Entree CNES Toulouse Centre national d'études spatiales Ouzbékistan accord cadre

Le spatial, nouveau terrain d’entente entre la France et l’Ouzbékistan

L’Ouzbékistan va coopérer avec le Centre national d’études spatiales et Thales Alenia Space pour se créer son industrie spatiale. Pour des observateurs russes, cet accord serait “le bijou” de la visite du président ouzbek à Paris les 8 et 9 octobre derniers. 

Après le tourisme et notamment l’abolition des visas pour les Françaisla gestion de l’eau ou encore l’énergie, la visite du président ouzbek Chavkat Mirzioïev les 8 et 9 octobre derniers à Paris a aussi rebattu les cartes dans le spatial. L’Ouzbékistan a ainsi signé un accord-cadre de coopération dans l’industrie spatiale avec le Centre national d’études spatiales (Cnes). Un accord a également été trouvé fin août entre l’Ouzbékistan et Thales Alenia Space selon le communiqué de l’Ambassade ouzbèke en France, pour assister l’Ouzbékistan à se créer une industrie spatiale, offrant ainsi de nombreuses perspectives de revenus pour l’industrie française.

Lire aussi sur Novastan : Une visite en France « fructueuse » pour le président ouzbek

Dans le détail, Tachkent a signé avec le Cnes un accord cadre, qui va permettre aux deux entités de collaborer à des projets concrets à l’avenir. Sont notamment concernés “les sciences spatiales, de l’observation de la Terre, des satellites de télécommunication, des applications spatiales, de la recherche et de la technologie spatiales et de la coordination des questions réglementaires internationales”, précise le communiqué du Cnes.

Contacté par Novastan, le Cnes confirme qu’aucun projet n’est encore d’actualité. Cependant, cet accord cadre est le premier pas d’un rapprochement. Les équipes spatiales des deux pays devraient à présent se rencontrer pour élaborer des projets concrets.

Vers des satellites lancés d’Ouzbékistan ?

De manière plus pragmatique, l’accord de coopération avec Thales Alenia Space mentionne la volonté de réaliser des projet dans le lancement et la maintenance de satellites. Selon le communiqué de l’ambassade d’Ouzbékistan en France, suite à la visite du Premier vice-président du Sénat ouzbek Sadik Safaïev dans les usines de Thales Alenia Space en août dernier, une formation des Ouzbeks aux techniques spatiales est prévue à travers la création d’un centre en Ouzbékistan. La branche spatiale du groupe Thales possède une instance représentative en Ouzbékistan, qui devrait être appelée à grandir dans les années qui viennent. Le groupe est également implanté au Turkménistan, pour lequel il a pu construire le tout premier satellite du pays lancé en 2015.

Les détails de cet accord ne sont pour autant pas connus, notamment l’aspect financier de cette coopération. Contacté par Novastan, Thales Alenia Space n’a pour l’heure pas répondu à nos interrogations.

“Un véritable bijou”

Pour le chercheur russe en sciences politiques Andreï Kasantsev, ce dernier accord est le résultat le plus important de cette visite présidentielle. “C’est un véritable bijou”, estime-t-il, interrogé par Sputnik.uz. Pour l’expert, l’accord ouvre une nouvelle page technologique pour l’Ouzbékistan et l’Asie centrale en général. Car cette coopération pourrait permettre à Tachkent de créer se créer un début d’industrie de construction de satellite et surtout de connecter la région plus largement à Internet grâce à ces satellites.

De son côté, “la France obtient un accès ouvert au marché des signaux par satellite en Asie centrale, où la Russie domine toujours. Pour Thales Alenia Space, qui exerce ses activités dans les domaines de l’aéronautique, de l’espace, de la défense et de la cybersécurité, cela constitue une opportunité d’attirer de nouveaux clients vers leurs produits“, selon Igor Pankratenko, directeur général adjoint du centre des prévisions stratégiques russe, également cité par Sputnik.uz.

Des accords attendus côté français

Ces accords étaient particulièrement attendus côté français. En juillet dernier, alors que la visite se préparait activement, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères français Jean-Yves le Drian avait souligné l’importance stratégique du secteur spatial entre les deux pays.

Nous sommes aujourd’hui l’un des seuls pays au monde à pouvoir offrir un partenariat spatial global, qui comprend toutes les dimensions : la recherche scientifique, l’industrialisation, mais aussi la coopération entre secteurs public et privé pour l’organisation d’une filière intégrée, sa régulation et la formation. Sachez que nous sommes prêts à vous accompagner dans le cadre de votre réflexion stratégique sur l’espace », avait-il déclaré.

Lire aussi sur Novastan : 5 milliards d’euros de contrats signés entre l’Ouzbékistan et la France

Plus largement, cette visite de Chavkat Mirzioïev à Paris est officiellement un large succès pour les Ouzbeks. Avec 5 milliards d’euros de contrats annoncés, une exposition au Louvre prévue en 2021, une collaboration avec l’ENA et la perspective de branches ouzbèkes d’universités françaises, Tachkent peut être satisfaite.

Etienne Combier
Co-fondateur de Novastan

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *