croissance économique PIB Tadjikistan rogun énergie mine

L’économie tadjike croît fortement grâce à l’extraction minière et l’énergie

Le PIB tadjik a crû de 7,5 % en 2019 selon les chiffres officiels, poussé par l’industrie minière et les exportations d’électricité. Celles-ci sont stimulées par la mise en route des deux premières turbines de Rogun. Mais la dette que ce projet engendre est risquée pour l’économie la plus pauvre d’Asie centrale.

L’économie tadjike a crû de 7,5 % en 2019, la plus forte croissance du pays depuis 2012 selon les chiffres de la croissance réelle du Produit intérieur brut (PIB) donnés par le Comité des statistiques tadjik le 15 janvier dernier et rapportés par CEIC data. Ces chiffres sont meilleurs que les prévisions du FMI ou de la Banque mondiale, qui prévoyaient un ralentissement pour 2019, et le prévoient toujours pour 2020. Les exportations d’électricité et la hausse des prix de l’or et de l’argent en fin d’année ont aidé le plus petit PIB d’Asie centrale à croître fortement en 2019.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Selon les chiffres donnés par le président tadjik et rapportés par le média tadjik Asia-Plus, cette croissance de 7,5 % en 2019 est poussée principalement par la production industrielle qui représente plus de 13,4 % de la croissance. Viennent ensuite le commerce extérieur pour 8 % et le secteur agricole avec 7,1 %.

L’or et l’énergie : moteurs de la croissance tadjike en 2019

Selon les chiffres du ministère de l’Industrie tadjik rapportés par Asia-Plus, la République a produit des biens industriels d’une valeur de plus de 27,5 milliards de somoni (2,5 milliards d’euros) en 2019, soit 3,8 milliards de somoni (355 millions d’euros) de plus qu’en 2018. L’extraction minière et l’énergie représentent la moitié de cette production totale avec 25,2 % et 24,7 %, respectivement.

L’extraction aurifère dans le pays a connu une expansion importante avec une hausse de plus de 60 % durant la première moitié de 2019. Les cours mondiaux ont augmenté au cours de l’année, ce qui explique cette croissance forte.

Les exportations d’électricité ont également fortement augmenté en 2019, de plus de 18 % par rapport à l’année précédente selon les chiffres du ministère de l’Energie tadjik décrits par le média tadjik Avesta, apportant au pays plus de 91 millions de dollars de revenus. La mise en service des deux premières turbines du barrage de Rogun a aidé le pays à augmenter sa production électrique et donc à augmenter les exportations. Cependant, la dette de la construction de ce barrage rend fragile le système financier tadjik, grevé par une dette immense et difficilement soutenable.

Le système financier mis sous pression par la dette de la construction de Rogun

Comme le remarque la dernière mission du FMI au Tadjikistan, « la vulnérabilité de la dette augmente du fait des emprunts non garantis des entreprises publiques (SOE). (…) Deux banques autrefois systémiques restent insolvables et de nouvelles réformes sont nécessaires pour restaurer la confiance du public dans les banques ».

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Si le système financier tadjik est si mal-en-point, c’est que les autorités se reposent sur une dette énorme qui est due selon le FMI à la construction de l’immense projet de Rogun. « Le déficit budgétaire devrait rester élevé à moyen terme en raison du grand projet de construction hydroélectrique de Rogun, mettant l’endettement sur une trajectoire insoutenable », décrit le Fonds.

Les autorités ont récemment changé la loi afin de pouvoir privatiser Rogun et ainsi résorber cette dette, mais il est encore difficile de savoir quels investisseurs seraient prêts à reprendre un tel projet avec une telle dette.

La rédaction

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *