Kassym-Jomart Tokaïev Hassan Rohani Iran Kazakhstan Relations bilatérales Diplomatie Commerce Entretien

L’Iran veut renforcer sa coopération bilatérale avec le Kazakhstan

Le président iranien Hassan Rohani a fait savoir à son homologue kazakh Kassym-Jomart Tokaïev la volonté de l’Iran d’approfondir les relations bilatérales entre les deux pays, notamment dans le domaine économique. Une démonstration supplémentaire de l’intérêt que Téhéran manifeste aux pays centrasiatiques.

Lors d’une conversation téléphonique le 20 mai dernier, le leader iranien Hassan Rohani s’est entretenu avec le chef d’État kazakh Kassym-Jomart Tokaïev, rappelant l’importance de continuer à développer les relations bilatérales entre les deux pays, notamment économiques.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

Les nombreux thèmes abordés – échanges commerciaux, coopération bancaire, infrastructures, facilitation des déplacements des citoyens des deux États, santé, entraide judiciaire – ne font que réaffirmer l’ambition centrasiatique de l’Iran.

Renforcer les liens économiques avec le Kazakhstan

Les deux présidents se sont entendus sur la nécessité d’approfondir les échanges commerciaux via la mer Caspienne, comme le relate le média spécialisé sur la région Caspian News. Bien qu’ils se soient déclarés satisfaits de la coopération actuelle dans les domaines ferroviaire et routier, ils ont souligné qu’il restait encore des obstacles à supprimer au fret routier et ferroviaire pour le transport des marchandises entre les deux pays.  Afin d’améliorer la compétitivité de ces axes, des efforts devront être consentis dans l’utilisation des couloirs de transport multimodal à travers la mer Caspienne, qui borde notamment les deux pays.

Lire aussi sur Novastan : L’Iran se rapproche de l’Ouzbékistan

Toujours dans un objectif d’optimisation d’infrastructures déjà existantes, une attention particulière sera portée à une utilisation plus efficace du chemin de fer Kazakhstan-Turkménistan-Iran. Le président iranien a également proposé un système de troc pour l’échange de produits, qui renforcerait selon lui le processus de commerce bilatéral.

L’accélération des échanges de marchandises n’est pas la seule ambition affichée, puisqu’il a aussi été mentionné de renforcer la coopération bancaire et de finaliser l’accord visant à faciliter la délivrance de visas aux citoyens des deux pays.

Entraide judiciaire et coronavirus

La conversation a également été l’occasion d’aborder la coopération judiciaire dans le domaine civil, ainsi que l’actualité sanitaire. Le Parlement kazakh a en effet approuvé le 20 mai dernier le projet de loi sur la ratification de l’accord entre les deux États concernant l’entraide judiciaire en matière civile. Il s’agit là de créer un mécanisme bilatéral pour protéger les droits et les intérêts des individus et des entités juridiques des deux pays. L’accord couvrira les questions matrimoniales, familiales, commerciales et relatives au travail.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

En outre, Kassym-Jomart Tokaïev et son homologue iranien ont échangé sur les difficultés engendrées par la pandémie du coronavirus et sur la nécessité de partager les expériences de lutte contre l’épidémie. Il est prévu que les ministres de la Santé iranien et kazakh promeuvent une coopération sanitaire, incluant l’export par l’Iran de matériel médical – respirateurs artificiels, masques N95 et kits de test sérologique.

L’entretien s’est conclu par l’invitation d’Hassan Rohani adressée au président kazakh à se rendre à Téhéran lors d’une prochaine visite officielle.

L’ambition centrasiatique de l’Iran

Les perspectives centrasiatiques de l’Iran sont aujourd’hui largement affichées, alors que Téhéran tente de déjouer l’isolement économique de Washington.

Lire aussi sur Novastan : Face à la pression américaine, l’Iran se tourne vers les pays d’Asie centrale

Depuis l’entrée en vigueur le 27 octobre 2019 de l’accord de libre-échange entre l’Iran et l’Union économique eurasiatique (UEE), dont le Kazakhstan est membre, ce sont 5,1 millions de tonnes de biens, d’une valeur totale de 1,78 milliard de dollars (1,63 milliard d’euros) qui ont circulé entre les deux zones. L’accord prévoit des tarifs préférentiels sur des centaines de marchandises exportées depuis l’Iran.

Les échanges commerciaux entre les deux pays sont déjà très denses. L’Iran importe principalement des céréales, des produits pétroliers et des métaux du Kazakhstan, tandis que celui-ci s’intéresse particulièrement aux investissements iraniens dans les domaines de la construction mécanique, des infrastructures, des transports et des télécommunications.

Lire aussi sur Novastan : Le Tadjikistan, nouveau terrain de la rivalité Iran-Arabie saoudite

Qui plus est, l’Iran a établi un partenariat avec le Kazakhstan dans le cadre de plusieurs projets pétroliers et gaziers, et de constructions d’infrastructures à l’échelle régionale dans le contexte des Nouvelles routes de la Soie chinoises. Si le projet, dévoilé en 2013 par la Chine, permet à l’Asie centrale d’amorcer une stratégie de désenclavement, il semblerait qu’il soit aussi un moyen pour l’Iran de rompre avec son isolement grâce à une intégration régionale.

Manon Mazuir
Rédactrice pour Novastan

Relu par Aline Cordier Simonneau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *