Une usine GM en Ouzbékistan

GM vend ses usines en Ouzbékistan

General Motors se retire de ses usines en Ouzbékistan. Le gouvernement ouzbek va racheter leur part dans la co-entreprise « GM Uzbekistan ».

Après 10 années d’existence la co-entreprise entre le constructeur américain d’automobiles General Motors (GM) et le gouvernement ouzbek, GM Uzbekistan, sera entièrement ouzbèke courant 2018. C’est l’annonce faite le 31 mai dernier par la compagnie nationale Uzavtosanoat, qui possédait déjà 75% puis 90% des parts de la coentreprise. Dans la lancée d’importantes réformes économiques, le gouvernement ouzbek a annoncé son intention de racheter les parts que possède le groupe américain General Motors dans la coentreprise GM Uzbekistan et de mettre en fin au quasi monopole de GM sur le marché intérieur ouzbek.

Les investissements américains dans le secteur ouzbek de l’automobile

General Motors ne quittera pas définitivement l’Ouzbékistan : le groupe américain continuera à fournir des services d’assistance technique aux usines ouzbèkes et ces dernières poursuivront la production des voitures sous la marque Chevrolet. Par ailleurs, l’Ouzbékistan est encore en discussion avec General Motors pour le rachat potentiel des parts américaines dans une autre coentreprise, GM Powertrain Uzbekistan, produisant des moteurs automobiles.

Lire aussi sur Novastan : La Banque européenne d’investissement va financer PSA en Ouzbékistan

Formée en 1996 sous le nom de « UzDaewoo Auto », en coentreprise avec la compagnie sud-coréenne Daewoo Motors, la compagnie est devenue GM Uzbekistan en 2008 avec l’acquisition de 25% de son capital par le groupe américain. En 2018, General Motors ne possédait plus que 10% de la coentreprise.

L’achat précédent de 15% des parts américaines par l’Ouzbékistan n’avait pas été médiatisé, et aucun montant ni trace de transaction n’ont été dévoilés à ce jour. L’annonce de l’achat des dernières parts, faite le 31 mai dernier par Uzavtosanoat, s’inscrit alors dans une communication politique autour des réformes économiques menées par le gouvernement de Chavkat Mirzioïev.

L’industrie automobile ouzbèke en pleine restructuration

De fait, le secteur automobile ouzbek est en pleine restructuration. Sous les années au pouvoir d’Islam Karimov (1990-2016), le secteur a largement souffert de la fermeture économique du pays et d’une offre insuffisante par rapport à la demande croissante. En 2017, il fallait compter près de six mois pour acquérir un nouveau véhicule en Ouzbékistan, d’après le directeur d’Uzavtosanoat, Umidjan Salimov.

Le modèle de production de la société, très dépendante des importations, ne permettait plus de répondre aux besoins du marché ouzbek, aussi bien en matière de production de véhicules que de création d’emplois. Or GM Uzbekistan, en plus d’être le premier producteur domestique de véhicules, est également un des premiers exportateurs ouzbeks sur le marché russe, donc un soutien particulier à l’économie ouzbèke. D’après l’Association des entreprises européennes, les ventes de voitures de l’Ouzbékistan vers la Russie ont doublé début 2018, dépassant les 4 600 unités.

L’adaptation du marché ouzbek face à la libéralisation économique

La nécessaire transformation du secteur automobile en Ouzbékistan est la priorité d’Uzavtosanoat, qui diversifiera et augmentera le volume de sa production, déjà en hausse de 59% entre 2016 et 2017, tout en réduisant les importations nécessaires à sa production. Les délais de réception des véhicules achetés seront progressivement réduits, et une gamme variée de produits sera proposée aux acheteurs ouzbeks, dont une gamme de véhicules électriques. Une attention particulière sera portée aux systèmes de sécurité des véhicules, ainsi qu’à la lutte contre la corruption dans le secteur automobile.

Lire aussi sur Novastan : PSA s’implante en Ouzbékistan

Par ailleurs, Umidjan Salimov a déclaré que des discussions avec de grands groupes allemands, chinois et sud-coréens étaient amorcées afin de créer un environnement compétitif et une démonopolisation du secteur. L’Ouzbékistan poursuit donc la libéralisation progressive de son économie, nécessaire à l’essor de son commerce et à sa bonne santé financière.

Tiphaine Gaudin
Rédactrice pour Novastan

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *