Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

Les prisonniers de guerre autrichiens au Turkestan : entretien avec l’historien Peter Felch Novastan | Les prisonniers de guerre autrichiens au Turkestan : entretien avec l’historien Peter Felch
Ruines Vallée Isfairam Kirghizstan

Les prisonniers de guerre autrichiens au Turkestan : entretien avec l’historien Peter Felch

Pendant la Première Guerre mondiale, quelques 200 000 soldats de l’armée d’Autriche-Hongrie ont été internés dans des camps russes, destinés aux prisonniers de guerre, dans le territoire du gouvernement général du Turkestan. Étudier leur mémoire et les traces encore présentes, c’est la mission que s’est donnée l’historien Peter Felch, fondateur de l’association VENI et initiateur du projet Spurensuche Turkestan (Sur les traces du Turkestan, en français).

Novastan s'est entretenu avec Peter Felch à propos de l’emprisonnement et du travail forcé au Turkestan à l'époque. Rencontre.

Novastan : Comment vous est venue l’idée de fonder l’association VENI ?

Peter Felch : L’association VENI (Vienna Eurasia Network Initiative) est une initiative prise par des chercheurs autrichiens qui avaient travaillé en Asie centrale et dans le Caucase et qui ont eu à cœur de donner un cadre institutionnel aux différents travaux menés au sujet de l’Asie centrale. La création a été finalisée à Vienne en 2012, l’objectif étant de susciter un intérêt pour cette région . . .

 


...Le reste de cet article est réservé aux abonné-e-s de Novastan. Pour accéder à tous nos articles et soutenir le seul média français sur l'Asie centrale, vous pouvez vous abonner en cliquant ici. Vous pouvez nous essayer à partir d'1 euro par mois ! Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement à notre newsletter résumant nos articles, envoyée tous les lundis.

Déjà abonné-e ? Connectez-vous par ici.

 

Partager avec