Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

Comment les vendeurs de journaux gagnent leur vie en Ouzbékistan Novastan | Comment les vendeurs de journaux gagnent leur vie en Ouzbékistan
Ouzbékistan Tachkent Kiosque

Comment les vendeurs de journaux gagnent leur vie en Ouzbékistan

A Tachkent, les vendeurs de journaux sont de moins en moins nombreux. Une journaliste de Gazeta.uz est allée à leur rencontre pour en discuter et faire un reportage photo.

Novastan reprend et traduit ici un article publié le 22 novembre 2020 par le média ouzbek Gazeta.uz.

Autrefois, la matinée de beaucoup d’Ouzbeks commençait par l’achat du journal. Aujourd’hui, la quantité de kiosques ne cesse de diminuer. Les vendeurs de journaux constatent d’une année sur l’autre que les gens se détournent de la presse papier.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

Avant, des petites boutiques bleues avec l’inscription « matbouot » (NDLR : Presse en ouzbek), remplies de journaux, se trouvaient à tous les coins de rue, aux arrêts de bus et à l’entrée du métro. D’aussi loin que se souviennent les habitants, ces kiosques étaient partout dans la ville. Mais dernièrement, ils ont tendance à disparaître.

En Europe, la presse papier survit

Au Royaume-Uni, la presse écrite semble être un classique intemporel, un symbole d’autorité et un outil marketing qui donne aux marques leur notoriété. En Europe, même si la télévision et Internet contribuent à accélérer le déclin de la presse écrite, les gens continuent d’acheter des journaux.

Cachés derrière leurs double-pages, ils font passer le temps dans les transports en commun ou sur des bancs dans les parcs.

Lire aussi sur Novastan : Habitat et urbanisme en Asie centrale : les cas de Tachkent et Bichkek

Aux États-Unis, en Russie et en Europe, les kiosques à journaux vendent des bouteilles d’eau, des barres chocolatées, des fournitures de bureau ou même des tickets de loto. Mais finalement, les kiosques ne sortent pas de leur fonction première : la distribution de la presse papier.

En Ouzbékistan, la presse papier en perte de vitesse

En Ouzbékistan, les kiosques appartiennent à la société par actions Matbouot Tarkatouvtchi. Aujourd’hui, il y a 620 kiosques dans le pays, dont 127 à Tachkent. En juin 2020, ils étaient 149 dans la capitale.

Sur le site de la société Matbouot Tarkatouvtchi, il est visible que celle-ci occupe une position dominante sur le marché de la distribution de la presse écrite.

Ouzbékistan Tachkent Kiosque
Les kiosques sont de moins en moins nombreux en Ouzbékistan (illustration).

Le catalogue d’abonnements de la société est tiré à plus de 3000 exemplaires. La société développe par ailleurs activement de nouvelles formes d’abonnements.

Une activité non rentable

Comme la gestion des kiosques n’est pas rentable en elle-même, la société loue ses kiosques, pour 200 000 soums par mois (15,62 euros).

Mais, selon un employé du département d’économie, de statistiques et d’analyses de Matbouot Tarkatouvtchi, ces locations ne sont pas intéressantes pour les entrepreneurs du fait des taxes élevées qui représentent en tout près de 800 000 soums par mois (62,47 euros).

Lire aussi sur Novastan : Le timide printemps des médias ouzbeks

Zouma Mirzalieva, journaliste pour Gazeta.uz, s’est rendue compte que la quantité de kiosques à journaux en Ouzbékistan diminuait chaque année. C’est pourquoi elle a voulu savoir qui vendait des journaux à Tachkent en 2020 et en faire un reportage photo.

Alicher

Alicher travaille dans un kiosque à l’arrêt de bus Gostinitsa Grand Mir.

Ouzbékistan Tachkent Kiosque Alicher
Le vendeur de journaux dans son kiosque.
Ouzbékistan Tachkent Kiosque Alicher
Alicher ne se plaint pas (illustration).
Ouzbékistan Tachkent Kiosque Alicher
Alicher prend le thé dans son kiosque.

Il boit son thé en silence, se laisse photographier et ne se plaint ni de sa vie ni de son travail.

Avazbek

Avazbek travaille dans un kiosque près du bazar d’Alaï. Sa boutique est pleine de journaux. Il vend aussi toutes sortes de babioles : damiers en carton et autocollants, barrettes et rasoirs, lampes de poche et porte-clés. Les petites fournitures de bureau sont également très demandées.

Ouzbékistan Tachkent Kiosque Avazbek
Avazbek dans son kiosque.
Ouzbékistan Tachkent Kiosque
Avazbek prend le thé dans son kiosque (illustration).
Ouzbékistan Tachkent Kiosque Avazbek
Le vendeur regrette que les clients trouvent les journaux trop chers (illustration).
Ouzbékistan Tachkent Kiosque Avazbek
Avazbek ne vend pas que des journaux (illustration).

Le vendeur de journaux raconte que les gens n’achètent presque pas de journaux. Certains les trouvent chers : le prix moyen d’un journal en langue ouzbèke est de 4500 soums (35 centimes d’euro). D’autres les trouvent de mauvaise qualité en termes de contenu et de réalisation. C’est pourquoi les journaux en russe se vendent beaucoup plus vite, même si leur prix moyen est beaucoup plus élevé.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Pour Avazbek, un bon chiffre d’affaires quotidien s’élève à 100 000 soums (7,80 euros).

Machkhoura

Machkhoura vend des journaux depuis 15 ans dans la rue Bratislava.

Ouzbékistan Tachkent Kiosque Machkhoura
La vendeuse dans son kiosque.
Ouzbékistan Tachkent Kiosque Machkhoura
Machkhoura vend des journaux depuis longtemps (illustration).
Ouzbékistan Tachkent Kiosque Machkhoura
Machkhoura pense que ce ne sont pas seulement les jeunes qui achètent de moins en moins de journaux imprimés (illustration).

Elle regrette que les jeunes n’achètent plus de journaux. Et selon elle, même les adultes les achètent de plus en plus rarement.

Zouma Mirzalieva
Journaliste pour Gazeta.uz

Traduit du russe par Juliette Amiranoff

Édité par Paulinon Vanackère

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *