Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

La vie en marge au Kirghizstan : vivre sans eau dans la banlieue de Bichkek Novastan | La vie en marge au Kirghizstan : vivre sans eau dans la banlieue de Bichkek
Kirghizstan Banlieue Muras-Ordo Altyn-Kazyk Maison Terre Illégal

La vie en marge au Kirghizstan : vivre sans eau dans la banlieue de Bichkek

En quelques décennies, une cinquantaine de nouveaux quartiers abritant 250 000 personnes ont poussé autour de Bichkek, la capitale du Kirghizstan. Des familles entières de Kirghiz venus des quatre coins du pays s’installent à proximité de décharges et dans des zones insalubres, sans eau, ni électricité, ni canalisations. Comment survivent-ils dans ces conditions ?

Novastan reprend et traduit un reportage initialement publié par Kaktus.media.

Depuis de nombreuses années, des habitants des régions kirghizes quittent leur village pour se rapprocher de la capitale kirghize, Bichkek, dans l’espoir d’une vie meilleure. Ils ont plus de chances de trouver un travail et les services de santé ainsi que l’éducation y sont meilleurs. Ils n’ont pour la plupart pas les moyens d’acheter un logement à Bichkek ou dans les environs et se contentent donc d’occuper un terrain inhabité, y construisent des baraques de torchis et de glaise et commencent une nouvelle vie.

Les autorités ne luttent pas vraiment contre ces occupations illégales, tant elles craignent que ces personnes vivant dans la misère n’organisent un autre coup d’Etat après les révolutions de 2005 et en cliquant ici. Déjà abonné-e ? Connectez-vous par ici.

Partager avec