Accueil      Les ouvriers pétroliers de Janaozen manifestent au Kazakhstan, les revendications s’étendent dans tout le pays

Les ouvriers pétroliers de Janaozen manifestent au Kazakhstan, les revendications s’étendent dans tout le pays

Janaozen, ville de l’Ouest du Kazakhstan, est une nouvelle fois au centre de manifestations, sur la base de revendications politiques et économiques. Des dizaines d’employés d’une entreprise pétrolière demandent leur réemploi après leur licenciement, ainsi que de meilleures conditions de travail. Le mouvement de contestation a fait écho dans d’autres villes et pourrait se propager dans le pays.

Kazakhstan Janaozen Pétrole Usine Entreprise Manifestations Grèves Astana Revendications Politique Economie Opposition
Les ouvriers de l'entreprise OzenMunayGas manifestent pour leurs conditions de travail (illustration).

Janaozen, ville de l’Ouest du Kazakhstan, est une nouvelle fois au centre de manifestations, sur la base de revendications politiques et économiques. Des dizaines d’employés d’une entreprise pétrolière demandent leur réemploi après leur licenciement, ainsi que de meilleures conditions de travail. Le mouvement de contestation a fait écho dans d’autres villes et pourrait se propager dans le pays.

Une nuit devant le ministère de l’Energie. A Astana, la haute tour du ministère a vu coucher à ses pieds entre le 11 et le 12 avril par -1 degré une cinquantaine d’ouvriers de l’entreprise pétrolière KazMunayGas, venus en tenue de travail directement depuis la ville de Janaozen, dans la région du Manguistaou, rapporte Radio Azattyq, le service kazakh du média américain Radio Free Europe.

Depuis le 1er avril dernier, ces anciens employés du secteur pétrolier se retrouvent sans emploi car la société privée a perdu un appel d’offre.

Novastan est le seul média européen (en français, en allemand et en anglais) spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

Ces derniers avaient d’abord organisé un piquet de grève devant les bureaux d’OzenMunayGas, filiale de KazMunayGas basée à Janaozen, pour laquelle Berali Mangistau Company effectuait des travaux de sous-traitance. Mais n’ayant pas obtenu gain de cause, ils se sont rendus à la capitale Astana pour faire entendre leur voix, reprend un reportage du média kazakh Vlast.kz.

Dans la soirée du 11 avril dernier, après que les travailleurs ont passé plusieurs heures devant le ministère, des hommes des services de sécurité cagoulés les ont embarqués au poste de police. Environ 20 manifestants ont été arrêtés, selon un journaliste du service kazakh de Radio Free Europe. La majorité d’entre eux a été ensuite renvoyée à Manguistaou, tandis qu’une poignée d’ouvriers ont été invités à rester à Astana pour des négociations, qui sont toujours en cours.

Des négociations en cours

La compagnie nationale KazMunayGas, dont la filiale OzenMunayGas opère à Janaozen, a rapporté que les travailleurs du pétrole se sont vu proposer de rejoindre d’autres sociétés, selon Vlast.kz. Mais ces derniers auraient rejeté ces offres, déclarant qu’il s’agirait à nouveau d’un emploi temporaire. Ils ont également parlé d’injustice sociale, attirant l’attention sur le fait qu’à OzenMunayGas, ils étaient mieux payés pour un travail similaire que chez les sous-traitants, qui n’offraient pas non plus de package social.

Le 11 avril à Astana, une commission a alors été créée pour engager le dialogue social. Elle est composée de représentants du ministère de l’Énergie, du ministère du Travail et de la Protection sociale, du Fonds Samruk-Kazyna et de la Compagnie nationale KazMunayGas, pour négocier avec un groupe de travailleurs de Janaozen licenciés. Mais les discussions avancent peu au goût du leader syndical Jolmourat Oulykhpan, relate Vlast.kz.

Lire aussi sur Novastan : Kazakhstan : les oubliés de janvier

La détermination des ouvriers de Janaozen fait que le conflit entre les corps sociaux pourrait devenir sérieux. Le 13 avril dernier, Radio Azattyq a diffusé une vidéo des travailleurs, enregistrée dans l’une des stations sur le chemin du retour à Manguistaou, se disant prêts à retourner à la capitale si leurs revendications n’étaient pas satisfaites et si les négociations échouaient. Le lendemain, un autre message vidéo est apparu sur les réseaux sociaux, dans lequel des travailleurs de Janaozen promettent de rester au bureau d’OzenMunayGas jusqu’à ce qu’une décision soit prise sur leurs revendications.

Une colère qui se propage dans l’Ouest du Kazakhstan

A plus de 2 000 kilomètres de la capitale, à Janaozen, la tension est montée d’un cran lorsque les vidéos des ouvriers embarqués dans des fourgons de police ont été partagées sur les réseaux sociaux. Entre un et deux milliers de personnes se sont réunies devant l’hôtel de ville, certains commençant à marcher et à scander des slogans revendicatifs, rapporte l’article de Vlast.kz.

Lire aussi sur Novastan : Atyraou, capitale pétrolière du Kazakhstan

La colère suscitée par l’arrestation des travailleurs s’est rapidement propagée dans les autres villes de la région de Manguistaou. Les travailleurs de plusieurs compagnies pétrolières ont déclaré des grèves ; des marches spontanées ont eu lieu dans la ville d’Aktaou, rapporte le média américain Eurasianet, tandis qu’une vidéo de soutien a été diffusée depuis la ville d’Oural quelques jours plus tard.

Dans d’autres secteurs économiques, des revendications salariales se sont faites entendre, comme dans la centrale nucléaire de Manguistaou, où des employés ont écrit une lettre au président Kassym-Jomart Tokaïev pour demander de meilleures conditions de travail, rapporte l’agence de presse KazTag le 15 avril. La veille, dans la région de Djamboul, les travailleurs de la société Kazphosphate ont arrêté le travail et se sont rendus à une réunion pacifique.

Dès le 12 avril, une campagne de soutien sur les réseaux sociaux, menée par le mouvement politique d’opposition Oyan, Qazaqstan ! s’est organisée pour soutenir les travailleurs de Janaozen, rapporte Radio Azattyq. Des dizaines de personnalités publiques et d’anonymes ont par exemple posté sur Instagram ou Twitter une photo accompagnée de #SupportZhanaozen (#ZhanaozendiQolda).

Un futur embrasement du pays à craindre ?

Les activistes attirent surtout l’attention sur le fait que d’année en année, les problèmes des habitants de cette ville industrielle, pourtant riche par son sous-sol, s’accentuent. Le développement de la ville est faible et elle demeure très polluée. Les travailleurs du pétrole, qui font vivre cette ville, n’obtiennent jamais d’amélioration des conditions de travail, raconte le reportage du journaliste Paolo Sorbello en aout 2022 pour Vlast.kz.

Lire aussi sur Novastan : Kazakhstan : pourquoi le massacre de Janaozen ne passe pas

« L’Ouest du pays a toujours été dans une position particulière », explique le politologue Dossym Satpaïev dans une interview à Radio Azattyq. « Cette région est l’un des principaux bailleurs de fonds du budget de la République, mais d’autre part, elle connaît traditionnellement, y compris à Janaozen, de très graves problèmes de qualité de vie, de chômage et de pénurie d’eau. Pendant de nombreuses années, les autorités n’y ont pas prêté attention ».

La nuit du 11 avril, les signaux Internet et téléphoniques étaient brouillés à Janaozen, signe que les autorités craignent que les manifestations ne dégénèrent et ne s’étendent. Un scénario possible selon Dossym Satpaïev, pour qui « depuis 30 ans, les autorités kazakhes détruisent les mouvements syndicaux ».

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

En décembre 2011, des manifestations à Janaozen avaient été durement réprimées par les autorités, allant contre le droit à la grève et au rassemblement d’ouvriers de trois entreprises différentes. 17 personnes sont mortes et des ONG comme Human Rights Watch avaient souligné une dérive autoritaire du pouvoir kazakh. Plus de dix ans plus tard, lors du Janvier sanglant en 2022, les manifestations spontanées dans tout le pays avaient également débuté à Janaozen, suite à l’augmentation des prix de l’essence.

Emma Collet
Rédactrice pour Novastan

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à [email protected]. Merci beaucoup !

Commentaires

Votre commentaire pourra être soumis à modération.