Drapeaux Cinq Pays Asie

Russie et Asie centrale: “inséparables partenaires” ?

L’ancienne puissance coloniale tient une place toujours prépondérante dans les sociétés centrasiatiques. Marina Zhir-Lebed, doctorante de l'Université Otto-Friedrich à Bamberg en Allemagne, revient sur ces liens dans une interview.

Novastan reprend et traduit une interview publiée originellement sur CAA-Network.

Dans sa thèse, Marina Zhir-Lebed explore le lien entre la formation de l'identité nationale et l'utilisation des réseaux sociaux dans la République du Kazakhstan. Dans une interview avec Daniyar Kosnazarov, analyste à l'Université de Narhoz et co-fondateur de Bilig Brains, Marina revient sur les différents aspects du «soft power» russe.

Les experts considèrent-ils inconsciemment, que les acteurs «traditionnels» d'Asie centrale, comme la Russie, les États-Unis, la Chine, la Turquie, le Japon et la Corée du Sud, s'opposent les uns des autres dans le cadre d'un « Grand Jeu » ? N'est-ce pas la reproduction du discours dominant, sur la concurrence pour l'influence en Asie centrale, basé sur la logique du « jeu à somme nulle » ? Lors de vos recherches, vous avez étudié la politique européenne en Asie centrale. Y a-t-il un «Grand Jeu» dans le domaine culturel de la région ?

 


...Le reste de cet article est réservé aux abonné-e-s de Novastan. Pour accéder à tous nos articles et soutenir le seul média français sur l'Asie centrale, vous pouvez vous abonner en cliquant ici. Déjà abonné-e ? Connectez-vous par ici.

Partager avec