La file des camions à la frontière entre l'Ouzbékistan et le Kazakhstan, du côté kazakh

Huit kilomètres de queue pour les camions voulant entrer en Ouzbékistan

Depuis plusieurs semaines, une centaine de camions forment une file de plusieurs kilomètres à la frontière entre le Kazakhstan et l’Ouzbékistan. Selon les douanes ouzbèkes, cette situation est due à l’augmentation des importations de l’Ouzbékistan et non à des contrôles plus restrictifs de leur part.

Novastan reprend et traduit un article initialement publié par le média ouzbek en ligne, Spot.uz.

Plusieurs sources ventant d’Ouzbékistan et du Kazakhstan ont signalé qu’au point de contrôle Konysbaïev – Yallama, située non loin de la capitale ouzbèke Tachkent, une centaine de véhicules utilitaires étaient en attente de pouvoir passer la frontière en direction de l’Ouzbékistan. Il a été noté que la queue formée par ces camions s’étendait sur 7 à 8 kilomètres. Cette situation perdure depuis plusieurs semaines.

Le Comité des douanes d’Ouzbékistan a indiqué qu’il n’y avait que des problèmes dans le sens de l’entrée vers l’Ouzbékistan, alors que la sortie de l’Ouzbékistan vers le Kazakhstan ne posait aucun problème et des temps d’attente minimum. Selon ce même Comité, les embouteillages à la frontière avec le Kazakhstan sont liés à une augmentation du commerce extérieur de l’Ouzbékistan. Les deux pays travaillent déjà sur les moyens de faciliter un plus grand nombre de passages à la frontière.

Le poste-frontière côté kazakh surchargé

Interrogé par le correspondant du média kazakh Kazinform, le Comité des recettes d’État du Kazakhstan a expliqué que cette situation était “en relation avec le développement du commerce extérieur de l’Ouzbékistan avec les pays proches et éloignés. Il y a une augmentation significative des flux de marchandises en direction de la République d’Ouzbékistan à travers le territoire du Kazakhstan“.

Lire aussi sur Novastan : Le Kazakhstan impacté par le boom de la construction en Ouzbékistan

Les autorités kazakhes ont noté que cette situation a été observée depuis mars. “A l’entrée du poste de frontière “Konysbaïev ” du coté kazakh, un groupe de véhicules de fret de 50 à 100 unités a commencé à s’accumuler. La capacité du poste de frontière kazakh est de 150 véhicules par jour. Le poste fonctionne 24 heures sur 24 et passe plus de 250 véhicules par jour au maximum de sa capacité “, a indiqué le département des recettes d’Etat kazakh.

Des travaux en cours pour accroître la capacité du poste-frontière

L’embouteillage a atteint son apogée au cours de la première semaine d’août, lorsque le trafic de marchandises a atteint 315 véhicules/jour. « Durant cette période, pour des raisons techniques, la partie ouzbèke a réduit le passage à 100 unités par jour, contre 130 à 140 par jour auparavant. À cet égard, le 7 août, le Comité des recettes d’État a envoyé des lettres au Comité national des douanes de la République d’Ouzbékistan pour résoudre ce problème, ainsi que des réunions bilatérales avec les chefs des services douaniers des régions frontalières. Chaque jour, les responsables des deux postes de douane tiennent des réunions sur la question de l’accélération du passage des véhicules », explique le département des recettes d’Etat kazakh.

Des travaux sont actuellement en cours pour accroître la capacité du poste frontière Konysbaïev, afin de permettre des passages jusqu’à 1 000 voitures par jour.

Une preuve de l’augmentation des importations ouzbèkes

La situation à ce poste-frontière, l’un des plus utilisés notamment pour le passage du fret en provenance de Chine, reflète la dynamique économique de l’Ouzbékistan.

Lire aussi sur Novastan : « Les problèmes macroéconomiques s’amoncellent en Ouzbékistan »

Avec la libéralisation du cours de la monnaie ouzbèke, le soum, en septembre 2017, et l’abaissement de nombreuses barrières douanières par l’Ouzbékistan, l’importation de biens est facilitée. Depuis le début de l’année, l’augmentation des importations rend la balance commerciale de l’Ouzbékistan largement déficitaire.

Traduit du russe par la rédaction

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *