Manuels scolaires Ouzbékistan histoire

Ouzbékistan : les manuels d’histoire réécrits pour construire une identité nationale

Depuis l’indépendance ouzbèke, les programmes d’histoire ont été largement réécrits afin de valoriser les récits et personnages considérés comme éléments de l’identité nationale.

Novastan reprend et traduit ici un article publié le 19 février 2020 par le média ouzbek Hook.report.

Depuis l’indépendance de l’Ouzbékistan en 1991, l’idéologie du parti communiste, matière principale des manuels d’histoire ouzbeks, a progressivement laissé la place à une histoire plus ancienne, composée des récits des grands héros nationaux.

Lire aussi sur Novastan : L’identité nationale ouzbèke 2.0 : Héritage d’un débat (1/2)

Dans le même temps, l’histoire du monde a été réduite à sa portion congrue et les modalités d’enseignement ont fait perdre ses lettres de noblesse à une discipline académique reléguée au second plan.

Une histoire nationale glorifiée

Dès l’indépendance, l’Ouzbékistan, tout comme les autres pays de l’espace post-soviétique, s’est lancé dans un processus de refonte globale de ses programmes d’histoire. L’éloge des soviets, de la révolution russe et la critique sans concession du régime tsariste, ont été remplacés par un programme scolaire scindé en deux parties, l’histoire nationale et l’histoire du monde.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

De 1992 à 1995, les premiers manuels d’histoire jetaient un regard plutôt nuancé sur le Turkestan (1865-1924) et l’Ouzbékistan soviétique (1924-1991).  Les mouvements de libération, parfois réprimés dans le sang, étaient décrits, tout comme le mouvement général d’un pays qui s’est progressivement modernisé et industrialisé.

En 2001, la publication d’un manuel  intitulé « Histoire de l’Ouzbékistan (seconde moitié du XIXe siècle au début du XXe siècle » par l’historien J. Rakhimov provoque une première rupture. Très critique vis-à-vis des actions de l’Empire russe et de l’URSS, il suscite un vif débat et sera finalement retiré de la circulation.

Lire aussi sur Novastan : Un grenier datant de l’antiquité découvert en Ouzbékistan

Pour autant, les programmes scolaires ouzbeks continueront d’attacher progressivement une importance de plus en plus forte aux récits des héros nationaux, des Timourides (1405-1507) à Sharof Rachidov (1917-1983). Les programmes de littérature suivront la même trajectoire, en ajoutant à l’étude des classiques russes et étrangers les auteurs nationaux.

Une histoire du monde reléguée à l’arrière-plan

L’histoire du monde connaîtra une évolution inverse et se retrouvera progressivement réduite à sa portion congrue. Alors que, pendant l’époque soviétique, l’étude des civilisations mondiales était une part importante du programme, l’Afrique est aujourd’hui traitée en quelques heures, et les mythes de la Grèce antique ne se voient pas octroyer plus d’un sous-chapitre. Or, penser que l’histoire du monde ne mérite pas plus d’attention est justement révélateur du regard que l’on porte sur cette discipline et est profondément problématique.

Lire aussi sur Novastan : L’Ouzbékistan : naissance d’une Nation à l’époque de la Révolution

Le contenu des programmes n’est pas le seul changement ayant affecté l’enseignement de l’histoire.  Des 1992, contre l’avis de la majorité des professeurs d’histoire, les questionnaires à choix multiples (QCM) ont remplacé les examens écrits ou oraux. En 1994, le gouvernement ouzbek a créé une organisation nationale, le Centre national de l’évaluation par tests, afin de développer ces pratiques.

L’utilisation des QCM représente un certain nombre d’avantages pour évaluer les acquis des élèves, en particulier la transparence, l’objectivisation et l’uniformisation. Ils ont cependant l’inconvénient de réduire un examen à une suite de réponses courtes, sans relations les unes avec les autres, et sans analyse des capacités analytiques des élèves.

Le nivellement par le bas des différentes filières

Lors de la rentrée scolaire de 2017, la réforme du secondaire a porté un nouveau coup à l’enseignement de l’histoire. L’obligation d’une durée de scolarité de 11 ans a été mise en œuvre sans que les programmes scolaires ni les manuels ne soient réellement adaptés à cette nouvelle situation.

Les lycées académiques, dans lesquels l’histoire était enseignée d’une manière plutôt approfondie à partir des manuels Histoire du monde de M. Lafassov et Histoire de l’Ouzbékistan, de K. Oussmanov, ont vu leur programme assimilé à celui plus réduit des écoles généralistes et une durée d’enseignement passer de trois à deux ans.

manuels Ouzbékistan histoire Education

Cette réforme avait pour objectif de mettre sur un pied d’égalité les élèves des lycées académiques et écoles généralistes. Elle a en réalité conduit à un nivellement par le bas de l’enseignement de l’histoire, et gommé la spécificité des lycées. Six mois après la réforme, des manuels uniques, truffés de fautes, ont été mis en place d’une manière précipitée pour toutes les classes de dixième et onzième.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Plus récemment, en 2020, le gouvernement a inscrit l’histoire nationale dans la liste des matières obligatoires pour candidater à l’université, au même titre que la langue maternelle et les mathématiques. Si l’opinion publique est consensuelle sur la nécessité pour ses jeunes citoyens de connaître l’histoire de son pays, cette décision a été particulièrement mal vécue par de nombreux candidats, en particulier ceux postulant dans les facultés techniques et n’ayant qu’un intérêt limité pour les sciences humaines.

Une discipline académique délaissée

La connaissance de l’histoire nationale et du monde est certainement un facteur déterminant et indispensable à la constitution de l’élaboration d’une vision d’une monde. Cette connaissance n’est pas que factuelle, tant elle vise surtout, au-delà des principaux évènements et époques, à favoriser la construction d’un esprit critique et analytique.

Or, à l’heure actuelle, l’histoire est avant tout vue comme une matière qu’il faut bachoter afin de passer un examen ou de réussir l’entrée à l’université de droit ou de langues. D’ailleurs, en cas de succès d’entrée dans ces universités, l’enseignement de l’histoire est alors tout simplement repris de zéro. Peu de candidats se dirigent vers des études ou des carrières académiques en histoire. Des changements radicaux, tant dans l’enseignement de l’histoire que dans sa perception, sont nécessaires afin de restaurer l’attractivité de cette discipline et d’augmenter le nombre de chercheurs et d’enseignants qualifiés.

Daria Solod
Journaliste de Hook.report   

Traduit du russe par Daniel Le Botlan

Édité par Grégoire Odou

Corrigé par Aline Simonneau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *