Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

La fake news de l’interdiction du mot coronavirus au Turkménistan s’est répandue à travers le monde Novastan | La fake news de l’interdiction du mot coronavirus au Turkménistan s’est répandue à travers le monde
Turkménistan RSF Reporters sans frontières Fake news Itinéraire Journalisme Information

La fake news de l’interdiction du mot coronavirus au Turkménistan s’est répandue à travers le monde

Bien que fausse, “l’information” publiée le 31 mars par Reporters sans frontières affirmant que le Turkménistan avait banni le mot coronavirus a fait le tour du monde. Tour d’horizon.

Depuis le 31 mars dernier et la publication d’un article de Reporters sans frontières (RSF) intitulé “Le “coronavirus” interdit de cité au Turkménistan”, l’information s’est répandue comme une traînée de poudre. Bien que cela soit une fake news

Lire aussi sur Novastan : Non, le Turkménistan n’a pas banni le mot “coronavirus” de ses médias

Au départ, on trouve un article du média turkmène basé à l’étranger Chronika Turkmenistana, affirmant que le mot coronavirus avait été retiré de certaines brochures médicales distribuées par les autorités. Contacté par Novastan, le rédacteur en chef du média turkmène indépendant Turkmen.news Ruslan Myatiev, explique que cette fake news est avant tout due à une mauvaise interprétation de RSF d’une information a . . .

 


...Le reste de cet article est réservé aux abonné-e-s de Novastan. Pour accéder à tous nos articles et soutenir le seul média français sur l'Asie centrale, vous pouvez vous abonner en cliquant ici. Vous pouvez nous essayer à partir d'1 euro par mois ! Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement à notre newsletter résumant nos articles, envoyée tous les lundis.

Déjà abonné-e ? Connectez-vous par ici.

 

Partager avec