Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

Besoins en eau : la rivière Talas et ses habitants Novastan | Besoins en eau : la rivière Talas et ses habitants
Rivière Talas Kazakhstan Kirghizstan Environnement

Besoins en eau : la rivière Talas et ses habitants

LA VIE AU FIL DU FLEUVE – Talas est une rivière frontalière qui prend sa source dans les montagnes du Kirghizstan pour finir sa route dans les déserts du Kazakhstan. Ces deux pays regroupent autour d’elle trois millions de personnes qui dépendent de ses réserves ; en effet, son bassin abrite une agriculture active. Face à la réalité indéniable de la baisse du niveau d’eau dû au réchauffement progressif de la température, comment les habitants vont-ils survivre dans les années à venir ?

Novastan reprend et traduit ici un article publié le 28 février 2021 par le média kazakh vlast.kz.

Cet article fait partie de la série “Little People, Big River”, un projet journalistique soutenu par le média allemand n-ost, le centre kazakh MediaNet International Centre for Journalism et le ministère allemand de la coopération économique.

Talas est une rivière frontalière qui prend sa source dans les montagnes du Kirghizstan pour finir sa route dans les déserts du Kazakhstan. Ces deux pays regroupent autour de la rivière près de trois millions de personnes qui dépendent de ses réserves ; en effet, son bassin abrite une agriculture active. Face à la réalité indéniable de la baisse du niveau d’eau dû au réchauffement progressif de la température, comment les habitants vont-ils survivre dans les années à venir ?

Novastan est le seul média européen (en français, en allemand et en anglais) spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

Dans le cadre du projet « Little People, Big River », un groupe de journalistes et d’écologistes a longé la rivière Talas pour rencontrer celles et ceux impactées par ce changement naturel qui impacte leur vie.

Les travailleurs de la route

Baïyzbek Cheraliev est originaire du village de Konezavod, dans la région de Talas. Agé de 41 ans, il a toujours travaillé sur les routes, en entretenant et déneigeant le col d’Otmok, sur la route entre Talas et Sousamyr.

Lire aussi sur Novastan : La disparition du fleuve Oural

« Il y a toujours eu d’importantes chutes de neige au col d’Otmok, explique-t-il, mais lorsque j’ai commencé à travailler, celles-ci étaient bien plus épaisses et grosses. » Selon lui, le niveau des rivières qui longent les routes baisse également d’année en année. « Tout est lié au changement climatique », assure-t-il.

Selon le troisième rapport national sur le climat de la République kirghize, la température annuelle moyenne du Kirghizstan a augmenté de 1,6°C. ces 100 dernières années, un chiffre bien plus élevé que celui de la croissance mondiale qui est de 0,6°C. Si ce taux est maintenu, d’ici 2100 la température sera de 4,7°C. dans le meilleur des cas et de 6,1° C. dans le pire des scénarios, mais aussi le plus probable.

Lire aussi sur Novastan : Beyond the Glacier : un court-métrage au fil de l’eau en Asie centrale.

Cette augmentation de la température induit une fonte des glaces et une baisse du débit des rivières. Cette situation est d’autant plus alarmante que la population du Kirghizstan est en perpétuelle croissance.

Les travailleurs de la terre

Les agriculteurs sont les plus durement touchés par le manque d’eau. Samat Osmonov est l’un deux et comme beaucoup d’autres, il a grandi près de la rivière Talas. Le niveau de vie de sa famille et lui dépend directement de l’irrigation des terres.

« Aussi loin que je me souvienne cette eau a toujours servit pour tout dans notre vie. Nous la buvons, nous nous en servons pour cuisiner et arroser les potagers. Le problème, c’est qu’il y en a de moins en moins. Mon grand-père racontait que de son temps, le niveau d’eau était si haut que les chevaux ne pouvaient même pas traverser la rivière. Maintenant, ils le font sans problème… De même, l’hiver, la rivière était gelée avec une épaisse couche, aujourd’hui, nous ne pouvons plus y faire passer de lourdes charges, sous peine qu’elle se brise. On peut à peine y marcher dessus. »

Rivière Talas Kazakhstan Kirghizstan Environnement
Photo de la rivière Talas (illustration).

L’agriculteur cite un proverbe kirghiz : « Quand est-ce que l’homme ne souffre pas ? Quand l’eau est abondante. Quand il y en a assez pour tout le monde ».

Les scientifiques prévoient dans les prochaines décennies davantage de coulées de boue en montagne, ainsi que plus de sécheresses en basse altitude. Ainsi, les zones désertiques seront en expansion et cela aura pour conséquence d’accentuer encore plus les tensions pour les écosystèmes locaux.

L’attractivité de la rivière

Vladimir Mazer, habitant de Talas depuis 1965, se dit « l’un des derniers allemands », de la région. Très proche de la nature, il a été spécialiste de chasse et il est maintenant président de la société des chasseurs et pêcheurs de Talas. A l’encontre de la rivière Kara-Koïoun, un affluent de la rivière Ourmaral qui à son tour se jette dans le Talas, il raconte.

« Le niveau de la rivière a baissé ; on peut le remarquer en comparaison aux printemps précédents, où il était impossible de traverser la rivière. Maintenant, les gens la franchissent aisément. Je me souviens particulièrement du 22 novembre 2006, quand un SUV n’avait pas pu monter jusqu’ici à cause de la quantité de neige. Aujourd’hui c’est différent, à cause du manque d’eau, les poissons sont devenus plus petits. Depuis deux ans je n’ai pas pêché ; le rendement est trop insignifiant. », déplore-t-il.

Rivière Talas Kazakhstan Kirghizstan Environnement
Photo de la rivière Talas (illustration).

De même, Vladimir Mazer remarque une baisse des animaux sauvages. « Ma « vie de chasseur » a commencé dans cette gorge en 1988. Les sangliers et les chevreuils se promenaient alors librement sur les flancs des montagnes. On pouvait également observer de nombreux argalis, aujourd’hui classée parmi les espèces menacées. De même, les panthères des neiges sont beaucoup moins nombreuses » constate-t-il.

« Avant, les températures moyennes atteignaient -22° C. à -25° C. degrés en hiver. La neige est à la base de la chaîne alimentaire pour les animaux, et avec sa disparition, ces derniers errent en essayant de trouver quelque chose à manger. De notre côté, nous préférons largement tuer un mouton qu’un argali ! Ceux qui lèvent la main sur eux sont des braconniers, et malheureusement c’est aussi un de nos fléaux. Cette année, ils ont également abattu deux ours à griffes blanches » ajoute-t-il.

Lire aussi sur Novastan : Kazakhstan : garde-forestier, métier de tous les dangers

Vladimir Mazer considère que la solution est une interdiction totale de la chasse. « Si cela dépendait de moi, j’organiserais la protection des gorges et j’interdirais complètement la chasse pour au moins 10-15 ans, le temps que les animaux puissent se reproduire à nouveau. C’est certainement étrange d’entendre un chasseur mentionner l’interdiction de la chasse. Pourtant, c’est logique : si l’on ne protège pas les espèces, nous n’aurons à la longue plus rien à chasser. De plus, un professionnel de la chasse ne devrait jamais tuer d’espèces menacées, ou de jeunes animaux en âge de se reproduire. Ce sont plus généralement des bêtes âgées, plus facile à prendre. Le chasseur doit garder en tête avant tout sa passion professionnelle », affirme-t-il.


De même, il y a peu, il a arrêté quatre pêcheurs ayant attrapé cent trois truites. « Ils n’auraient pas pu toutes les manger ! Il est clair qu’ils étaient plus revendeurs que pêcheurs. L’avidité primaire des humains impacte la nature » note-t-il.

Vladimir Mazer estime aussi qu’il serait judicieux de réguler le nombre de bête sur le pâturage. « Dans les années 90, pratiquement personne n’amenait son bétail ici, mais aujourd’hui, les gens vivent de l’agriculture de subsistance. Aussi, les bergers amènent chaque année de plus en plus de troupeaux de bétail. Seulement, une telle quantité d’animaux sur un même territoire, est qualifié de surpâturage, et cela induit la dégradation des prairies et la disparition de la biodiversité », constate-t-il.

Un pisciculteur entrepreneur

Mysa Jantchikoulov à l’âge de 54 ans, a toujours vécu à Talas. Depuis son enfance, il va à la pêche sur la rivière Ourmaral, le plus grand affluent de la ville. Il rêve de faire abolir le braconnage et de créer de l’emploi. Pour cela, il a loué des bassins vides abandonnés depuis 1974, les a nettoyés puis y a installé des poissons. Il pense ensuite fonder en ces lieux une aire de loisirs et de pêche à la ligne pour les amateurs.

« Cela permettra de préserver la biodiversité et l’environnement régionaux. Je veux que nous commencions tous à savoir apprécier notre terre, là où nous sommes nés et avons grandi », déclare-t-il.

Rivière Talas Kazakhstan Kirghizstan Environnement
Photo de la rivière Talas (illustration)

Avec l’aide d’entrepreneurs du village voisin, Misa Borviev a acheminé vers ses bassins l’eau potable qui, après son traitement, a été utilisable pour l’irrigation. Pour nettoyer efficacement, des canards lâchés dans les roseaux ont régulé la végétation. Selon le pêcheur, si les habitants du Kirghizstan mangeaient plus de poisson, cela éviterait de devoir élever une trop grande quantité d’animaux destinés à l’abattage, et pas conséquent de sauver la base de la chaîne alimentaire.

Les pêcheurs

La jeunesse de Talas a également remarqué la baisse des eaux. Depuis tout petit, Marat oulou Baïrak accompagne son père, un pêcheur avéré, sur la rivière de Talas.

« Ici il y avait avant beaucoup de gros poissons, parfois jusqu’à quarante kilos comme en pêchait mon père. Maintenant, je dois patienter longtemps pour ne pêcher que quelques rares poissons, bien plus petits. Les braconniers dérobent la pêche dans leurs filets, et les poissons n’ont pas le temps de grandir », raconte Marat Uulu Baïrak.

Lire aussi sur Novastan : A la pêche

A la frontière avec le Kazakhstan, dans la gorge de Tchon-Kapka, se trouve le réservoir de Kirov, où il va maintenant pêcher. Sa fonction première est l’irrigation des terres agricoles de la vallée de Talas ; mais beaucoup s’y rende pour se détendre et pêcher.

« Cette eau est également utilisée par nos voisins, on voit à l’œil nu que le niveau a baissé ! Nous avons plus assez d’eau, nous allons bientôt le ressentir » indiquent les résidents en désignant les montagnes.

Une rivière guérisseuse

Saken Joumakeïeva, à 86 ans, vit dans le village de Boo-Terek. La rivière Talas a apporté à son mari et elle santé et longévité. Le Kirghizstan compte beaucoup de sources naturelles, où l’on peut boire, prendre de l’eau et en ramener chez soi. Ils adressent leurs prières à Allah pour cela.

« Si la source est pure, alors l’embouchure est pure également. Si les pensées sont pures, alors les actes sont honorables », mentionne-t-elle sagement.

Depuis toujours, les Kirghiz vénèrent la rivière Talas et les innombrables sources sacrées le long de ses rives, où des mausolées ont été construites à proximité. Erkinboubou Tchomoïeva, spécialiste des médecines traditionnelles, affirme que « s’asseoir près de la source et ne pas boire est impossible », car celle dernière serait capable de guérir de nombreuses maladies.

Photo de la rivière Talas (illustration).

D’après lui, le mausolée de Kanykeï-Boulak, près de la rivière Kenkol, était avant abandonné, mais des activistes sont venus nettoyer et revitaliser l’endroit. « Avec la nature et les sources, et il est nécessaire de se comporter avec bonté et amour. En les protégeant, nous protégeons notre pays. Cela nous enseigne également le don de nous-même et nous apprends à mieux nous occuper de ce qui nous entoure », explique-t-il.

Parents et enfants de la rivière

Elnour Kaïnazarova vient de Kopouro-Bazar, un village riche où beaucoup y vivent de l’élevage et de l’agriculture pour l’export vers le Kazakhstan. Ingénieure de formation, elle est aujourd’hui mère d’une famille nombreuse et femme au foyer. Tout comme ses parents lui ont appris, elle enseigne à ses enfants dès leur plus jeune âge la valeur de l’eau, et l’anti-gaspillage.

Lire aussi sur Novastan : La bonne gestion des ressources en eau, élément clé de la croissance économique de l’Asie centrale

« Le respect pour l’eau et le sens de l’économie sont transmis de génération en génération. Enfreindre ces règles reviendrait à commettre une atteinte à la société », souligne-t-elle, convaincue également que l’industrie minière doit privilégier les technologies de pointe afin de ménager le milieu environnant.

« La rivière d’or »

L’écologiste Gamal Soronkoulov renomme Talas « la rivière dorée », du fait de ses nombreux gisements d’or situées dans plusieurs de ses sources : à Djerouï sur la rivière Outch-Kochoï, à Andach et Aktach sur la rive droite de la rivière Karakol, ainsi qu’en aval, pratiquement à chaque embouchure, où l’on retrouve également des gisements d’or alluvionnaires et métallifères.

Lire aussi sur Novastan : Kirghizstan : la zone naturelle protégée de Sandalach va-t-elle laisser place à une mine d’or ?

Natif de la région de Talas, Gamal Soronkoulov est un passionné par la rivière. « La forêt dans la plaine inondable du fleuve est magnifique ; quelle richesse pour le Kirghizstan ! L’hiver, des groupes de mouettes, de cormorans et de hérons restent ici pour hiverner. C’est extraordinairement beau », témoigne-t-il.

Par ailleurs, le Talas, qui s’écoule sur 661 kilomètres, est comme mentionné précédemment l’intérêt de deux pays voisins, le Kirghizstan et le Kazakhstan, qui l’utilisent pour l’irrigation.

« C’est une rivière de bon voisinage, il est très important de conserver cette entente et de ne pas créer de disputes concernant l’accès à l’eau », exhorte l’écologiste. « Elle nourrit et offre à boire aux populations, chacun doit la garder propre pour ne pas gêner son voisin », confie-t-il.

Pour sa part, Galam Soronkoulov est très concerné par les gisements alluvionnaires et l’extraction d’or, qui entrainent selon lui la destruction de tout l’écosystème de la rivière et de la vallée de Talas.

« Pour une toute petite quantité d’or indiquée dans les licences, on mettrait en péril les pâturages, on provoquerait la destruction de la faune et de la flore de la région : c’est inadmissible ! Par exemple, la licence pour le gisement d’Ourmaral indique que l’on peut trouver 11 kilos d’or, mais cela signifierait également détruire 600 hectares d’arbres. Malheureusement, cette parcelle pourrait être acquise pour 7000 dollars américains, alors qu’un hectare de bois et de pâturage écologique est vendu pour moins de dix dollars. », s’insurge-t-il.

Lire aussi sur Novastan : Kirghizstan : la zone naturelle protégée de Sandalach va-t-elle laisser place à une mine d’or ?

L’écologiste n’est fondamentalement pas contre l’extraction d’or primaire des gisement métallifères, mais il recommande pour cela un respect strict des normes écologiques et sanitaires, ainsi qu’une juste répartition du profit.

En 2000, le Kirghizstan et le Kazakhstan, qui réunissent ensemble environ trois millions de personnes, ont signé un accord sur l’utilisation d’infrastructures communes pour l’irrigation des terres agraires le long de la rivière Talas.

Lire aussi sur Novastan : La gestion de l’eau, potentielle épine dans les relations entre Chine et Kazakhstan

Cet accommodement oblige le Kazakhstan à verser au Kirghizstan une partie des sommes nécessaires à l’entretien et à la réparation des canaux, des barrages et des réservoirs. L’accord ne spécifiant pas la quantité de la division du débit fluvial, les deux pays s’accordent sur un principe de répartition égale des ressources.

Cette commission pour la répartition des ressources en eau est un exemple unique, tant par l’utilisation conjointe d’installations hydrauliques, que par la capacité de résolution commune des problèmes liés au partage de l’eau et au financement commun des processus. C’est également un exemple fort de collaboration internationale qui a su s’adapter au changement climatique le long d’une rivière frontalière.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Malheureusement, depuis quelque temps, le Kazakhstan se plaint régulièrement de ne pas recevoir le volume d’eau convenu. Cependant, le Kirghizstan lui-même souffre de cette pénurie.

La diminution de la quantité d’eau à cause de l’accélération du changement climatique et des activités humaines est source d’inquiétude en ce qui concerne les relations entre les deux pays voisins. La tension peut rapidement monter entre les deux pays, particulièrement lorsque le niveau de l’eau baisse. Les deux voisins sauront-ils y remédier ?

Le projet « Développement du journalisme : les problèmes du changement climatique » vise à montrer et résoudre les problèmes causés par le changement climatique, tout en développant et renforçant le secteur des médias indépendants en Asie centrale. Retrouvez tous les articles de cette série ici.

Irina Bayramukova et Shakov Bayramukova
Journalistes pour Vlast.kz

Traduit du russe par Paulinon Vanackère

Édité par Marianne Desportes

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *