Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

Turkménistan : des centaines de phoques échoués sur le rivage de la mer Caspienne Novastan | Turkménistan : des centaines de phoques échoués sur le rivage de la mer Caspienne
Phoque Mer Caspienne Turkménistan Echouage Mort

Turkménistan : des centaines de phoques échoués sur le rivage de la mer Caspienne

Des centaines de phoques morts ont été découverts au Turkménistan. La cause n’est toujours pas claire, mais les autorités semblent vouloir dissimuler ces décès massifs. Le phoque de la mer Caspienne est une espèce en voie de disparition.

Novastan reprend et traduit ici un article publié le 17 mars 2021 par notre version allemande.

Une tragédie écologique s’est produite dans la mer Caspienne, mais la cause exacte n’a pas encore été déterminée. Des centaines de phoques morts ainsi que des milliers de poissons ont été retrouvés le long de la côte turkmène le 4 février dernier, comme l’a rapporté Radio Azatlyk, le branche turkmène du média américain Radio Free Europe. Le phoque de la Caspienne est classé comme une espèce menacée par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

Selon un témoin oculaire, les premières carcasses se seraient échouées sur le rivage en décembre dernier sur une portion de côte près de la ville portuaire de Turkmenbachy, dans l’ouest du Turkménistan. “En janvier, les membres des forces navales ont récupéré un grand nombre de phoques morts. Il y en a des centaines. Il y a également beaucoup de poissons et d’oiseaux morts sur la côte”, a déclaré Radio Azatlyk, citant les propos d’un garde-frontière turkmène qui souhaite rester anonyme.

Lire aussi sur Novastan : Kazakhstan : le phoque de la Caspienne devient une espèce protégée

Selon lui, les autorités turkmènes tentent de dissimuler la mort massive de cette espèce menacée, mais aussi de trouver la cause de l’incident. “Les supérieurs exigent que nous restions silencieux. Des scientifiques d’Achgabad tentent de découvrir la cause de la mort des phoques, un virus ou le rejet de déchets par les usines locales”, a déclaré l’homme aux journalistes de Radio Azatlyk.

Les journalistes de Radio Azatlyk n’ont pas réussi à obtenir un commentaire du ministère de l’Environnement du Turkménistan. Cependant, il y a des indications que la cause de la mort était naturelle. À peu près au même moment, de nombreux phoques morts ont été découverts sur la côte opposée de la mer Caspienne.

Parallèles avec le Daghestan

Comme l’a rapporté le journal russe The Moscow Times le 12 décembre 2020, des centaines de carcasses de phoques se sont échouées sur le rivage de la république russe du Daghestan, bordant également la mer Caspienne, les jours précédents. Les autorités russes ont alors lancé des enquêtes, qui n’ont pas encore permis d’en déterminer la cause de manière concluante.

Cependant, les enquêtes initiales ont fourni des preuves d’une cause naturelle pour la mort des phoques. “L’état des organes internes des phoques examinés ne permet pas de confirmer l’hypothèse de leur empoisonnement aux métaux lourds ou aux pesticides”, a déclaré le biologiste Viatcheslav Bisikov, qui a participé aux investigations, selon l’agence de presse russe Interfax. Les scientifiques ont également pu exclure la possibilité que les animaux soient devenus des dommages collatéraux de la pêche.

Le 26 janvier dernier, l’agence de presse russe TASS a indiqué que le dégagement de gaz naturel pourrait être l’une des causes possibles du décès. Les scientifiques de l’Institut d’écologie et d’évolution de l’Académie des sciences de Russie étaient arrivés à cette conclusion.

“Des changements similaires dans les tissus des organes internes ont été constatés chez tous les phoques examinés. […] Ces changements peuvent se développer dans un contexte d’hypoxie et indiquer une mort par asphyxie”, cite l’agence TASS à partir d’une déclaration des scientifiques. Les chercheurs estiment que la libération de gaz par des secousses sismiques ou des volcans de boue au fond de la mer Caspienne est la cause la plus probable.

Lire aussi sur Novastan : La mer Caspienne a atteint son niveau le plus bas depuis 30 ans

Les scientifiques russes ont également réussi à établir que les phoques sont morts entre une et six semaines avant leur découverte – en d’autres termes, dès le mois de novembre. Compte tenu des vents dominants et des courants de surface, il faut donc supposer que les animaux sont morts en mer. En outre, des recoupements avec les données sismologiques ont révélé que 40 secousses sismiques ont été enregistrées au cours du seul mois de novembre.

“Dans des conditions calmes, les émissions locales de méthane au-dessus de la surface de la mer peuvent former des lentilles d’air gazeux impropres à la respiration. Cela a pu entraîner la mortalité massive des phoques de la mer Caspienne qui, à cette époque, migraient vers le nord, le long de la côte du Daghestan, vers les zones de reproduction”, ont conclu les chercheurs.

Une espèce en voie de disparition

Le phoque de la Caspienne est le seul mammifère de la mer Caspienne. En 2008, l’UICN lui a attribué le statut d’espèce menacée. Depuis 2020, il est inscrit dans le Livre rouge de la Russie. Le nombre de phoques, dont les colonies sont réparties entre le Kazakhstan, le Turkménistan et la Russie, est contesté.

“Le dernier recensement aérien – une sorte de recensement – a été effectué en 2005, et environ 100 000 animaux ont été enregistrés”, a déclaré en septembre 2018 au média kazakh The Village la biologiste kazakhe Assel Baïmoukanova. Selon Interfax, Viatcheslav Bisinov estime que “la population de phoques de la Caspienne [est] stable et comprend 270 000 à 300 000 spécimens.” Le zoologiste Ilya Gomiranov a estimé à la chaîne de télévision russe TV Rain que la population était passée d’un million à 40 000 ou 60 000 spécimens.

Lire aussi sur Novastan : Des opérations de dragage en mer Caspienne vont alourdir l’impact environnemental de Kachagan

Selon Assel Baïmoukanova, les raisons de la diminution de la population sont diverses et incluent la diminution de la couverture de glace due au réchauffement climatique, mais aussi la pollution de la mer Caspienne par des toxines, ainsi que la pêche illégale. Cependant, la mortalité massive des phoques est également un phénomène récurrent. En 2000, par exemple, plus de 10 000 phoques de la mer Caspienne sont morts d’une maladie virale.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Comme le rapporte Interfax, en 2012 et 2016, plusieurs centaines de phoques morts s’étaient échoués sur la côte daghestanaise après de violentes tempêtes d’automne. La cause exacte de la mort n’a pu être déterminée, selon l’agence russe des pêches. En octobre dernier, une mort massive d’animaux s’est produite au large de la péninsule du Kamchatka, dans l’est de la Russie, dont les responsables affirment qu’elle était due à des causes naturelles, relaie le média allemand Deutsche Welle.

Les enquêtes sur la mort des phoques au Daghestan suggèrent que les animaux qui ont échoué au Turkménistan avec un léger décalage dans le temps sont morts de la même cause. Pourtant, les autorités turkmènes feraient bien d’enquêter sur la mort de ces animaux en voie de disparition plutôt que de la dissimuler.

Robin Roth
Rédacteur en chef pour Novastan

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *