Internet Ouzbékistan Technologie Décret

Le développement du numérique s’accélère en Ouzbékistan

Le président ouzbek Chavkat Mirzioïev a signé un décret qui marque une étape supplémentaire dans le développement du numérique dans le pays. Ce projet politique a pour vocation d’intégrer le numérique dans une large majorité des administrations et des activités économiques dans les trois prochaines années.

Depuis 2018, l’Ouzbékistan se mobilise pour rattraper son retard dans le numérique. En effet, les autorités ouzbèkes se sont exprimées à plusieurs reprises sur le sujet, présentant des séries de mesures afin notamment d’améliorer la vitesse d’Internet dans le pays. Le gouvernement s’attaque désormais à l’introduction du numérique dans l’ensemble de ses services publics et de son économie.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

De fait, comme le rapporte le média russe Fergana News, le président ouzbek Chavkat Mirzioïev a signé le 28 avril dernier un décret « sur les mesures visant à promouvoir l’économie numérique et l’e-administration ». Dans la lignée politique du gouvernement ouzbek, cette décision entre dans le cadre de la stratégie nationale de développement pour la période 2017-2021.

Améliorer la vitesse d’Internet, encore et pour tous

Le nombre d’utilisateurs d’Internet en Ouzbékistan ne cesse de croître depuis une décennie, ce qui nécessite une amélioration constante de la qualité de la vitesse du réseau. Parmi les premières mesures présentées dans le décret, assurer un débit fiable pour l’ensemble des établissements de santé, scolaires, périscolaires, les villages et les mahallas entre 2020 et 2021 constitue un axe prioritaire pour les autorités ouzbèkes, rapporte le média économique ouzbek Spot.uz. Il est également prévu qu’à l’horizon 2022, 60 % des services publics utilisent les technologies de l’information et des communications afin de garantir l’accès aux administrations pour un plus grand nombre d’administrés ouzbeks.

Pour que les populations locales utilisent ces nouveaux services, il est nécessaire qu’elles soient formées à utiliser les technologies du numérique. Pour pallier ce manque de connaissances et de maîtrise des outils numériques, ce document prévoit également la création de centres de formations dans toutes les régions du pays. Ces centres sont en parallèle l’un des déploiements du projet « cinq initiatives », initié par le président ouzbek.

L’agriculture mise en avant

Ce décret est autant plus l’ambition d’une transformation économique. L’un des principaux objectifs de ce projet est l’essor de l’économie numérique nationale, comme l’indique le média russe Regnum. Sa part dans le Produit intérieur brut du pays devrait être doublée d’ici 2023, passant de moins de 2 % à 4 %. De plus, il est prévu de développer « l’entrepreneuriat numérique », selon les termes repris du décret, qui permettrait une triple augmentation du volume des services numériques à l’horizon 2023. L’objectif est également d’exporter ces services à hauteur de 100 millions de dollars (92,3 millions d’euros).

Lire aussi sur Novastan : Le coronavirus ralentit Internet en Ouzbékistan

Le parc des technologies ouzbek sera valorisé dans ce projet puisque le décret mentionne que les organismes d’État devront collaborer avec cette entité pour apporter des solutions numériques pouvant atteindre la valeur totale d’un milliard de soums (environ 91 000 euros).

Le secteur de l’agriculture a principalement été mis en lumière dans ce projet. Il s’agira d’introduire des systèmes d’informations géographiques et des logiciels utiles pour contribuer au développement du secteur agricole et participer à la sécurité alimentaire du pays. Le vice-ministre du Développement des technologies de l’information et des communications a été nommé en charge de ces questions.

Un ministère en tête de pont

Le ministère du Développement des technologies de l’information et des communications de l’Ouzbékistan s’est vu attribuer de nouvelles fonctions par l’introduction de ce décret. Il devenu l’organisme agréé dans le domaine du développement de l’économie numérique et de l’administration digitale. Il sera en charge d’examiner les projets en cours et de valider les documents techniques et règlementaires dans ce domaine. L’Agence nationale pour la gestion de projet conserve quant à elle la mainmise sur les actifs cryptographiques, de type Bitcoin, et la technologie Blockchain.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Deux nouvelles structures seront créées au sein du ministère du Développement des technologies de l’information et des communications : un centre de gestion du projet pour l’e-administration et un centre de recherche pour l’économie numérique, communique le portail d’informations ouzbek UZ 24. De plus, le ministère du Développement des technologies de l’information et des communications obtient les parts de l’État du capital de l’entreprise Uzinfocom, soit 51 %.

Un fonds spécial créé pour financer la réforme

Afin de financer cette réforme, un fonds de développement des technologies de l’information et des communications a été créé. Les principales contributions financières seront issues des redevances des abonnés des opérateurs mobiles, des différentes taxes de l’État, ainsi que tout autre revenu non interdit par la loi.

Avec le concours du ministère des Finances, du ministère du Développement innovant et de l’agence pour le Développement du marché des capitaux, le ministère du Développement des technologies de l’information et des communications proposera au Cabinet des ministres, d’ici le 1er octobre prochain, une procédure pour organiser un financement participatif qui contribuera au développement de l’économie numérique et de l’administration digitale en Ouzbékistan.

Malaurie Lebail
Rédactrice pour Novastan

Relu par Aline Simonneau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *