OSCE Kirghizstan Election présidentielle

Présidentielle au Kirghizstan : le jour d’après

Après la victoire du candidat soutenu par le gouvernement, Sooronbaï Jeenbekov, lors de l’élection présidentielle du 15 octobre 2017, l’atmosphère reste calme dans le pays au lendemain de l’élection. Mais plusieurs voix critiquent le processus électoral et les réactions se multiplient.

Ce lundi 16 octobre, le Kremlin a officiellement félicité le nouveau président élu du Kirghizstan, Sooronbaï Jeenbekov. C’est un signal important pour le Kirghizstan qui entretient de bonnes relations avec la Russie et reste, 26 ans après l’indépendance, dépendant de son grand voisin du nord.

Au lendemain de l’élection, le candidat malheureux à l’élection présidentielle, Omourbek Babanov, a donné une conférence de presse. Bien que faisant figure de favori, il n’a finalement récolé que 34% des voix, contre 54% pour son rival Sooronbaï Jeenbekov. Omourbek Babanov a déclaré qu’il reconnaissait les résultats des élections, mais il continue de s’afficher en principal opposant du gouvernement actuel.

Lire aussi sur Novastan : Omourbek Babanov, candidat malheureux à la présidentielle

“Les chaînes de télévision nous ont défavorisés. Les médias étaient contre nous. Et nos militants n’ont rien pu faire face à cela”, a déclaré le candidat indépendant. Toutefois, pour lui, l’élection est terminée et le peuple a fait son choix.

Une campagne malhonnête

Pour ce scrutin, près de 2 millions de Kirghiz se sont rendus aux urnes, soit une participation d’environ 56% selon la Commission électorale centrale. Selon l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui a dépêchée des observateurs pour cette présidentielle, l’élection a été partiale. L’OSCE a notamment dénoncé l’autocensure des médias et les pressions exercées sur les électeurs le jour du vote.

Lire aussi sur Novastan : « 1000 soms pour une voix » : comment les électeurs kirghiz ont subit des pressions 

Maison Blanche Kirghizstan Présidentielle Bichkek Président

Environ 370 observateurs indépendants provenant de 15 pays différents ont pu assister à l’élection dimanche 15 octobre. Ils ont dénoncé dans leur rapport l’usage abusif des ressources administratives par les autorités gouvernementales, les achats de votes et la pression sur les électeurs, qu’elle soit familiale, clanique ou liée à l’emploi du citoyen concerné.

Une élection jugée propre malgré tout

“Le Kirghistan est un bon exemple. Le pays a montré qu’il était en mesure d’organiser des élections honnêtes et d’assurer une transition pacifique du pouvoir”, a déclaré Azaï Guliyev, chef des représentant de l’OSCE en mission au Kirghizstan.

Lire aussi sur Novastan : Kirghizstan : « Des élections concurrentielles mais pas entièrement libres »

“J’espère que le Kirghizstan saura à l’avenir résoudre les problèmes identifiés et sera notamment en mesure de mettre en place des règles quant au financement de la campagne électorale et des différents candidats. De même, nous espérons que des mesures seront prises face aux achats de votes, le but étant de maintenir le principe du vote secret, essentiel en démocratie”, a ajouté Azaï Guliyev.

Une atteinte au secret du vote

De fait, les électeurs ont dû amener leur bulletin de vote ouvertement aux urnes. Ces dernières étaient souvent placées de telle sorte que les assesseurs pouvaient regarder le bulletin. En outre, certaines zones électorales n’étaient pas accessibles, ce qui a empêché des électeurs de voter, regrettent les observateurs.

Le Kirghizstan a donc beaucoup à améliorer pour les prochaines élections. Un rapport final, incluant les propositions d’amélioration de l’OSCE, sera publié dans deux mois. D’ici là, le passage de relais entre Almazbek Atambaïev et Sooronbaï Jeenbekov, prévu le 4 décembre prochain à la “Maison Blanche” kirghize, aura été réalisé.

Janina Lackmann
Rédactrice en chef de la version allemande de Novastan

Traduit de l’allemand par Jérémy Lonjon

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *