Ouzbékistan coronavirus Covid-19 restrictions confinement quarantaine

Coronavirus : l’Ouzbékistan met en place un second confinement

La situation épidémiologique en Ouzbékistan, marquée par une flambée du nombre de cas d’infection au coronavirus, nécessite un renforcement de mesures de confinement et de quarantaine pour permettre au système de santé de continuer à résister à l’épidémie.

Avec un nombre total d’infectés au Covid-19 approchant les 11 000, le système de santé ouzbek risque de ne plus pouvoir faire face à la pandémie. Dans ce contexte, les autorités ouzbèkes ont annoncé ce mercredi 8 juillet qu’un second confinement aurait lieu du 10 juillet au 1er août, par décision de la Commission républicaine spéciale pour la lutte contre le coronavirus.

Selon les nouvelles restrictions énumérées par le média ouzbek Gazeta.uz, la circulation des véhicules est limitée au sein des régions. La circulation des véhicules à moteur entre les régions est interdite, à l’exception des véhicules d’État et des véhicules des individus et organisations travaillant dans le secteur agricole. Dans les organes publics, les réunions en présentiel sont interdites : les fonctionnaires doivent travailler en ligne dans la mesure du possible, ou prendre congé conformément aux lois applicables. Les parcs d’attractions, bazars, centres commerciaux, clubs de fitness, piscines publiques, restaurants, pensionnats et colonies de vacances sont parmi les types d’entreprises qui seront fermées jusqu’au 1er août.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Les évènements publics et privés rassemblant un grand nombre de personnes sont suspendus, tels que les mariages, cérémonies familiales, spectacles, manifestations culturelles et autres divertissements. Il est en outre interdit de se réunir et de se déplacer en groupe de plus de trois personnes dans les lieux publics. Les personnes âgées de plus de 65 ans ne seront pas autorisées à sortir en public, une mesure qui ressemble aux restrictions imposées au Kazakhstan le 2 juillet dernier.

Lire aussi sur Novastan : Coronavirus : retour en force des mesures sanitaires en Ouzbékistan et au Kazakhstan

Les réglementations concernant les vols internationaux et le transport de fret ont également été révisées. Le nombre de vols internationaux se voit réduit de moitié, sur la base d’évaluation de la situation épidémiologique dans les pays étrangers. Les employés du transport international de marchandises devront passer un test obligatoire de dépistage du coronavirus aux frontières de l’Ouzbékistan, informe Gazeta.uz.

Le système de santé ouzbek à la limite de l’effondrement

Dans la semaine du 6 juillet, le nombre total de cas d’infection au coronavirus a dépassé les 10 000 en Ouzbékistan, ayant plus que doublé par rapport au mois de juin, souligne Gazeta.uz. À la date du 8 juillet, 10 982 cas de coronavirus sont confirmés dans le pays, dont 6 888 guérisons. Le nombre de décès s’élève à 42 personnes.

Les hôpitaux surchargés sont à la limite de leur capacité à accueillir un tel afflux de patients. Environ 3 000 patients infectés par le Covid-19 sont traités dans les hôpitaux ouzbeks, qui ont une capacité totale de 7 500 lits, informe le média russe spécialisé sur l’Asie centrale Fergana News. Pour faire face à la pandémie, les autorités ouzbèkes ont réaménagé les hôpitaux de manière à dédier 80 % des lits aux patients atteints de coronavirus, laissant ceux atteints d’autres maladies chroniques sans soins médicaux appropriés. C’est pourquoi les médecins et la communauté scientifique ont demandé au Comité de lutte contre le coronavirus d’instaurer des mesures de confinement et de quarantaine strictes.

« Il ne serait pas exagéré de dire que les ressources du système de santé ont aujourd’hui atteint leur limite », a déclaré Habiboulla Akilov, membre du Comité de lutte contre le coronavirus en Ouzbékistan lors d’un briefing le 8 juillet. « Si 1 000 cas Covid-19 sont identifiés par jour, le système de santé ouzbek s’effondrera. […] Aujourd’hui, tous les lits d’hôpitaux sont occupés. Tous les médecins ont été mis au travail. C’est pourquoi, après concertation avec une commission spéciale, nous avons décidé de permettre aux patients asymptomatiques d’être traités à domicile », a annoncé Habiboulla Akilov.

Lire aussi sur Novastan : La propagation rapide de l’épidémie de coronavirus au Kirghizstan  tourne au scénario catastrophe

Comme le rapporte le média ouzbek Kun.uz, les porteurs asymptomatiques sont mis en quarantaine à domicile pour 10 jours depuis le 5 juillet dernier. Les malades atteints d’une forme légère du coronavirus sont également traités à domicile afin de ne pas surcharger les hôpitaux.

L’Ouzbékistan vire au rouge

Quelques jours plus tôt, le 6 juillet, le Comité de lutte contre le coronavirus en Ouzbékistan a mis à jour la liste des zones « rouge », « jaune » et « verte », classement qui représente l’état de la propagation de l’épidémie au niveau des régions et des villes, comme l’a décrit Kun.uz. La zone « verte » signifie l’absence de malades ou la guérison totale de tous les infectés ; la zone « jaune » comprend les régions où il y a des malades, mais aucun nouveau cas identifié au cours des 14 derniers jours ; et la zone « rouge » est celle où des malades Covid-19 ont été diagnostiqués au cours des 14 derniers jours. Ainsi, le 4 juillet dernier, la capitale Tachkent, Boukhara et Samarcande étaient des zones jaunes, et seule la province de Ferghana était entièrement une zone verte.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Ce mercredi 8 juillet, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Chokhroukh Ghiyasov, a déclaré que le pays tout entier devenait zone « rouge », expliquant les restrictions de circulation entre les régions, communique Gazeta.uz.

Anna Chtorkh
Rédactrice pour Novastan

Relu par Anne Marvau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *