Turkménistan Tadjikistan routes Camion Transport Marchandises Blocage

Un an après, les poids lourds tadjiks ne peuvent toujours pas circuler au Turkménistan

En février 2019, le Turkménistan avait interdit aux camions tadjiks de circuler sur son territoire, y compris pour délivrer des marchandises aux pays voisins au Moyen-Orient. Un an après, cette interdiction perdure et le Tadjikistan a recours à des voies alternatives pour le transit de ses marchandises. Tandis que les autorités turkmènes ont invoqué des raisons de sécurité, le Tadjikistan s’est voulu rassurant concernant les relations entre les deux pays.

Les camions de transport de marchandises tadjiks sont, depuis un an, bloqués à la frontière turkmène avec l’interdiction de franchir le pays pour effectuer leurs livraisons. Il en va de même de l’autre côté du pays pour les camions cherchant à traverser le Turkménistan à destination du Tadjikistan. En conséquence, les camions tadjiks ont recours à des voies alternatives pour contourner le Turkménistan, à destination de ces partenaires commerciaux moyen-orientaux, principalement turcs et iraniens. Cependant, le gouvernement tadjik prédit une issue rapide au blocage.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Depuis février 2019, l’embargo a été mis en place. Évoquant un motif de sécurité, sans apporter plus de précisions, le gouvernement turkmène a de nouveau interdit le passage des camions tadjiks sur son territoire, comme le décrivait le média tadjik Asia-Plus. Le blocage des camions concerne également les camions de marchandises provenant d’autres pays à destination du Tadjikistan. Aujourd’hui, les autorités tadjikes espèrent une solution obtenue sur le plan bilatéral avec le gouvernement turkmène, rapporte Asia-Plus le 10 février dernier.

Cependant, comme le laissent entendre les propos du ministre des Transports du Tadjikistan Khoudoyor Khoudoyorzoda, y compris du côté turkmène, les explications font défaut. « Malgré les appels répétés de la partie tadjike, ce problème n’a pas encore été résolu. Lorsque nous discutons de ce problème avec nos collègues turkmènes, ils affirment ne pas en connaître la raison », a-t-il affirmé à Asia-Plus

Le 18 février dernier, dans le cadre d’une conférence de presse le ministre tadjik des Affaires étrangères Sirojiddin Mukhriddin a assuré discuter en ce moment-même du blocage avec le gouvernement turkmène comme le rapporte Asia-Plus. Le ministre tadjik a affirmé que les deux parties entretenaient de bonnes relations et que le blocage n’était que le résulat de mesures sécuritaires du gouvernement turkmène. Il s’est enfin voulu enthousiaste concernant l’état des discussions, assurant que “ce problème sera résolu dans un futur proche.”

Les itinéraires alternatifs des camions contournant le Turkménistan

Pour atteindre le Moyen-Orient malgré cette restriction, les poids lourds tadjiks sont contraints de contourner le Turkménistan en passant successivement par l’Ouzbékistan, le Kazakhstan, la Russie et l’Azerbaïdjan pour rejoindre l’Iran. Cet itinéraire vers l’Iran représente un trajet plus long de 1 000 kilomètres par rapport à la route passant par le Turkménistan.

Un autre itinéraire existe, en passant par la mer Caspienne depuis le Kazakhstan, ce qui évite de passer par la Russie et s’avère plus court d’environ 1 000 kilomètres comparé au premier choix de déviation. Ces itinéraires sont visibles sur une carte proposée par Asia-Plus. On peut en effet observer sur celle-ci, en orange les deux routes possibles pour le Tadjikistan à droite de la carte vers les pays se trouvant de l’autre côté de la Caspienne, avec l’Iran au sud. Le tracé bleu sur la carte correspond au raccourci traversant la Caspienne et évitant le passage par la Russie. 

Alternatives Turkménistan Tadjikistan routes Camion Transport Marchandises Blocage

Le Turkménistan avait déjà bloqué les camions tadjiks durant l’automne 2018, comme l’avait mentionné le média américain Eurasianet. Déjà à cette époque, et ce durant un mois, les camions de livraison tadjiks s’étaient retrouvés privés d’autorisation de traverser le territoire turkmène. A cette même époque, en septembre 2018, le Turkménistan avait également interdit le transit d’un poids lourd iranien à destination du Tadjikistan. Finalement, après un mois de blocage, les autorités tadjikes avaient été notifiées par le Turkménistan de la fin du blocage.

Une interdiction en lien avec le rejet du projet de chemin de fer entre les deux pays ?

Derrière ce motif de sécurité invoqué par les autorités turkmènes, des soupçons persistent du côté tadjik sur un motif plus officieux. Comme le rapportait Asia-Plus en juillet 2019, Douchanbé a estimé que cette interdiction pourrait venir du fait que le Tadjikistan se soit finalement retiré du projet de chemin de fer Turkménistan-Afghanistan-Tadjikistan (TAT) en septembre 2018.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Ce retrait résulte principalement de l’ouverture de l’Ouzbékistan après la mort de l’ancien président Islam Karimov en septembre 2016, marquant la fin de l’isolationnisme ouzbek en Asie centrale. Sous la présidence de l’ancien Premier ministre ouzbek Chavkat Mirzioïev, le pays s’est massivement ouvert aux autres pays d’Asie centrale par de nombreux projets de chemin de fer, rendant vain le projet TAT.

Lire aussi sur Novastan : Ouzbékistan : le rail à la conquête de l’Asie centrale

Aujourd’hui, rien ne permet d’affirmer ou d’infirmer que cette situation est encore liée au retrait du Tadjikistan du projet TAT. Le Turkménistan n’a pas dévié de sa version officielle, qui laisse Douchanbé dans l’expectative.

Victor Nicolas
Rédacteur pour Novastan

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *