Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

Les fêtes kirghizes : tradition ancestrale ou contrainte sociale ? Novastan | Les fêtes kirghizes : tradition ancestrale ou contrainte sociale ?
Un mariage kirghiz - l'occasion d'une Toi

Les fêtes kirghizes : tradition ancestrale ou contrainte sociale ?

Des tables qui craquent sous le poids des plats et des boissons, des invités innombrables, de sympathiques maîtres de cérémonie, des discours à n’en plus finir… Au Kirghizstan, quand on fait une fête, une Toï, on voit les choses en grand.  Si bien que beaucoup en font trop, au risque de s’endetter. 

Cette article est une traduction d'un article publié sur la version allemande de Novastan.

Une Toï est une fête traditionnelle kirghize, organisée notamment lors des mariages, mais aussi lors d’autres grandes occasions : naissances, circoncision, pendaison de crémaillère, anniversaires. Ces Toïs ont souvent lieu à l’automne. Cette tradition remonte aux temps anciens, où les Kirghiz ne pouvaient faire de telles fêtes qu’après les moissons. A cette époque, organiser de telles fêtes était une simple tradition. De nos jours, c’est une manière d’exhiber son statut social.

« El emne dejt ? » - « Qu’en dira-t-on ? » Au Kirghizstan, telle est la question. Pour ne pas se laisser surclasser par son voisin, des personnes modestes vont jusqu’à contracter un crédit pour inviter une centaine, parfois même un millier de convives à leur fête.

en cliquant ici. Vous pouvez nous essayer à partir d'1 euro par mois ! Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement à notre newsletter résumant nos articles, envoyée tous les lundis.

Déjà abonné-e ? Connectez-vous par ici.

 

Partager avec