Prêt financier- Ouzbékistan-AFD- Hydroénergie

Ouzbékistan : le secteur de l’hydroénergie reçoit une aide de 55 millions d’euros de l’Agence française de développement

L’Ouzbékistan a annoncé avoir signé un prêt d’une valeur de 55,8 millions d’euros avec l’Agence française de développement afin de soutenir le secteur de l’hydroénergie. Cet accord vise à répondre à la demande croissante en électricité mais aussi à amorcer son ambitieuse transition vers les énergies renouvelables.  

Le ministère des Finances ouzbek a signé, fin août, un accord de prêt de 55,8 millions d’euros avec l’Agence française de développement (AFD) dans l’optique de financer une série de projets dans le secteur de l’hydroénergie ouzbèke.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

Selon le ministère ouzbek de l’Energie, le prêt, alloué pour une durée de 20 ans, permettra d’une part la construction de petites centrales hydroélectriques dans la région d’Andijan et d’autre part la modernisation de la centrale de Charvak dans la région de Tachkent, la capitale.

De multiples projets pour répondre à la demande croissante en électricité

L’aide de 55,8 millions d’euros est destinée à être réinjectée dans de multiples projets développant le secteur de l’hydroénergie dans le pays.

Sur ce montant, 46,5 millions d’euros financeront en partie le projet de construction d’une petite centrale hydroélectrique à Tachkent, et soutiendra également la construction de deux centrales au sud du canal de Ferghana. Ces nouvelles constructions devraient voir le jour en 2023, comme le rapporte le média ouzbek Gazeta.uz.

Ce soutien de la part de l’AFD est conséquent, puisqu’il représente 88 % du coût total de la construction de la centrale de Tachkent, lequel s’élève à 52,5 millions d’euros. Dans le détail, des études de faisabilité des projets ont été développées par un consortium de consultants pour le compte de l’AFD regroupant notamment ISL et IED, cabinets spécialisés en énergie basés en France, et le consultant R-plus. Les 46,5 millions d’euros permettront entre autres l’achat d’équipements technologiques modernes à hauteur de 26,9 millions d’euros et leur installation à 11,1 millions d’euros.   

Enfin, les 9,3 millions d’euros restants du prêt de l’AFD contribueront en partie (27 %) au projet « Sécurité des centrales hydroélectriques » d’un montant total de 33,95 millions d’euros, destiné à moderniser la centrale de Charvak.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Par ces investissements, le ministère de l’Energie entend augmenter fortement la production d’une électricité qui se voudra bon marché et respectueuse de l’environnement. Cela permettra d’augmenter la part de l’hydroélectricité dans le bilan énergétique, d’économiser les ressources naturelles du pays tout en répondant à la demande croissante dans le pays. 15 emplois supplémentaires devraient également être créés.

Un prêt s’inscrivant dans l’ambitieuse stratégie énergétique ouzbèke

Les projets cofinancés par l’Agence française de développement font partie intégrante d’un programme mené par Uzbekhydroenergo, le producteur et développeur hydroélectrique étatique. Cette initiative, appelée « Project Factory » ou « usine de projet », promeut le développement et la mise en œuvre de nouveaux investissements basés sur les technologies modernes.

Actuellement, 23 projets de production électrique d’une valeur de 1,37 milliard de dollars (1,16 milliard d’euros) sont en cours. D’ici fin 2020, il est prévu que sept projets d’une capacité supplémentaire de 118,3 mégawatts soient mis en service.

Comme le rappelle Gazeta.uz, l’AFD, n’est pas la seule institution financière de développement à injecter des fonds, puisque la Banque asiatique de développement (BAD) contribuera également à la mise en œuvre de ces projets à hauteur de 60 millions de dollars (50,7 millions d’euros) de même que la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) avec 80 millions d’euros. A cela s’ajoutent les investissements directs dans le cadre de partenariats public-privé. Ces différents apports permettront à Tachkent de diversifier les sources de fonds et les technologies utilisées dans les installations.

Lire aussi sur Novastan : L’Ouzbékistan adopte une nouvelle stratégie pour le développement énergétique

Le prêt de l’AFD s’inscrit dans l’ambitieuse stratégie énergétique de l’Ouzbékistan, adoptée par le gouvernement le 4 mai dernier. Le document fait la part belle aux énergies renouvelables dont le développement permettra de diversifier l’économie ouzbèke et de s’affranchir de l’utilisation des énergies fossiles. L’objectif est de réussir à produire un quart de toute l’électricité à partir de sources renouvelables d’ici 2030, dont 3,8 gigawatts grâce à l’énergie hydraulique.

Manon Mazuir
Rédactrice pour Novastan

Relu par Guilhem Sarraute

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *