Coronavirus Asie centrale Kirghizstan Kazakhstan Turkménistan Tadjikistan Ouzbékistan Epidémie Virus Covid-19

[Newsletter] Face au coronavirus, l’Asie centrale coupée en deux

Mots-clefs

Vous trouverez ci-dessous une reproduction de notre newsletter hebdomadaire du 20 avril 2020, envoyée gratuitement tous les lundis. Si vous souhaitez la recevoir directement dans votre boîte mail, inscrivez-vous ici. En attendant, bonne lecture !

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Cette newsletter est dédiée à l’Asie centrale. Chaque semaine, nous vous résumons les différentes actualités de la région, tout en vous proposant les articles écrits par la rédaction. Une question, une remarque, une envie ? Envoyez-nous un mail à novastan.france@novastan.org

Les 3 infos à ne pas manquer

Alors que la pandémie de coronavirus continue de progresser en Asie centrale, la région est coupée en deux. Alors que le Kazakhstan et l’Ouzbékistan ont officialisé plus de 1 000 cas, le Kirghizstan plus de 400, le Tadjikistan et le Turkménistan n’ont toujours déclaré aucun cas. Tour de la région.

Un article chinois appelle à “rendre à la Chine le territoire du Kazakhstan”, le Kazakhstan proteste. Un article ouvertement nationaliste publié sur la plateforme chinoise Sohu a attisé la colère de Nur-Sultan. L’article, depuis dépublié, illustre un climat de défiance entre les deux voisins.

La Mer Caspienne a-t-elle atteint un point de non-retour ? Les écologistes et les experts tirent la sonnette d’alarme : la mer Caspienne pourrait connaître le même destin que la mer d’Aral. Par endroits, le littoral du plus grand lac du monde a reculé de 100 kilomètres en raison de la baisse du niveau d’eau.

Le décryptage de Novastan

Le Kazakhstan vient en aide à ses citoyens touchés par le coronavirus

Depuis le 31 mars, les autorités kazakhes proposent aux Kazakhs touchés économiquement par le coronavirus de postuler à une aide mensuelle, le temps de la crise. L’allocation, de 42 500 tengués (88 euros), est mensuelle et par personne, le temps de la crise. Pensé pour être très rapide et efficace, le système a cependant connu des ratés, tandis que les risques de fraude sont réels.

Alors que l’épidémie continue de progresser dans le pays et dans le monde, cette initiative kazakhe est la première de son genre en Asie centrale. Décryptage.

—————————-

Ces deux paragraphes ne sont que le début de notre décryptage hebdomadaire réservé à nos soutiens, envoyé tous les mardis matins directement dans leur boîte mail. Pour le recevoir dans votre boîte, vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois. Pour en savoir plus sur notre philosophie, nous vous avons tout expliqué par ici. Une question, une demande ? Notre email : novastan.france@novastan.org

Nos décryptages des semaines précédentes : 

Pénurie et trafic de nourriture : la sécurité alimentaire menacée en Asie centrale ?

Pourquoi le Turkménistan est-il la cible de tant de fake news ?  (en accès libre)

Dans la crise du coronavirus, l’Asie centrale regarde vers Beijing

Notre photo de la semaine

Vélo Boukhara Ouzbékistan

Ce cycliste roule sous une arche dans la vieille ville de Boukhara, dans le sud-ouest de l’Ouzbékistan. Plus d’infos par ici.

Novastan Asie centrale média Publicité Marketing Newsletter

Dans le reste de l’actu

Pourquoi la cause ouïghoure peine à prendre en France. Malgré une sensibilisation croissante depuis plusieurs mois, le combat pro-ouïghour peine à prendre en France. Pourquoi les revendications de ce peuple turcophone majoritairement musulman, victime d’une répression féroce en Chine, bénéficient-elles d’un faible écho ? Éléments de réponse.

Au Kirghizstan, une personne infectée sur cinq fait partie du personnel soignant. Parmi les personnes contaminées par le Covid-19, 98 travaillent dans la santé, ce qui représente près de 22 % des malades. Les soignants se sont plaints régulièrement du manque de matériel.

Les relations entre le Turkménistan et les États-Unis se tendent autour de l’aide américaine. Alors que l’ambassade américaine du Turkménistan a annoncé avoir aidé le Turkménistan de plus de 200 millions de dollars depuis 20 ans, le ministère des Affaires étrangères turkmène, se sentant offensé, a réfuté ces informations.

Une nouvelle réforme constitutionnelle discutée au Kirghizstan en pleine pandémie. Le député d’opposition Kourmankoul Zoulouchev a proposé une modification de la constitution le 1er avril. Une initiative vivement débattue.

Le Karakalpakistan bientôt porté à l’écran par un cinéaste français. Christian Lelong prépare Les Gens du fleuve, un film consacré aux habitants des rives de l’Amou-Daria, et en particulier aux modes de vie des Karakalpaks. Sortie prévue en 2021.

La vente d’alcool a été interdite à Och, la deuxième ville kirghize, avant d’être ré-autorisée… trois jours plus tard. En creux, on devine de possibles abus de l’état d’urgence mis en place pour le coronavirus.

Notre ciné centrasiatique cette semaine est 100 % kirghiz. Partez à la rencontre de Kourmanjan Datka, figure historique majeure du pays, ou bien envolez-vous avec Centaure, film poétique sur un voleur intempestif de chevaux.

Les Tsiganes de Tachkent, une communauté fermée. Dans ce reportage traduit de Fergana News, nous vous invitons à découvrir les Lyulis, les Tsiganes d’Asie centrale, vivant en marge de la société ouzbèke.

Au Turkménistan, c’est Bouygues qui évacue les citoyens européens. L’entreprise française a affrété un vol spécial pour rapatrier du Turkménistan certains de ses employés et leur famille ainsi que des citoyens européens. Les chantiers de Bouygues sur place ne sont pas à l’arrêt.

Au Kirghizstan, les petites et moyennes entreprises sont durement touchées par le coronavirus. La plupart des PME sont obligées de rester inactives ou, si elles vendent les biens nécessaires, de faire face à un plus petit nombre de clients. Après trois semaines, les dégâts deviennent importants.

Le tourisme ouzbek mis à mal par le coronavirus.  Actuellement, les acteurs du tourisme tentent de faire face aux difficultés, mais craignent que la crise ne s’installe dans la durée.

…chez Novastan France

Novastan officiellement reconnu comme média en France. Durant sa séance de mars 2020, la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP) a reconnu Novastan France comme un service de presse en ligne, au titre de l’information politique et générale. Une nouvelle étape pour notre projet !

Novastan choisit l’abonnement. D’ici à l’été 2020, nous avons comme objectif de mettre en place un abonnement ciblé qui permettra au projet de se professionnaliser. Tous les détails par ici.

Envie de nous aider ? Novastan recherche des traducteurs, des rédacteurs et des éditeurs. Tous les moyens de contribuer à notre projet côté rédaction sont expliqués par ici. Si vous souhaitez nous aider sur le côté associatif, nous essayons d’organiser des évènements, festifs ou non. Les détails par ici.

Novastan est le seul média franco-allemand sur l’Asie centrale. Pour soutenir notre indépendance, devenez membre de la communauté Novastan ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois. Cela permet à Novastan de se professionnaliser tout en renforçant une communauté autour de l’Asie centrale en France et en Europe. Tous les détails se trouvent ici.

La rédaction

Merci de nous avoir lu jusqu’au bout ! Rendez-vous dès la semaine prochaine pour plus d’informations sur l’Asie centrale. Pour plus d’infos au quotidien, n’hésitez pas à nous suivre sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram ou Telegram.

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *