Kazakhstan Economie Energie Solaire Éolien Investissement Ecologie

Le Kazakhstan investit davantage dans les énergies renouvelables

Le Kazakhstan a approuvé le 25 mai dernier la réalisation de 19 nouveaux projets d’énergies renouvelables. Une décision qui suit la volonté générale du pays de réduire ses émissions de gaz à effet de serre tout en diversifiant son approvisionnement énergétique, aujourd’hui largement dominé par les énergies fossiles. 

Le gouvernement kazakh a approuvé le 25 mai dernier la réalisation de 19 nouveaux projets d’énergies renouvelables d’une valeur totale de 1,1 milliard de dollars (environ 1 milliard d’euros), rapporte le média paneuropéen EuractivCette décision suit la ligne directrice nationale, annoncée quelques années auparavant, visant à réduire la dépendance du pays aux énergies fossiles, bien que celles-ci restent encore extrêmement majoritaires.

Aujourd’hui, le potentiel du secteur des énergies renouvelables est considérable au Kazakhstan. Le pays dispose en effet de larges steppes venteuses et de 3 000 heures de soleil annuel, exploitables par les secteurs éolien et solaire. 

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

Depuis plusieurs années, le Kazakhstan investit dans les énergies propres. Actuellement, plus de la moitié de l’énergie renouvelable exploitée provient de centrales solaires et un quart des parcs éoliens. Le pays cherche désormais à réduire sa dépendance aux énergies fossiles, notamment au charbon, qui fournit encore 70 % de l’électricité du pays, rapporte Euractiv.

Les énergies renouvelables représentent moins de 2 % de l’électricité produite 

La part globale des énergies renouvelables dans la production électrique reste finalement encore extrêmement minoritaire dans le pays. Selon les données de la SA KEGOS, la société publique en charge de la distribution de l’électricité au Kazakhstan, les énergies éolienne et solaire ne représentaient que 0,4 % de la production totale d’énergie dans le pays en 2017

Lire aussi sur Novastan : Qu’est-ce qui bloque le développement des énergies « vertes » au Kazakhstan

Depuis, les investissements ont permis d’augmenter la part totale des énergies renouvelables, mais force est de constater qu’elles restent encore largement marginales. Le Kazakhstan dispose aujourd’hui de 97 installations d’énergies renouvelables, produisant moins de 2 % de l’énergie totale produite par le pays. 

Une volonté affichée de passer au vert

Le Kazakhstan cherche cependant à développer davantage le secteur des énergies renouvelables sur son territoire. En 2017, le pays a notamment accueilli une exposition internationale consacrée à “l’énergie future”, dans le but de discuter des moyens possibles pour parvenir à garantir un accès sûr et durable à l’énergie pour tous, tout en réduisant les émissions de CO2. À cette occasion, le Kazakhstan s’est engagé à porter sa part des énergies renouvelables à 3 % en 2020, 10 % en 2030 et 50 % en 2050.

Lire aussi sur Novastan : EXPO 2017 à Astana : 174 hectares pour faire le tour du monde

En 2019, 21 projets d’énergies renouvelables ont attiré 613 millions de dollars (environ 560 millions d’euros) d’investissements dans le pays, rapporte Euractiv. La même année, la centrale solaire de Saran, dans le centre du pays, la plus grande d’Asie centrale, a été mise en fonction.

Lire aussi sur Novastan : L’énergie solaire en plein boom en Asie centrale

Le pays possède actuellement 19 projets d’énergies renouvelables en cours de construction, dont 9 qui devraient être terminés avant la fin de l’année. Un contrat a également récemment été signé pour la construction d’une installation d’énergies renouvelables dans la région de Karaganda, dans le centre du pays, rapporte le média kazakh 365info.kz. Le ministère de l’Énergie du Kazakhstan prévoit que la production d’énergies renouvelables atteindra environ trois milliards de kilowattheures en 2020.

Lire aussi sur Novastan : Une firme française va construire une centrale photovoltaïque au Kazakhstan

Ce développement “vert” est également motivé par les perspectives d’emplois qu’il présente. Selon les prévisions de la Banque mondiale, l’introduction au Kazakhstan de l’économie verte, qui comporte entre autres les énergies renouvelables, créera plus de 500 000 nouveaux emplois dans les industries traditionnelles et nouvelles, améliorera les conditions de vie et garantira une qualité de vie élevée à la population du pays, rapporte 365info.kz.

Un développement vert favorisé par des mesures fiscales et tarifaires

L’industrie de l’énergie verte est l’une des plus dynamiques du Kazakhstan. Selon Nourlan Kapenov, président du conseil d’administration de l’Association kazakhe de l’énergie solaire, le véritable soutien a débuté en février 2014, lorsque la législation a été modifiée pour introduire des tarifs fixes pour les sources renouvelables, rapporte le média kazakh Informburo.kz.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

En 2018, le ministère de l’Énergie est passé à une nouvelle étape de soutien avec l’instauration des ventes aux enchères dans le secteur énergétique. “Cela a permis de réduire considérablement les tarifs”, a déclaré Nourlan Kapenov dans une interview à Informburo.kz. En conséquence, selon le ministère de l’Énergie, la réduction tarifaire moyenne était de 10,6 % pour les centrales éoliennes, 14,5 % pour les centrales hydroélectriques et 36 % pour les centrales solaires. 

Enfin, depuis février 2020, l’industrie des énergies renouvelables est sur la liste des projets d’investissements prioritaires du pays. Ce placement lui permet de s’attaquer au problème de la taxe élevée sur le capital, avec près de 80 % des coûts du secteur des énergies renouvelables consacrés à l’achat d’équipements coûteux. Cette décision vise à attirer davantage d’investisseurs en leur proposant une série d’avantages et allègements fiscaux, rapporte Euractiv

Des obstacles qui restent nombreux

Plusieurs obstacles freinent cependant l’établissement généralisé des énergies renouvelables dans le pays. L’un des principaux problèmes est le manque de spécialistes dans le pays, rapporte Informburo.kz. Selon Nourlan Kapenov, l’enseignement supérieur kazakh ne propose pas de cursus permettant la formation d’ingénieurs des énergies renouvelables. Les spécialistes sont majoritairement étrangers ou bien sont des citoyens kazakhs ayant eu la possibilité d’étudier à l’étranger. 

Le second facteur est d’ordre financier. Malgré les mesures prises par le gouvernement, l’investissement dans les énergies renouvelables ne s’est pas popularisé, ceci demande du temps. Selon l’expert, la péréquation des prix des énergies traditionnelles et des énergies vertes est plus facile à l’étranger qu’au Kazakhstan.L’énergie traditionnelle coûte de 30 à 50 tengués par kilowattheure, 6 à 9 tengués sur le marché de gros”, a déclaré Nourlan Kapenov à Informburo.kz. Les énergies renouvelables ne peuvent donc pas rivaliser avec les énergies traditionnelles sans un soutien massif et continu de la part du gouvernement permettant d’instaurer progressivement la confiance auprès des investisseurs. 

Tanguy Martignolles
Rédacteur pour Novastan

Relu par Aline Cordier Simonneau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *