Carrefour Majid Al Futtaim Tachkent Ouzbékistan

Malgré la pandémie, Carrefour maintient ses objectifs en Ouzbékistan

Le géant français de la distribution a confirmé, par la voix de son partenaire émirati Majid Al Futtaim, que quatre magasins ouvriraient bien d’ici fin 2020 à Tachkent. Le marché ouzbek du commerce de détail est en croissance, une tendance qui pourrait s’accentuer avec la pandémie de coronavirus. La concurrence locale, quant à elle, se prépare.

Bonne nouvelle pour Carrefour en Ouzbékistan. Le groupe français, numéro un du secteur de la grande distribution en Europe, devrait bien ouvrir ses quatre premiers magasins sur le territoire ouzbek d’ici la fin de l’année 2020, malgré la crise liée à la pandémie de coronavirus. Hani Wess, le directeur général du groupe émirati Majid Al Futtaim, qui opérera les magasins sous franchise, a en effet confirmé l’information à l’agence de presse Reuters.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Le directeur général a également précisé que le premier magasin, dont la construction se poursuit malgré le confinement en vigueur, devrait ouvrir au troisième trimestre 2020 dans la capitale Tachkent. Le groupe espère inaugurer deux autres supermarchés et un hypermarché avant la fin de l’année, pour un investissement total d’environ 11 millions de dollars (10,2 millions d’euros). 10 millions de dollars (9,2 millions d’euros) devraient en outre être investis annuellement pour soutenir l’expansion du réseau dans les prochaines années.

Lire aussi sur Novastan : Carrefour arrive en Ouzbékistan

Fondé en 1992, le groupe émirati Majid Al Futtaim gère déjà 285 magasins sous franchise Carrefour, répartis dans 15 pays. Le 28 octobre 2019, les deux entreprises ont annoncé leur arrivée en Ouzbékistan, grâce à une alliance avec AFKA Group, l’un des plus grands groupes privés du pays. Présent dans l’immobilier, celui-ci fournira les infrastructures qui hébergeront les premiers magasins. Les trois partenaires prévoient d’ouvrir sept magasins d’ici 2021 et de créer 2 500 emplois directs et indirects. D’après le média ouzbek Spot.uz, les recrutements ont d’ailleurs déjà commencé à Tachkent. Contacté par Novastan, le groupe Majid Al Futtaim n’a pas répondu à nos questions.

L’Ouzbékistan, un marché prometteur

L’Ouzbékistan, avec ses 33 millions d’habitants, est un marché prometteur pour le secteur de la grande distribution. Selon Hani Weiss, le commerce alimentaire de détail à Tachkent pesait 3,4 milliards de dollars (3,1 milliards d’euros) en 2018, un chiffre qui pourrait s’élever à 5 milliards de dollars (4,6 milliards d’euros) en 2023. De plus, la marge de progression est importante pour la grande distribution, qui ne représenterait aujourd’hui que 4,4 % de ce marché, loin derrière les marchés traditionnels et les petits commerces de proximité. En comparaison, d’après Spot.uz, la part de la grande distribution s’élève à 45 % au Kazakhstan et à 75 % en Russie. Ainsi, le directeur général de Majid Al Futtaim estime que la grande distribution pourrait tripler sa part de marché en cinq ans.

Dans ce contexte, la pandémie de coronavirus pourrait également bénéficier à la grande distribution. En effet, Zafar Khachimov, le PDG de Korzinka.uz, la seconde chaîne de supermarchés ouzbèke, a affirmé à Spot.uz que la pandémie pourrait accélérer la transformation du marché ouzbek en favorisant les grands groupes, plus solides financièrement que les petits commerçants des bazars. Selon lui, le comportement et les préférences des consommateurs pourraient également changer, à mesure que « la sécurité et l’hygiène deviendront de plus en plus importantes ». Ainsi, sur sa page Facebook, l’enseigne poste régulièrement des messages informant ses clients des mesures prises pour assurer la distanciation sociale et leur sécurité.

La concurrence locale se prépare

Si Carrefour est le premier groupe international du secteur à faire son entrée sur le marché ouzbek, signalant l’ouverture du pays aux investissements étrangers, il devra néanmoins faire face à une concurrence locale décidée à profiter du développement du secteur. Makro, le leader du marché, possède déjà plus de 50 magasins, répartis dans 18 villes, tandis que son concurrent Korzinka.uz en gère également une cinquantaine. En outre, en décembre 2019, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a approuvé un prêt de 40 millions de dollars (36,8 millions d’euros) en faveur de Korzinka.uz, le plus gros investissement jamais réalisé par la banque dans le pays. Ainsi, le PDG de l’entreprise, qui ambitionne de tripler le nombre de ses magasins d’ici 2023, a assuré qu’il « n’était pas effrayé » par l’arrivée de Carrefour en Ouzbékistan.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Zafar Khachimov s’est même montré plutôt enthousiaste à l’idée de voir le géant français s’établir dans le pays. Dans un post Facebook, il a affirmé que le marché était loin d’être arrivé à saturation, et que l’entrée de Carrefour pourrait aider la grande distribution à gagner des parts de marché face aux commerces traditionnels. D’après lui, les acteurs locaux ont eu « une période très difficile, [se retrouvant] seuls dans cette bataille. » Korzinka.uz salue donc l’arrivée de ce « nouveau combattant » dans les rangs de la grande distribution, et pense pouvoir s’appuyer sur « les outils et l’expérience » que l’entreprise française et son partenaire émirati apporteront au secteur.

Lire aussi sur Novastan : Le seul Carrefour du Kazakhstan va fermer

Ainsi, en Ouzbékistan, la grande distribution espère sortir renforcée de la pandémie de coronavirus. Le marché est en croissance, une tendance qui pourrait s’accélérer à du fait du changement que la crise est en train d’induire dans les habitudes des consommateurs. Néanmoins, les futurs concurrents veulent rester prudents. En effet, le directeur général de Majid Al Futtaim et le PDG de Korzinka.uz s’accordent à avertir que l’expansion attendue ne se matérialisera que si des approvisionnements réguliers et fiables sont possibles. Ce qui, dans la situation actuelle, pourrait représenter un véritable défi.

Quentin Couvreur
Rédacteur pour Novastan

Relu par Anne Marvau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *