Xinjiang Région ouïgoure Urumchi Chine

Une rescapée des « camps de rééducation » chinois quitte le Kazakhstan

Citoyenne chinoise d’origine kazakhe, Sayragul Sauytbay avait fui la répression du régime de Pékin contre les populations musulmanes et turcophones de la région autonome ouïghoure du Xinjiang.

C'est un nouvel exil. Sayragul Sauytbay, une citoyenne chinoise d'origine kazakhe condamnée au Kazakhstan en octobre 2018, a décidé ce lundi 3 juin de demander l'asile dans un pays étranger. C'est son avocate, Aiman Umarova, qui a annoncé sur Facebook le départ de sa cliente pour l’étranger, sans préciser le pays. Elle indique simplement qu’il s’agirait de « l’un des pays les plus développés du monde ».

Plusieurs sources médiatiques indiquent qu’il s’agirait en réalité de la Suède. Ces sources précisent que Sayragul Sauytbay et sa famille, qui l’accompagne, ne font qu’entamer le processus de demande d’asile dans le pays. Sayragul Sauytbay a quitté le Kazakhstan par avion ce lundi 3 juin.

Un cas emblématique des "camps de rééducation" chinois

Ce second exil pour Sayragul . . .

 


...Le reste de cet article est réservé aux abonné-e-s de Novastan. Pour accéder à tous nos articles et soutenir le seul média français sur l'Asie centrale, vous pouvez vous abonner en cliquant ici. Déjà abonné-e ? Connectez-vous par ici.

Partager avec