Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

Kazakhstan : pourquoi le massacre de Janaozen ne passe pas Novastan | Kazakhstan : pourquoi le massacre de Janaozen ne passe pas
Ville Janaozen Théâtre Répression Ouvriers Grève

Kazakhstan : pourquoi le massacre de Janaozen ne passe pas

La ville kazakhe de Janaozen a été le théâtre d'une grève des ouvriers du secteur pétrolier durement réprimée en 2011. Goulnara Bajkenova, journaliste au Kazakhstan, explique pourquoi la mort récente d'un des leaders de la grève ravive un malaise profond au sein de la population du plus grand pays d'Asie centrale.

Novastan reprend et traduit un article initialement paru sur Esquire.kz.

Les événements qui se sont déroulés dans la ville de Janaozen en décembre 2011, lorsque la police a tiré sur des manifestants, continuent de peser sur le Kazakhstan. Après la mort récente de Maksat Dosmagambetov, l'un des dirigeants de la grève, le nombre de morts est passé à 17, sept ans après.

Maksat Dosmagambetov a été le premier à déclarer devant le tribunal qu'il avait été torturé lors de son interrogatoire. En garde à vue, ses côtes et ses os du visage ont été brisés. Six mois plus tard, en prison, il a eu des maux de tête inexplicables pour lesquels il a reçu de . . .

 


...Le reste de cet article est réservé aux abonné-e-s de Novastan. Pour accéder à tous nos articles et soutenir le seul média français sur l'Asie centrale, vous pouvez vous abonner en cliquant ici. Vous pouvez nous essayer à partir d'1 euro par mois ! Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement à notre newsletter résumant nos articles, envoyée tous les lundis.

Déjà abonné-e ? Connectez-vous par ici.

 

Partager avec