elle a également déclaré à Kloop qu’ils avaient contacté les militants et la mairie pour leur proposer de reconstruire le bâtiment. Cependant, personne ne leur a répondu.

Lire aussi sur Novastan : À Bichkek, des activistes veulent redonner vie au planétarium

« Ensuite, comme les militants de la Fondation Nache Pravo sont intervenus en exigeant de rendre aux enfants le planétarium, nous avons commencé à explorer les spécificités de telles installations. Plusieurs sociétés nous ont fait des présentations pertinentes. Nous avons été enthousiasmés par cette idée car les enfants auraient la possibilité d’explorer les corps astronomiques et les étudiants pourraient, grâce aux technologies numériques actuelles, apprendre par exemple l’anatomie humaine. Nous avons informé les jeunes militants de notre décision. Mais ils nous ont affirmé avoir trouvé des investisseurs qui reconstruiraient le planétarium », a-t-elle affirmé.

Selon elle, cette initiative des militants s’apparente à une action hostile.

« Certes, ils ont trouvé des investisseurs, mais pourquoi ces investisseurs devraient-ils reconstruire le planétarium sur notre terrain ? Nous sommes, nous aussi, prêts à reconstruire le planétarium. Pourquoi les militants veulent-ils que ce soit leurs investisseurs qui le reconstruisent ? D’ailleurs, quand nous avons invité les membres de la Fondation Nache Pravo pour discuter de la situation, ils ont décliné », annonce Aïdaï Toursounbekova.

Le Fonds du patrimoine de l’État

Le FOUGI a confirmé à Kloop que le bâtiment du planétarium avait été privatisé dès 1995. Interrogé au printemps 2020, le bureau a déclaré qu’il trouvait que la vente à des propriétaires privés était une erreur.

Les conférenciers du planétarium.

Image d’archive des conférenciers du planétarium. [alt]
Kloop

« Aujourd’hui, le FOUGI estime que la privatisation du bâtiment du planétarium était une erreur et que le bâtiment doit être rétabli en tant qu’installation sociale. Mais la décision finale appartient à la Cour », a déclaré le FOUGI.

Si la Cour décide la restitution du planétarium à la ville, le planétarium devra être inscrit dans le registre des biens de la municipalité et transféré aux services municipaux compétents.

L’avis de la Cour suprême

Le service de presse de la Cour suprême a révélé que la décision de la Cour administrative avait été confirmée. Selon le service, la décision est justifiée parce que le bâtiment du planétarium n’est pas un bâtiment historique ou architectural. Les autorités ont aussi considéré que les droits personnels des représentants de la fondation publique Nache Pravo et des militants n’avaient pas été violés.

A l interieur du planetarium.

L’intérieur du planétarium. [alt]
Kloop

La cour suprême a déclaré que « aucune action visant à défendre les droits, les libertés ou l’intérêt public n’a été portée devant un tribunal par l’État, les autorités locales habilitées à le faire ou par un procureur. »

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Le planétarium de Bichkek a ouvert en 1974 grâce aux financements de l’État. Des équipements de pointe ont été importés d’Allemagne. Selon plusieurs sources, environ 607 000 personnes ont visité le planétarium entre 1974 et 1982.

Aïdjamal Djamankoulova
Journaliste pour
Kloop

Traduit du russe par Juliette Amiranoff

Édité par Johanna Regnaud

Relu par Élise Piedfort

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

[alt]
Kloop
[alt]
Kloop
[alt]
Kloop
[alt]
Kloop
[alt]
Kloop
[alt]
Kloop
Share With:

juliette.amiranoff@gmail.com

No Comments

Leave A Comment

Captcha loading...