Documentaire Arte Parthe Empire Histoire Archéologie Turkménistan Merv Ouloug-Dépé Gonour-Dépé Kounia-Ourgentch

« Les royaumes oubliés du Turkménistan » : Arte sur les pas des missions archéologiques européennes

Un documentaire d’Arte a suivi les missions archéologiques française et italienne au Turkménistan, autour des fouilles de la ville de Ouloug-Depe et de Nisa. L’objectif : retracer, artefact après artefact, l’histoire de ce qui reste un angle mort de l’histoire antique entre les royaumes de Margiane et de Parthes.

Diffusé le 26 septembre dernier, le documentaire du réalisateur Michael Gregor, Les royaumes oubliés du Turkménistan, retrace l’histoire du territoire turkmène depuis l’âge du bronze (2700 à 900 avant notre ère) jusqu’au Moyen Âge.  Le film se déroule dans les principales villes historiques du pays telles que Gonour-Dépé, Ouloug-Dépé, Merv et Kounia-Ourgentch, et les missions archéologiques européennes en cours.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

Le documentaire se donne pour mission de relater l’histoire de la civilisation de l’Oxus, nom antique de l’actuel Amou-Daria. Le réalisateur, qui s’est rendu dans le pays en 2019, « filme les récentes campagnes de recherches archéologiques sur ces sites longtemps ignorés des scientifiques (…) jusqu’aux découvertes d’archéologues soviétiques, dans les années 1950 », décrit le synopsis.

Ouloug-Dépé, l’un des principaux sites de l’âge du bronze en Asie centrale

Le réalisateur a suivi en particulier l’archéologue du CNRS, Julio Bendezu Sarmiento, directeur de la mission archéologique française au Turkménistan (MAFTur dans le langage administratif français) depuis 2013 dans sa campagne de fouille de 2019 sur le site de l’oasis antique d’Ouloug-Depe, non loin de la frontière iranienne au bord du désert du Karakoum.

Lire aussi sur Novastan : L’exposition d’artefacts turkmènes à Berlin est un succès

Ouloug-Dépé, ou la « grande colline » en turkmène, est un site protohistorique situé sur les contreforts des montagnes du Kopet Dagh, dans la province d’Ahal, à 175 kilomètres à l’est de la capitale, Achgabat. Le site se niche près de l’embouchure d’une gorge menant directement à l’Iran voisin. De par sa taille, de quelques 5 hectares à son sommet et de 13 hectares à sa base, et sa hauteur de 30 mètres, Ouloug-Dépé est la plus importante accumulation de couches historiques successives d’Asie centrale, partant du néolithique tardif (5e millénaire avant notre ère) jusqu’à l’âge du fer (environ 700 avant notre ère). Ce site permet de « réécrire l’histoire de l’Asie centrale » en remettant en perspective les origines d’une des premières civilisations de la région avec la civilisation iranienne notamment.

La mission archéologique italienne sur les traces grecques des Parthes à Nisa

Le documentaire suit également la mission archéologique italienne au Turkménistan qui se consacre depuis 1990 aux fouilles de l’ancienne capitale parthe de Nisa. Originaires des régions sud de la mer d’Aral, les Parthes appartenaient à la vaste confédération des nomades scythes des steppes d’Asie centrale. Vers le milieu du IIIe siècle avant notre ère, les Parthes vont dominer les régions orientales, puis rivaliser avec Rome et finalement succomber à la dynastie des Sassanides perses dans les premières décennies du IIIe siècle après J.-C.. C’est dans cet intervalle que la cité de Nisa a été fondée. Située à 18 kilomètres à l’ouest d’Achgabat, au moment où les Parthes avait absorbé la culture hellénique laissée par les conquêtes d’Alexandre le Grand dans la région. Nisa voulait rivaliser avec Rome.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Lire aussi sur Novastan : La mystérieuse Nisa, première capitale de l’Empire parthe

Le documentaire présente également la cité de Merv et celle de Kounia-Ourgentch, qui ont brillé jusqu’au Moyen Âge, notamment comme centres de la culture et de la science islamique. Proposant ainsi un panorama complet des grandes cités historiques du pays, le documentaire est également une fenêtre sur l’actuel Turkménistan où la culture de ces cités antiques aux royaumes perdus s’est prolongée et se retrouve aujourd’hui encore par certains aspects.

Le documentaire est disponible en replay sur Arte.tv jusqu’au 31 décembre 2020.

La rédaction

Relu par Anne Marvau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *