Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

Economie : l’Ouzbékistan loin de rattraper le Kazakhstan Novastan | Economie : l’Ouzbékistan loin de rattraper le Kazakhstan
Ouzbékistan Kazakhstan Economie Concurrence Compétition Asie centrale

Economie : l’Ouzbékistan loin de rattraper le Kazakhstan

Le média économique kazakh Atameken Business ne voit pas de raison de redouter l’hégémonie de l’Ouzbékistan en Asie centrale. Pour atteindre le niveau du Kazakhstan, l’Ouzbékistan aurait un très long chemin à parcourir.

Novastan reprend et traduit ici un article publié le 19 mars 2021 par le média ouzbek Spot.uz.

C’est l’un des refrains courants : depuis l’arrivée au pouvoir de Chavkat Mirzioïev en décembre 2016 en Ouzbékistan, le pays le plus peuplé de la région serait proche de devenir la première économie d’Asie centrale. Pour tenter d’y voir plus clair, le média économique kazakh Atameken Business a publié un article qui compare les indicateurs économiques du Kazakhstan et de l’Ouzbékistan.

Novastan est le seul média européen (en français, en allemand et en anglais) spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

Pour le média kazakh, des bruits courent au Kazakhstan sur le fait que l’Ouzbékistan finirait par dévorer l’économie du Kazakhstan. « Ceux qui tiennent à présenter l’Ouzbékistan comme le principal concurrent du Kazakhstan, et donc comme une menace de sa souveraineté économique, considèrent que la libéralisation de l’économie ouzbèke aurait pour conséquence son développement fulgurant. En est-il ainsi ? », s’interroge Atameken Business.

L’article mentionne que, déjà en 2018, les exportations de l’Ouzbékistan avaient augmenté seulement de 1,3 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros) par rapport à 2017, tandis que le volume des importations avait grimpé de 12,3 milliards de dollars à 18,2 milliards de dollars (de 10,4 milliards d’euros à 15,4 milliards d’euros).

Une dette extérieure en augmentation

« Avant 2018, les balances commerciales négatives étaient compensées par les revenus des citoyens de l’Ouzbékistan employés à l’étranger, ce qui ressortait à l’intérieur de la balance des revenus secondaires. Toutefois, depuis 2018, les revenus des travailleurs migrants ne sont plus supérieurs au déficit de la balance économique, et les pouvoirs publiques en Ouzbékistan ont commencé à cumuler de la dette extérieure », explique Atameken Business.

C’est pourquoi la dette extérieure, qui représentait 7,5 milliards de dollars (6,3 milliards d’euros) à la fin de 2017, a atteint 18,5 milliards de dollars (15,6 milliards d’euros) au troisième trimestre de 2020.

Lire aussi sur Novastan  Le Kazakhstan contre l’Ouzbékistan : jalousie et leadership

Selon les données de la Banque centrale, les résultats enregistrés de janvier à septembre 2020 permettent de constater la baisse des importations provoquée par la diminution du pouvoir d’achat des pays voisins. « Dans cette situation, il serait prématuré de parler de la croissance économique fulgurante de l’Ouzbékistan », estime Atameken Business.

La libéralisation profite aux deux pays

La part de l’Ouzbékistan dans le commerce extérieur du Kazakhstan s’est établi entre 3 et 4 % ces dernières années, tandis que le Kazakhstan est pour l’Ouzbékistan le troisième partenaire commercial après la Chine et la Russie.

Lire aussi sur Novastan : Les entreprises chinoises toujours plus présentes sur le marché ouzbek

Dans le même temps, le Kazakhstan a pu profiter de la libéralisation du commerce extérieur ouzbek : les exportations kazakhes vers l’Ouzbékistan ont été multipliées par 2,21, tandis que les exportations ouzbèkes vers le Kazakhstan l’ont été de 1,32 fois.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Des tendances similaires ont été observées au niveau du commerce extérieur de l’Ouzbékistan avec la Chine et la Russie. Une part considérable des importations ouzbèkes depuis ces pays est constituée d’équipements. « Ainsi, avec la libéralisation des relations économiques extérieures, la compétitivité de l’économie ouzbèke semblerait vraiment problématique », veut croire Atameken Business.

Lire aussi sur Novastan : L’Ouzbékistan accélère la libéralisation de son économie

L’article indique également que la libération des relations économiques extérieures en Ouzbékistan pourrait atténuer le déséquilibre économique et assurer une certaine stabilité de l’économie, grâce aux investissements étrangers.

Une attractivité en cours de construction

Toutefois, l’attractivité du pays pour les investisseurs demeure incertaine. Ainsi, dans le classement du Doing Business, le Kazakhstan se trouve à la 25ème place, tandis que l’Ouzbékistan est placé à la 69ème.

Lire aussi sur Novastan : L’Ouzbékistan publie la liste de ses investisseurs étrangers, une première en Asie centrale

Le seul critère selon lequel l’Ouzbékistan dépasse le Kazakhstan est le nombre d’entreprises enregistrées. La position gagnante de l’Ouzbékistan est due à un moindre nombre de démarches à effectuer pour immatriculer sa société dans le pays (trois formalités contre quatre). Selon les autres critères établis par la Banque mondiale, l’Ouzbékistan est très en retard par rapport au Kazakhstan.

Plus largement, Atameken Business s’est intéressé au Produit intérieur brut (PIB) de 2020. L’Ouzbékistan affichait 57,6 milliards de dollars (48,7 milliards d’euros), contre 169,9 milliards de dollars (143,7 milliards d’euros) au Kazakhstan. Soit près du triple. « Même pour atteindre le niveau du Kazakhstan, l’Ouzbékistan a un long et dur chemin à parcourir, et il n’y a aucune garantie que le pays ait assez de forces pour y arriver rapidement », conclut Atameken Business.

Cette rivalité n’a cependant pas empêché l’Ouzbékistan, les Etats-Unis et le Kazakhstan de lancer ensemble un projet d’investissement conjoint d’un milliard de dollars (830 millions d’euros) minimum en janvier dernier.

Spot.uz

Traduit du russe par Ariadna Goulevskaya

Edité par Etienne Combier

Relu par Jacqueline Ripart

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *