Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

La pollution de l'air de Bichkek, un problème insoluble ? Novastan | La pollution de l’air de Bichkek, un problème insoluble ?
Bichkek Pollution Air Environnement

La pollution de l’air de Bichkek, un problème insoluble ?

DECRYPTAGE. Depuis le mois de décembre, les niveaux de pollution de l’air dans la capitale du Kirghizstan frôlent des records mondiaux. Entre le 3 et le 8 janvier dernier, Bichkek est même devenue brièvement la ville la plus polluée au monde aux PM2,5, des micro-polluants. Une situation peu commune pour une ville d’un peu plus d’un million d’habitants. 

Ce sujet n’est cependant pas nouveau pour la capitale kirghize. Depuis plusieurs années, des associations écologistes et des citoyens de tous bords alertent sur les impacts de la production de chaleur, aujourd’hui principalement réalisée grâce au charbon. Un plan signé en 2018, date du dernier pic de pollution, n’a pas été mis en œuvre par les dirigeants kirghiz. Décryptage de l’un des sujets clés au Kirghizstan actuellement. 

C’est un mal qui dure depuis au moins cinq ans : tous les automnes et les hivers ou presque, Bichkek vit au cœur d’un brouillard épais de polluants. Le smog, comme l’appellent les habitants de la capitale kirghize. 

Cette année cependant, les compteurs se sont affolés. Selon l’entreprise suisse spécialisée dans la qualité de l’air IQAir, citée par le en cliquant ici. Déjà abonné-e ? Connectez-vous par ici.

Partager avec