Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

L'Union européenne et l'Asie centrale veulent approfondir leur coopération - Novastan Français Novastan | L’Union européenne et l’Asie centrale veulent approfondir leur coopération
Diplomatie Union européenne Asie centrale Réunion ministérielle

L’Union européenne et l’Asie centrale veulent approfondir leur coopération

La réunion ministérielle annuelle entre l’Union européenne et l’Asie centrale s’est tenue le 17 novembre dernier par visioconférence. Les parties concernées ont réaffirmé leur volonté d’approfondir leur coopération, sans pour autant décrire sa forme concrète.

Novastan reprend et traduit ici un article publié le 21 novembre 2020 par notre version allemande.

La 16ème conférence ministérielle annuelle “UE – Asie centrale” s’est tenue le 17 novembre dernier, a rapporté le média ouzbek Kun.uz. Côté centrasiatique, les ministres des Affaires étrangères du Kazakhstan, du Kirghizstan, du Tadjikistan, du Turkménistan et de l’Ouzbékistan ont participé aux discussions avec le Haut Représentant pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité Josep Borrell ainsi que la Commissaire aux partenariats internationaux Jutta Urpilainen. La réunion a eu lieu cette année sous forme de visioconférence.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

Les parties concernées ont discuté des questions régionales et internationales dans l’intérêt commun de l’Union européenne (UE) et des pays d’Asie centrale. Selon la déclaration commune adoptée lors de la réunion, Européens et Centrasiatiques ont également décidé d’approfondir la coopération dans divers domaines tels que les énergies renouvelables, la sécurité, les droits de l’Homme et l’État de Droit.

Aide financière contre le coronavirus

Dans le détail, la pandémie de coronavirus et ses conséquences ont été au centre des discussions de cette année. Ainsi, le communiqué de presse de l’UE souligne que le Haut Représentant et les ministres des Affaires étrangères ont parlé des moyens de ” faire avancer leur partenariat d’une manière qui contribue à faire face aux multiples effets de la pandémie “. Du point de vue de l’UE, cela signifie, entre autres, aider les pays d’Asie centrale à passer à des ” modèles de développement plus résilients, plus verts et plus durables “. Une politique également menée par l’Allemagne avec son initiative Green Central Asia.

Lire aussi sur Novastan : « Green Central Asia » : les ministres centrasiatiques des Affaires étrangères invités à Berlin

Cependant, l’aide à court terme aux pays d’Asie centrale, notamment sous forme financière, a également été déployée. Depuis le début de la pandémie, l’UE a ainsi accordé plus de 134 millions d’euros aux pays de la région dans le cadre de son paquet de solidarité “Team Europe”. « Ces fonds ont été alloués pour répondre aux besoins immédiats et à plus long terme des pays d’Asie centrale, en particulier pour renforcer les systèmes de santé, d’eau et d’assainissement et pour faire face aux conséquences socio-économiques de la crise », indique le communiqué de presse.

Cependant, comme le rapporte le média tadjik Asia-Plus, la répartition de cette somme entre les différents pays de la région n’est pas claire. Bien que le ministère tadjik des Affaires étrangères ne précise pas le montant de l’aide fournie par l’UE, l’Europe devrait devenir le principal bailleur de fonds dans le pays avec son soutien. À titre de comparaison, la Chine, de loin le pays le plus généreux à ce jour, a fourni au Tadjikistan une aide humanitaire de 17,2 millions de dollars (14,5 millions d’euros) au cours des dix premiers mois de l’année.

La stratégie pour l’Asie centrale de l’UE comme cadre

Plus largement, les priorités de la nouvelle stratégie de l’UE pour l’Asie centrale adoptée en 2019, concernant notamment la promotion de la résilience, de la prospérité et de la coopération régionale, continuent d’encadrer la coopération. Dans la déclaration commune, l’UE salue les initiatives visant à promouvoir une coopération régionale plus étroite, notamment dans les domaines de la gestion des frontières et de la gestion de l’eau.

Lire aussi sur Novastan : L’Union européenne a dévoilé sa nouvelle stratégie pour l’Asie centrale

L’UE a présenté un nouveau projet de coopération en matière de maintien de l’ordre en Asie centrale (LEICA) visant à promouvoir une coopération plus étroite dans les domaines de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme. En particulier, le développement pacifique en Afghanistan joue un rôle clé dans les questions de sécurité dans la région, ce qui explique pourquoi les parties concernées ont discuté des possibilités d’une coopération plus étroite avec le voisin du sud.

Lire aussi sur Novastan : Afghanistan : comment les pays d’Asie centrale peuvent-ils contribuer à la fin de la guerre ?

Pour favoriser la prospérité dans la région, l’UE mise avant tout sur la modernisation économique. Dans la déclaration commune, les ministres des Affaires étrangères de l’UE et de l’Asie centrale ont souligné que la science, la technologie et l’innovation étaient essentielles au développement économique de la région et ont envisagé de poursuivre leur coopération dans ces domaines. Dans la conception, l’accent semble être mis sur les technologies “vertes”. Ainsi, le communiqué de presse de l’UE souligne que ” les ministres de l’Asie centrale ont été encouragés à continuer à œuvrer à la pleine mise en œuvre des engagements de Paris en matière de climat et à la transition de la région vers une économie verte, y compris une énergie durable “.

Le concret reste à bâtir

En ce qui concerne la sécurité, l’économie et l’environnement, l’approche européenne coïncide avec la nouvelle politique centrasiatique de la Russie, qui n’a été lancée qu’en octobre 2020. Derrière les mots, qu’ils soient russes, américains ou européens, la question se pose de savoir dans quels domaines des mesures politiques concrètes vont-elles aller au-delà des simples déclarations d’intention.

Lire aussi sur Novastan : La Russie tente une nouvelle approche diplomatique en Asie centrale

Sur des questions telles que l’État de Droit, la démocratie, l’égalité des sexes ou les droits de l’Homme, que l’UE souligne comme ” un élément clé de la coopération de l’UE avec ses partenaires du monde entier “, la déclaration conjointe de l’UE et des ministres des Affaires étrangères d’Asie centrale reste généralement vague et dans la sphère des déclarations d’intentions. Ainsi, une Initiative contre la violence à l’égard des femmes a été décidée lors de la réunion, sans toutefois devenir plus concrète.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Sur d’autres thèmes, comme la coopération régionale ou le développement économique, en revanche, plusieurs succès sont à noter. L’UE devrait également continuer d’être un investisseur important dans la région.

Avant la prochaine conférence ministérielle UE – Asie centrale, qui se tiendra à Douchanbé à l’automne 2021, les parties concernées auront encore différentes occasions de discuter et de concrétiser l’organisation de la coopération. Ainsi, parmi les résultats de la réunion, le premier “Forum économique UE – Asie centrale” devrait avoir lieu à Bichkek en 2021. L’Ouzbékistan prévoit également d’organiser un forum touristique et une conférence ministérielle sur la connectivité et le développement durable.

Robin Roth
Rédacteur en chef de Novastan

Relu par Anne Marvau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *