Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

En plus du coronavirus, la pauvreté menace les travailleurs migrants centrasiatiques Novastan | En plus du coronavirus, la pauvreté menace les travailleurs migrants centrasiatiques
Pauvreté Travailleurs migrants Asie centrale Russie Coronavirus

En plus du coronavirus, la pauvreté menace les travailleurs migrants centrasiatiques

Alors que les mesures de confinement sont progressivement levées en Russie, des milliers de travailleurs migrants centrasiatiques ne peuvent reprendre le travail, mettant à mal la survie des communautés restées au pays. 

“Pour le premier mois, on a suffisamment d’argent, mais après …” La longue pause qu’effectue Taalaï* dans son message vocal envoyé à Novastan fin avril illustre son incertitude. Ce Kirghiz, résidant à Moscou depuis plusieurs années, ignore quand il pourra reprendre son emploi d’électricien sur des chantiers. Il fait partie des millions de travailleurs centrasiatiques migrants contraints à arrêter de travailler par l’épidémie de coronavirus, et les mesures de confinement décidées pour y faire face.

Lire aussi sur Novastan : Le coronavirus en perte de vitesse en Asie centrale

“Ce sont eux les premiers touchés : ils sont dans une absence totale de perspective”, déplore Sophie Hohmann, chercheuse associée au Centre d’études des mondes russes, caucasiens et centre-européens. Selon cette spécialiste des migrations dans l’espace post-soviétique, environ 11 millions de Centrasiatiques travaillent en Russie, dont 3,5 millions légalement enregistrés. Ce sont . . .

 


...Le reste de cet article est réservé aux abonné-e-s de Novastan. Pour accéder à tous nos articles et soutenir le seul média français sur l'Asie centrale, vous pouvez vous abonner en cliquant ici. Vous pouvez nous essayer à partir d'1 euro par mois ! Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement à notre newsletter résumant nos articles, envoyée tous les lundis.

Déjà abonné-e ? Connectez-vous par ici.

 

Partager avec