Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

Ouzbékistan : Chavkat Mirzioïev réélu président avec 80,1 % des voix Novastan | Ouzbékistan : Chavkat Mirzioïev réélu président avec 80,1 % des voix
Chavkat Mirzioïev Président Ouzbékistan Election

Ouzbékistan : Chavkat Mirzioïev réélu président avec 80,1 % des voix

L’ancien président sera le nouveau. Le président sortant Chavkat Mirzioïev est sorti grand vainqueur de l’élection présidentielle en Ouzbékistan. Cependant, les représentants de l’opposition extra-parlementaire n’ont pas été autorisés à voter.

Novastan reprend et traduit ici un article publié le 25 octobre 2021 par notre version allemande.

L’Ouzbékistan a voté. Le 24 octobre dernier, les habitants du pays le plus peuplé d’Asie centrale étaient appelés à élire un nouveau président. Comme l’a rapporté le média ouzbek Gazeta.uz après l’annonce des résultats préliminaires des élections le 25 octobre, le président sortant Chavkat Mirzioïev a été réélu avec 80,1 % des voix.

Novastan est le seul média européen (en français, en allemand et en anglais) spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

Le reste des voix se partage entre Maksouda Varisova du parti démocratique populaire (avec 6,6 % des voix), Alicher Kadyrov du parti Milliy Tiklanish (5,5 %), Narzoulla Oblomouradov du parti écologique (4,1 %) et Bahrom Abdouhalimov du parti social-démocrate Adolat (3,4 %). Le taux de participation a été de 80,4 %, précise Radio Ozodlik, la branche ouzbèke du média américain Radio Free Europe.

Il s’agira du deuxième mandat en tant que président ouzbek pour Chavkat Mirzioïev. Après le décès inattendu du président Islam Karimov (1989-2016), l’ancien Premier ministre a été élu président en décembre 2016 avec 88,6 % des voix. Pendant son mandat, Chavkat Mirzioïev a introduit de nombreuses réformes; il a notamment recherché un équilibre avec les États voisins et a ouvert le pays sur les plans économique et touristique.

Critique de l’OSCE

Selon la mission d’observation électorale de la Communauté des États indépendants (CEI), l’élection s’est déroulée dans le respect des normes internationales a déclaré Farit Moukhametchin, membre du Conseil de la Fédération russe. “Les programmes présentés par les candidats à la présidence correspondent généralement à ce qu’attend le peuple ouzbek. De nombreux problèmes liés aux questions sociales et au développement économique sont abordés”, a ajouté Farit Moukhametchin, selon Gazeta.uz.

Cependant, la mission d’observation électorale de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ne partage pas cette vision positive. Reinhold Lopatka, chef de la mission d’observation de l’OSCE, a parlé de “graves erreurs de procédure” lors d’une conférence de presse, relaie le média russe Fergana news, spécialisé sur l’Asie centrale. Il a notamment critiqué les votes multiples émis par des individus.

Lire aussi sur Novastan : Pourquoi l’Ouzbékistan est loin d’être une démocratie

Néanmoins, Reinhold Lopatka estime que l’Ouzbékistan est sur la bonne voie. “Nos observations montrent que des réformes importantes ont été menées en Ouzbékistan, mais aussi que la démocratie est un processus long et difficile. L’Ouzbékistan doit continuer à avancer dans cette direction. Ces élections ont montré que les réformes démocratiques de ces dernières années doivent être poursuivies afin de consolider ce qui a déjà été réalisé”, a déclaré l’homme politique autrichien.

En outre, l’OSCE critique le fait que les candidats aient été privés de la possibilité de critiquer le chef de l’Etat. “En Autriche, il y a beaucoup plus de rivalité entre les candidats. Même si vous êtes le président élu, les autres candidats peuvent être très critiques à votre égard pendant la campagne électorale. C’est une grande différence entre mon pays et l’Ouzbékistan”, a expliqué Reinhold Lopatka aux médias ouzbeks.

Une élection sans opposition

La campagne électorale a été officiellement ouverte trois mois avant le scrutin, le 23 juillet, date à laquelle la date des élections a été fixée. Selon la loi électorale ouzbèke, seuls les partis enregistrés peuvent désigner des candidats à la présidence. Il a donc été rapidement décidé qu’il y aurait cinq candidats.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Tous les “candidats alternatifs” étaient donc des représentants des partis représentés au Parlement, qui préfèrent représenter une pseudo opposition plutôt que de critiquer sérieusement le gouvernement et le président. À cet égard, leurs candidatures à la présidence semblent également servir principalement à légitimer l’élection.

Lire aussi sur Novastan : Ouzbékistan : la campagne de la présidentielle s’accélère

Toutefois, les observateurs indépendants notent que le président Mirzioïev jouit d’une grande popularité auprès de la population. Le président sortant est immensément populaire dans la population en général, grâce à ses réformes économiques et à une propagande volontaire”, a déclaré le politologue ouzbek Farkhod Tolipov à Novastan en septembre dernier.

Les candidats qui s’opposent réellement aux dirigeants de Tachkent n’ont même pas été admis à l’élection. Le parti Erk (Liberté), par exemple, avait déclaré dès le mois d’avril qu’il souhaitait participer à l’élection présidentielle. Cependant, Erk ainsi que le nouveau parti Hakikat va Tarakkiyot (Justice et développement) se sont vus refuser l’enregistrement de leurs candidats par le ministère de la Justice, affirme Radio Azattyq, la branche kazakhe de Radio Free Europe.

De tels faits montrent que l’Ouzbékistan, malgré toutes les réformes et les progrès réalisés, est encore loin d’être une démocratie à part entière. Chavkat Mirzioïev devra à nouveau prouver qu’il est prêt à libéraliser davantage le pays. Il a maintenant cinq ans de plus pour le faire.

Robin Roth
Rédacteur en chef de Novastan

Relu par Jacqueline Ripart

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *