Ouzbékistan Tachkent France Collaboration Economie

La collaboration économique franco-ouzbèke survit à la pandémie

Les relations bilatérales entre les deux pays restent solides, malgré la crise mondiale de Covid-19. Le 20 avril dernier, les groupes français membres du Medef international ont annoncé le maintien des projets en cours dans le pays, en dépit du report de la construction d’une centrale solaire en 2021. De plus, d’autres perspectives de projets entre la France et l’Ouzbékistan sont discutées.

Les liens économiques entre la France et l’Ouzbékistan se resserrent, même en temps de coronavirus. Malgré la pandémie, le Medef international ainsi que BPI France et l’agence française de développement (AFD) ont déclaré le 22 avril dernier maintenir leurs projets et investissements dans le pays, d’après l’agence d’information Dunyo. Le Medef a notamment rassemblé sur ce sujet les entreprises françaises en partenariat avec l’Ouzbékistan comme Airbus, Adeo, Air Liquide, Crédit Agricole, Suez, Fives, Idemia, Orano, Rothschild & CIE ou Total-Eren.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Cette dernière réalise notamment l’un des principaux projets menés avec l’Ouzbékistan : la construction d’une centrale solaire. La filiale du groupe français, spécialisée dans les énergies renouvelables, a investi 150 millions d’euros dans le projet. Destinée à alimenter en électricité tout le pays, le début des travaux normalement annoncé pour 2020 semble reporté à 2021, d’après le média ouzbek Uz Daily.

La France, premier partenaire en énergie renouvelable de l’Ouzbékistan

Le projet de construction d’une station photovoltaïque a été signé en octobre 2018 lors de la visite officielle du président ouzbek Chavkat Mirzioïev en France. À Paris le 29 avril dernier, il a une nouvelle fois été abordé lors d’une vidéoconférence entre l’ambassade de la République d’Ouzbékistan à Paris et la vice-présidente de Total Eren Fabienne Demol.

Ce projet majeur qui s’étend sur 25 ans consiste à fournir l’Ouzbékistan en électricité verte, avec une installation énergétique d’une capacité totale de 100 mégawatts (MW). La vice-présidente de Total Eren a également déclaré allouer des fonds de 25 000 dollars (23 000 euros) pour soutenir la lutte contre la propagation du coronavirus en Ouzbékistan, dont une partie ira aux services publics, et le reste à la région de Samarcande, selon le média Uz Daily.

Il s’agit du premier partenariat public-privé réalisé dans le pays dans le secteur, dont la fin de la construction et le lancement sont prévus pour la fin de 2021.

Les entreprises françaises gardent le contact avec l’Ouzbékistan malgré le coronavirus

Plus largement, durant un webinaire organisé par le Medef international le 20 avril dernier et présidé par Christophe Fontaine, les entreprises françaises ont assuré leur soutien à l’Ouzbékistan. Elles ont également affirmé la continuation des projets en cours avec le pays malgré la situation de crise mondiale due à la pandémie. Les coopérations dans les domaines de l’investissement, l’économie et le commerce seront maintenues avec les entreprises.

Au cours de la vidéoconférence, le mouvement du Medef international et le vice-ministre pour les Investissements et le Commerce extérieur d’Ouzbékistan Choukhrat Vafaïev ont évoqué les impacts de la pandémie de coronavirus sur l’économie ouzbèke et l’état d’avancement des projets en cours. En raison de l’annulation de la visite prévue en avril de cette année, une rencontre du Medef international a également été évoquée pour la fin d’année.

Les entreprises du Medef international impliquées dans des partenariats avec l’Ouzbékistan sont nombreuses : le Crédit Agricole a signé des contrats de financements interbancaires en octobre 2018 pour 300 millions d’euros, quand Orano (ex-Areva) a signé un contrat en 2019 pour exploiter l’uranium ouzbek.

L’ambassade d’Ouzbékistan en France très active pour développer des liens commerciaux

Après la visite du président ouzbek en France en 2018, lors de laquelle avaient été conclus des investissements à hauteur de 5 milliards d’euros, la recherche d’une coopération bilatérale plus approfondie continue pour l’ambassade ouzbèke en France. Contactée par Novastan, elle affirme œuvrer pour renforcer les liens avec la France dans le domaine du tourisme et de l’exportation de textile.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

En mars dernier, la délégation ouzbèke de l’ambassade a rencontré le directeur de l’organisation « Agence d’Attractivité de Toulouse » Huber Kalmet, pour établir des partenariats dans le secteur du tourisme, comme le rapporte le média ouzbek Dunyo, tandis que le 29 avril dernier, les représentants du secteur du tourisme et des tour-opérateurs de l’Ouzbékistan et de la France se sont rassemblés lors d’un webinaire à l’ambassade d’Ouzbékistan à Paris. Les deux parties ont alors discuté des mesures prises en Ouzbékistan pour soutenir l’industrie du tourisme pendant la pandémie.

Plus récemment, l’ambassade d’Ouzbékistan en France a organisé un webinaire le 2 mai dernier sur l’exportation des produits textiles en Europe avec les nouvelles conditions économiques, comme indiqué par Dunyo. Un dialogue a également eu lieu entre les exportateurs ouzbeks et les responsables des marchés français et européens.

Emma Collet
Rédactrice pour Novastan

Relu par Anne Marvau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *