Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

Procès Sauytbay : « Cette médiatisation met en lumière les camps, dont l’existence était niée par la Chine » Novastan | Procès Sauytbay : « Cette médiatisation met en lumière les camps, dont l’existence était niée par la Chine »
Rangées de détenus d'un camp de rééducation politique au Xinjiang

Procès Sauytbay : « Cette médiatisation met en lumière les camps, dont l’existence était niée par la Chine »

Le procès de Sayragul Sauytbay, une Kazakhe chinoise ayant tenté de fuir le régime de Pékin pour retrouver sa famille au Kazakhstan, pourrait publiciser à plus grande échelle la situation intenable des minorités turcophones musulmanes au Xinjiang. Novastan a interviewé Dilnur Reyhan, spécialiste de la question ouïghoure, qui décrit un quasi génocide.

Le procès de Sayragul Sauytbay le 13 juillet dernier au Kazakhstan a suscité une grande controverse. Cette Kazakhe chinoise de 41 ans est accusée d’être entrée illégalement au Kazakhstan. De son côté, Sayragul Sauytbay dit avoir fui le régime répressif de Pékin dans la Région autonome ouïghoure du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, pour rejoindre sa famille au Kazakhstan.

Ce procès offre un autre regard sur la situation très délicate des minorités turcophones musulmanes au Xinjiang, notamment le sort des Ouïghours. Sayragul Sauytbay, même si elle n’appartient pas à l’ethnie ouïghoure, a partagé plusieurs de leurs difficultés. Pour y voir plus clair, Novastan a interviewé Dilnur Reyhan, spécialiste de la question ouïghoure et directrice de publication de Regard sur les Ou . . .

 


...Le reste de cet article est réservé aux abonné-e-s de Novastan. Pour accéder à tous nos articles et soutenir le seul média français sur l'Asie centrale, vous pouvez vous abonner en cliquant ici. Vous pouvez nous essayer à partir d'1 euro par mois ! Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement à notre newsletter résumant nos articles, envoyée tous les lundis.

Déjà abonné-e ? Connectez-vous par ici.

 

Partager avec