Vallée Kara-Suu Kirghizstan

Le Kirghizstan ne veut plus transférer l’enclave de Barak à l’Ouzbékistan

Le Kirghizstan a abandonné l’idée de céder l’enclave de Barak à l’Ouzbékistan. Une décision qui obscurcit le processus de délimitation des frontières entre les deux pays, l’un des plus grands défis de leurs relations bilatérales.

Le tracé des frontières soviétiques continue de semer le trouble. L’enclave kirghize de Barak, petit village de 4 kilomètres carrés encerclé par les terres ouzbèkes, est au cœur des problèmes frontaliers entre le Kirghizstan et l’Ouzbékistan depuis leur indépendance en 1991. Barak fait l’objet de conflits et de discussions entre les deux États depuis près de 20 ans.

Suite à des années de négociations, le gouvernement kirghiz a décidé en août 2018 de céder ce territoire à l’Ouzbékistan, en échange d’une parcelle équivalente de terres, afin de lisser les difficultés liées au tracé des frontières.

Lire aussi sur Novastan : Le Kirghizstan va . . .

 


...Le reste de cet article est réservé aux abonné-e-s de Novastan. Pour accéder à tous nos articles et soutenir le seul média français sur l'Asie centrale, vous pouvez vous abonner en cliquant ici. Déjà abonné-e ? Connectez-vous par ici.

Partager avec