covid-19 coronavirus statistiques Kirghizstan Kazakhstan Pneumonies Fusion

Kirghizstan et Kazakhstan décident d’intégrer les pneumonies aux statistiques du coronavirus

Alors que l’augmentation rapide des cas de pneumonie au Kirghizstan et au Kazakhstan suit celle des cas confirmés de Covid-19, les deux pays ont, face aux polémiques, pris la décision d’en regrouper les statistiques. Si le Kirghizstan n’a pas attendu pour agir et a révélé, dès le 17 juillet dernier, de nouveaux chiffres donnant la mesure de l’épidémie dans le pays, le Kazakhstan a choisi une approche progressive et annoncé la date du 1er aout prochain.

L’Asie centrale est en proie, depuis mi-juin, à une résurgence de l’épidémie de Covid-19, dont la propagation s’est encore accélérée au cours du mois de juillet. Au Kazakhstan et surtout au Kirghizstan, les autorités peinent à contrôler la situation. Les deux pays connaissent notamment une forte recrudescence de cas de pneumonie, avec des patients testés négatifs au coronavirus, ce qui a poussé l’ambassade de Chine au Kazakhstan à émettre des suppositions sur l’existence d’une nouvelle épidémie dans le pays, jugée plus mortelle que le Covid-19.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Lire aussi sur Novastan : « Pneumonie kazakhe » : l’étrange faux pas diplomatique de la Chine

Après que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a jugé que ces pneumonies relevaient très probablement du Covid-19, comme l’a rapporté le média kazakh Tengrinews, et face aux critiques, le Kirghizstan et le Kazakhstan ont chacun décidé, à un jour d’intervalle, d’inclure les deux phénomènes à leurs statistiques respectives afin d’obtenir un aperçu de l’étendue de l’épidémie plus proche de la réalité.

Au Kirghizstan, les nouveaux chiffres doublent

Lors d’une conférence de presse le 16 juillet dernier, la vice-Première ministre kirghize, Aida Ismailova, a annoncé la fusion des nombres de cas de Covid-19 confirmés et de pneumonies présentant les signes cliniques de ce dernier, affirmant que « les cas statistiques de pneumonie acquise par la communauté sont donc considérés comme des manifestations du Covid-19 ». Comme le rapporte Radio Azattyk, la branche kirghize du média américain Radio Free Europe, le ministère de la Santé kirghiz a décidé d’adopter les deux codes de classification de l’OMS pour l’infection au nouveau coronavirus : U07.1 pour les cas confirmés en laboratoire et U07.2 pour les cas cliniques.

Le 20 juillet, la vice-Première ministre s’est de nouveau exprimée pour expliquer les raisons de cette décision. Selon le média indépendant kirghiz Kloop.kg, celles-ci tiennent à la volonté du ministère d’avoir à sa disposition des chiffres reflétant l’échelle réelle de l’épidémie, permettant de réaliser des projections objectives quant à son évolution et ainsi de développer une stratégie adéquate.

Le matin du 17 juillet, les Kirghiz ont ainsi découvert les nouvelles statistiques officielles, qui faisaient état de 23 783 cas de Covid-19, presque deux fois plus que les 12 498 annoncés la veille. D’après le ministère de la Santé, au 21 juillet, ce sont maintenant 28 251 personnes qui ont été contaminées, dont 1 079 ont perdu la vie. Ces nouvelles statistiques font du Kirghizstan le deuxième pays d’Asie centrale le plus touché de la région en termes de cas, et même le plus meurtrier avec près du double du Kazakhstan, qui annonce 585 morts au 21 juillet.

Le ministère de la Santé kazakh prend son temps

Le lendemain de l’annonce kirghize, le 17 juillet, le ministre de la Santé kazakh, Alekseï Tsoï, a lui-même déclaré son intention de regrouper les statistiques « afin d’assurer une transparence maximale des données », comme le relaie Tengrinews. Expliquant avoir pris cette décision sur la base de consultations avec le Bureau régional pour l’Europe de l’OMS, le ministre a indiqué que la transition complète vers la nouvelle comptabilisation, utilisant également les codes U07.1 et U07.2, s’effectuerait à partir du 1er aout prochain. « Il est nécessaire de prendre des mesures pour améliorer la compétence du personnel médical en termes de codage du Covid-19, de mise en place de systèmes d’information et de résolution d’autres problèmes techniques », s’est-il justifié, d’après le site kazakh informBiouro. Comme l’a rapporté ce même média, le ministre de la Santé a précisé quelques jours plus tard que seuls les nouveaux cas identifiés à partir du 1er aout seraient inclus. Les 234 000 cas de pneumonie constatés depuis le début de l’année ne seront donc pas pris en compte dans les statistiques.

Peu de temps après l’annonce, le 20 juillet, Radio Azattyq, la branche kazakhe de Radio Free Europe, a noté la démission d’Oljas Khoudaïberguenov de son poste de conseiller du président pour les affaires économiques. Celui-ci s’était fait remarquer pour ses déclarations critiques concernant la gestion de l’épidémie par le gouvernement. Il avait notamment appelé le gouvernement, dans un post Facebook, à combiner les statistiques mais également à verser l’indemnité promise de 10 millions de tengués (environ 21 100 euros) aux familles des médecins décédés à cause de l’épidémie, qui seraient donc bien plus nombreux.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Si la situation sanitaire au Kazakhstan reste compliquée, le directeur du Bureau régional de l’Europe de l’OMS s’est félicité, sur Twitter, des efforts du gouvernement kazakh. Comme le rapporte Tengrinews, l’organisation a par ailleurs noté une amélioration de la situation épidémique dans le pays, tout en appelant les autorités à ne pas relâcher leurs efforts. D’après  Radio Azattyq, le ministre de la Santé a toutefois tenu à rappeler que le changement de comptabilité des cas entraînera nécessairement la dégradation de la position du Kazakhstan dans les classements mondiaux relatifs au coronavirus. Dans l’attente des nouvelles statistiques, le ministère de la Santé kazakh rapporte actuellement 73 468 cas de Covid-19 confirmés en laboratoire, pour 585 décès.

Tadjikistan et Turkménistan dans le déni

Alors que le Kirghizstan et le Kazakhstan ont pris la décision forte de produire des chiffres plus proches de la réalité, certains de leurs voisins continuent de s’arranger avec les statistiques pour masquer l’ampleur du problème. Ainsi, le Turkménistan s’est targué de ne compter aucun cas de Covid-19 sur son territoire après la visite d’une équipe d’experts de l’OMS. Lors d’une conférence le 15 juillet dernier, la cheffe de la mission, Catherine Smallwood, a en effet conclu que le pays ne comptait aucun cas répertorié d’infection au nouveau coronavirus, tout en exprimant des inquiétudes concernant des signalements de pneumonies et de maladies respiratoires aigües.

Lire aussi sur Novastan : Selon l’OMS, il n’y a pas de coronavirus au Turkménistan

Le Tadjikistan voisin a, lui, longtemps utilisé la distinction entre pneumonie et Covid-19 pour nier la présence du virus sur son territoire. Si le gouvernement a finalement déclaré ses premiers cas le 30 avril dernier, les observateurs suspectent que les statistiques officielles sont très largement sous-estimées. Comme l’a décrit à la fin du mois de juin Radio Ozodi, la branche tadjike de Radio Free Europe, une liste de victimes régulièrement mise à jour par des activistes donne un nombre de décès huit fois plus élevé que les chiffres avancés par le gouvernement.

Lire aussi sur Novastan : Les pneumonies, moyens utiles pour atténuer officiellement l’épidémie de Covid19 ?

Certaines familles interrogées par ces journalistes ont notamment raconté que les hôpitaux avaient attribué à la seule pneumonie le décès de leurs proches qui présentaient tous les signes du Covid-19 et ont été enterrés par des personnels soignants en combinaison de protection.

Pia de Gouvello
Rédactrice pour Novastan à Bichkek

Relu par Anne Marvau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *