Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

Kazakhstan : des millions de tengués alloués à la construction d’œuvres commémoratives
Kazakhstan Architecture Monuments Artistes

Kazakhstan : des millions de tengués alloués à la construction d’œuvres commémoratives

Au cours de l’année 2020, d’importantes sommes d’argent ont été consacrées à l’édification de monuments en l’honneur d’artistes et de personnalités kazakhs. Kursiv revient sur les différents projets et les budgets alloués à ces créations.

Novastan reprend et traduit ici un article publié le 25 mars 2021 par le média kazakh Kursiv.kz.

Célébrer Abaï Kounanbaïouly

Dans la république, quatre monuments au poète Abaï Kounanbaïouly ont été érigés, dont le plus haut mesure 10,25 mètres. Pour ce dernier, situé à Pavlodar, le budget régional a alloué 55 millions de tengués (116 120 euros). Dans la ville d’Abaï, située dans la région de Karaganda, se trouve une statue du poète d’une hauteur de dix mètres tandis qu’à Aktioubé, une statue de six mètres a été érigée pour 43 millions de tengués (90 850 euros). La dernière statue, haute de deux mètres, est située à Öskemen.

Lire aussi sur Novastan : Les 10 personnes qui comptent dans la vie culturelle kazakhe

Quant à la ville de Semeï, elle possède désormais un monument nommé Uly aqyn Abaï uldarymen, « Le grand poète Abaï et ses fils » en kazakh. L’œuvre haute de cinq mètres représente en effet le poète avec ses fils Akylbaï et Touragoul. Elle a été inaugurée à la mi-octobre 2020.

Un hommage aux artistes…

À Pavlodar, un autre monument a été inauguré : une statue de quatre mètres à l’image d’Estaï, poète, chanteur et compositeur kazakh. L’oblast a octroyé 45 millions de tengués (96 000 euros) pour ce monument d’une hauteur totale de 8 mètres, socle compris.

Novastan est le seul média européen (en français, en allemand et en anglais) spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

À Oural, une statue d’une hauteur de 5,7 mètres a été construite en l’honneur du poète Jouban Moldagaliev, pour un coût total de 76 millions de tengués (162 300 euros), alloués par la région.

Lire aussi sur Novastan : Qui construit Turkestan, la capitale spirituelle du Kazakhstan ?

Un mât de 91 mètres supportant un drapeau de 29 par 14,5 mètres a été installé à Atyraou avant le nouvel an. Fin novembre, la ville avait aussi édifié une composition en bronze intitulée « Conversation créatrice », consacrée aux acteurs de théâtre et de cinéma Sabira Maïkanova, Nourmoukhan Jantourin, Assanali Achimov et Khadicha Boukieïeva. L’œuvre, dont le coût s’est élevé à 156,8 millions de tengués (335 000 euros), a été installée devant le théâtre Makhambet Outemisouly (nommé ainsi en hommage au poète kazakh homonyme, nde).

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

La veille du jour de l’indépendance, Turkestan a inauguré une statue en bronze en l’honneur de Chamchi Kaldaïakov, l’auteur de l’hymne national. L’œuvre de 2,5 mètres par 3,5 a été financée par des donateurs. À Kostanaï, la ville a construit une œuvre à l’image du pédagogue Ibraï Altynsarin. Également financée par des fonds privés, la statue mesure 2,75 mètres de haut et 1,9 mètre de largeur sans son socle.

… et aux autres personnalités kazakhes

À Nur-Sultan, la capitale, un monument en l’honneur du premier président Noursoultan Nazarbaïev a été inauguré début juillet 2020. Avec son socle, l’ensemble en bronze mesure 6,6 mètres de hauteur. La sculpture mesure 3,6 mètres. En mars 2021, une statue de trois mètres a été construite à Almaty, représentant Guérold Belguer, un célèbre traducteur et écrivain défenseur de la langue kazakhe.

Enfin, à Taraz, une œuvre dédiée à la lutte contre le COVID-19 a été inaugurée le 20 novembre 2020. Elle représente la planète entourée de médecins, de policiers, de bénévoles, de secouristes et de militaires se tenant par la main.

Tatiana Garanina, journaliste pour Kursiv

Traduit du russe par Paulinon Vanackère

Édité par Johanna Regnaud

Relu par Emma Jerome

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

[alt]
Kursiv
Share With:

paulinonvana@hotmail.fr

No Comments

Leave A Comment

Captcha loading...