Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

[Newsletter] Un fonds d'investissement commun entre Etats-Unis, Kazakhstan et Ouzbékistan - Novastan Français Novastan | [Newsletter] Un fonds d’investissement commun entre Etats-Unis, Kazakhstan et Ouzbékistan
Dollar Investissement Etats-Unis Kazakhstan Ouzbékistan

[Newsletter] Un fonds d’investissement commun entre Etats-Unis, Kazakhstan et Ouzbékistan

Mots-clefs

Vous trouverez ci-dessous une reproduction de notre newsletter hebdomadaire du 25 janvier 2021, envoyée gratuitement tous les lundis. Si vous souhaitez la recevoir directement dans votre boîte mail, inscrivez-vous ici. En attendant, bonne lecture !

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

Cette newsletter est dédiée à l’Asie centrale. Chaque semaine, nous vous résumons les différentes actualités de la région, tout en vous proposant les articles écrits par la rédaction. Une question, une remarque, une envie ? Envoyez-nous un mail à novastan.france@novastan.org

Les 3 infos à ne pas manquer

Un milliard de dollars. C’est le montant réuni pour le nouveau fonds d’investissements entre Etats-Unis, Kazakhstan et Ouzbékistan. Les trois pays investiront ensemble en Asie centrale afin de favoriser son développement économique.

La recherche française vers un rayonnement régional. Avec l’arrivée d’Adrien Fauve comme nouveau directeur de l’Institut français d’études sur l’Asie centrale, la recherche française veut gagner du terrain. Au menu : expansion régionale et promotion des jeunes chercheurs sur l’Asie centrale tout en continuant d’animer une communauté grandissante.

Les ambassadeurs de France au Kirghizstan et au Kazakhstan nommés.François Delahousse et Didier Canesse ont rejoint Bichkek et Nur-Sultan, respectivement. Au total, la diplomatie française a renouvelé 4 de ses 5 ambassadeurs entre septembre et décembre 2020.

Le décryptage de Novastan

La Chine va-t-elle se retrouver en position de force au Turkménistan ?

A cause du Covid-19, le Turkménistan traverse une période économique extrêmement difficile qui a conduit le pays à se refermer encore plus qu’il ne l’était. Dans le même temps, le coronavirus a induit une baisse des importations de gaz de la Chine, qui constituent le seul revenu en devises d’Achgabat. Alors qu’un nouvel ambassadeur chinois avec un background inhabituel vient de prendre ses fonctions et que le Turkménistan continue d’investir agressivement pour augmenter ses exportations de gaz vers Pékin, la Chine se retrouve en position de force dans le pays et pourrait bien pousser pour un renouvellement des relations entre les deux pays. 

Depuis la construction du gazoduc Turkménistan-Chine en 2009, la dépendance totale d’Achgabat à la Chine a conduit le Turkménistan à tenter de diversifier ses revenus et donc à chercher par tous moyens des alternatives à la Chine, sans grands succès. Alors que la crise économique touche de plein fouet le pays, serait-il possible de voir Achgabat retourner pleinement dans les bras de Pékin ? Tentative de décryptage d’une relation discrète mais néanmoins stratégique.

………………………………………………

Ces trois paragraphes ne sont que le début de notre décryptage hebdomadaire réservé à nos abonné-e-s, envoyé tous les mercredis matins directement dans leur boîte mail.

Pour le recevoir, vous pouvez nous soutenir à partir de 6 euros par mois. Pour en savoir plus sur notre philosophie, nous vous avons tout expliqué par ici. Déjà abonné-e ? Cet article sera entièrement accessible mercredi 27 janvier.

Une question, une demande ? Notre email : redaction[at]novastan.org. 

Nos décryptages précédents :

Le “phénomène Japarov”, un nouveau mythe kirghiz ?

La pollution de l’air de Bichkek, un problème insoluble ?

L’infrastructure Internet, rempart contre la propagation du Covid-19 ?

Notre photo de la semaine

Photo du jour Rangkoul Tadjikistan Village
Rangkoul est situé au milieu d’un désert à 3800m d’altitude, excentré de l’axe routier principal. Ici, pas d’eau courante ni d’électricité, comme dans tous les villages de la région, mais également aucun commerce. Le bétail est essentiel pour survivre. Les touffes d’herbe qui poussent de manière éparse sont transformées par le bétail en produits laitier et en viande, composant plus de la moitié de l’alimentation des habitants. Alors, lorsque le troupeau revient de lointains paturages, le désert s’anime pendant quelques minutes.

Rangkoul est situé au milieu d’un désert à 3 800 mètres d’altitude, excentré de l’axe routier principal. Plus d’infos par ici.

…dans le reste de l’actu

Pourquoi l’Ouzbékistan est loin d’être une démocratie. Malgré des avancées réalisées depuis 2016 et l’arrivée au pouvoir de Chavkat Mirzioïev, le politologue Chakhriyor Ismailkhodjaïev dresse un bilan contrasté de sa politique. Il observe que l’Ouzbékistan, en dépit de nombreuses améliorations, reste un pays fortement autoritaire.

Les femmes d’Asie centrale se mobilisent contre les violences domestiques. Face à une augmentation des violences domestiques du fait des différents confinements, des ONG et des collectifs de femmes tentent de placer le sujet dans le débat public.

Le président kazakh s’inquiète du faible nombre de citoyens parlant kazakh. Le président kazakh pousse pour un apprentissage plus poussé de la langue nationale, sans pour autant limiter l’apprentissage d’autres langues comme le russe ou l’anglais.

…chez Novastan France

Les évènements Novastan reprennent ! Le 27 janvier prochain à 17 heures, Novastan organisera une nouvelle conférence, cette fois en ligne. Le thème : la musique populaire en Asie centrale. Cet évènement sera en anglais. Plus d’informations sur Facebook.

Vous voulez en savoir plus sur notre projet et comment nous voulons faire émerger l’Asie centrale ? Tout est expliqué par ici !

Envie de nous aider ? Novastan recherche des organisateur-trice-s d’évènements, des rédacteur-trice-s, des éditeur-trice-s ainsi qu’un-e community manager. Tous les moyens de contribuer à notre projet sont expliqués par ici.

La rédaction

Merci de nous avoir lu jusqu’au bout ! Rendez-vous dès la semaine prochaine pour plus d’informations sur l’Asie centrale. Pour plus d’infos au quotidien, n’hésitez pas à nous suivre sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Instagram ou Telegram.

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *