Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

Cinq ans après l’interdiction du Parti de la renaissance islamique du Tadjikistan, le doute persiste Novastan | Cinq ans après l’interdiction du Parti de la renaissance islamique du Tadjikistan, le doute persiste
Parti de la renaissance islamique du Tadjikistan PRIT Opposition

Cinq ans après l’interdiction du Parti de la renaissance islamique du Tadjikistan, le doute persiste

Le 14 décembre 2015 étaient jugés à huis clos les membres du Parti de la renaissance islamique du Tadjikistan, mouvement d'opposition aujourd'hui interdit. Le tribunal a condamné les deux vice-présidents du parti à la perpétuité et quatorze autres hauts responsables à des peines de 15 à 28 ans de prison. Quel a été le sort des condamnés en détention et quelles répercussions ce procès a-t-il eu sur la situation politique du pays ?

Novastan reprend et traduit ici un article publié le 14 décembre 2020 par Radio Ozodi, branche tadjike du média américain Radio Free Europe.

C’est le dernier évènement politique majeur en date au Tadjikistan. Le 14 décembre 2015, après une chasse à l’homme dans le pays, les autorités tadjikes condamnent officiellement les cadres du Parti de la renaissance islamique du Tadjikistan (PRIT) à de lourdes peines de prison. Les deux vice-présidents du parti, dont Mamadi Hait, ont été condamné à perpétuité. Le PRIT, seul parti d’opposition au Tadjikistan, a été interdit en septembre 2015.

Niso Jourabekova, l'épouse de Mamadi Hait . . .

 


...Le reste de cet article est réservé aux abonné-e-s de Novastan. Pour accéder à tous nos articles et soutenir le seul média français sur l'Asie centrale, vous pouvez vous abonner en cliquant ici. Vous pouvez nous essayer à partir d'1 euro par mois ! Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement à notre newsletter résumant nos articles, envoyée tous les lundis.

Déjà abonné-e ? Connectez-vous par ici.

 

Partager avec