Mer Caspienne Eau Environnement Politique Catastrophe Kazakhstan Turkménistan

La mer Caspienne a atteint son niveau le plus bas depuis 30 ans

Selon de récents résultats, le niveau d’eau de la mer Caspienne a encore chuté au cours de l’année dernière, suivant une tendance à la baisse remarquée depuis plusieurs années. La question est aujourd’hui de savoir si la mer Caspienne partagera, dans un futur proche, le même sort que la tristement célèbre mer d’Aral. 

Le 18 mai dernier, la présidente du Centre national pour l’étude et la recherche de la mer Caspienne, Bani Hashemi, a déclaré que le niveau d’eau de la mer Caspienne a baissé de 13 centimètres entre 2018 et 2019, rapporte l’Agence de presse de la République islamique (IRNA) basée en Iran. Le niveau de la mer Caspienne, dont l’altitude est négative, est ainsi tombé à -27,18 mètres.

“Le niveau d’eau dans la mer Caspienne est tombé au niveau le plus bas des 30 dernières années en 2019, suivant la tendance à la baisse depuis 1995”, a indiqué Bani Hashemi.

Plusieurs facteurs à l’origine de cet abaissement 

Selon Bani Hashemi, cette baisse s’explique principalement par la diminution du débit du fleuve de la Volga, affluent de la mer. En 2019, la période d’inondation du fleuve, qui s’établit normalement de début mai à fin juillet, a été plus courte et son taux de rejet inférieur à la moyenne habituelle, rapporte le média iranien Tehran Times. Ceci a des effets significatifs car la Volga est la source principale de la mer Caspienne. Elle lui apporte en moyenne 240 milliards de mètres cube par an, soit 80 % de toute son eau entrante à l’année. Les autres grandes sources sont notamment le Kura, l’Oural, le Terek, le Sefid-rud et le Haraz, mais leurs apports sont moins importants.  

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

L’autre principale raison évoquée pour expliquer la baisse du niveau de la mer Caspienne est l’augmentation de sa température moyenne, rapporte l’IRNA. Selon le Centre national pour l’étude et la recherche de la mer Caspienne, la hausse de la température de la surface de la mer est devenue un facteur particulièrement important ces dernières années, avec 0,2 °C supplémentaire en moyenne en 2019 par rapport à 2018. Au cours des deux dernières années, toutes les parties de la mer Caspienne ont été touchées par cette augmentation de température, à l’exception de la partie nord, rapporte le Tehran Times.

Des résultats qui confirment une prévision antérieure

Ces derniers résultats semblent confirmer les prévisions faites par des experts russes, qui avaient été rapportées dans le Journal russe le 14 mai 2019. Il avait notamment été prévu une baisse du niveau de l’eau de la mer Caspienne pouvant atteindre jusqu’à 15 centimètres à la fin de l’année 2019. La réalité en est très proche.

Parmi les conséquences écologiques et économiques directes évoquées, il était notamment question d’une réduction des populations de poissons, d’une diminution du taux de navigation ainsi que de la formation de fonds peu profonds.

Une inquiétude générale grandissante

Le sort de la mer Caspienne est pourtant décisif, aussi bien d’un point de vue écologique qu’économique. Il s’agit en effet de l’une des plus grandes masse d’eau intérieure fermée au monde. Délimitée par le Kazakhstan au nord-est, la Russie au nord-ouest, l’Azerbaïdjan à l’ouest, l’Iran au sud et le Turkménistan au sud-est, elle est le sujet de nombreuses interrogations géopolitiques. En août 2018, un statut juridique lui a été donné avec une constitution signée à Aktau, dans le sud-ouest du Kazakhstan, entre ces pays riverains.  

Lire aussi sur Novastan : La Mer Caspienne a-t-elle atteint un point de non-retour ?

Les inquiétudes sont d’autant plus grandes que les constats sont alarmants. Par endroits, le littoral a déjà reculé de 100 kilomètres en raison de la baisse du niveau d’eau. Pour plusieurs scientifiques, la mer Caspienne pourrait connaître le même sort que la mer d’Aral. Selon le groupe de travail interministériel sur la réglementation du fonctionnement des bassins de retenue de la cascade Volga-Kama située en Russie, le mois de juin 2019 a été critique pour la basse Volga, qui a enregistré son niveau d’eau le plus bas depuis plusieurs décennies.

Lire aussi sur Novastan : Non, il n’y a pas de « renaissance » de la mer d’Aral

D’après les images satellites, le nord-est de la mer Caspienne a déjà été asséché sur plus de 5 000 kilomètres carrés entre 2005 et 2018, formant de nouveaux îlots et un nouveau littoral. Par ailleurs, une baisse de plus d’un mètre du niveau de la mer peut entraîner un recul du littoral de 50 kilomètres, en particulier au Kazakhstan où le fond de la mer est en pente douce et facilement asséchable. 

Des prévisions contrastées 

Pour Bani Hashemi, la baisse du niveau de l’eau de la mer Caspienne devrait se poursuivre sur le long terme en raison du changement climatique et de l’évaporation de l’eau, bien qu’il puisse y avoir des fluctuations annuelles. 

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Pour Elena Ostrovskaya, directrice du Centre de recherche marine de la mer Caspienne, la situation est en revanche plus contrastée. Il y a des chances, selon elle, pour que le niveau de la mer remonte sur le long terme, rapporte Hérault de la mer Caspienne“Certes, on ne sait pas encore pourquoi cela se produira. Des facteurs tels que l’humidité de l’air, l’augmentation de la teneur en eau du bassin de la Volga dans les décennies à venir, etc. peuvent jouer un rôle”, a-t-elle expliqué. 

Tanguy Martignolles
Rédacteur pour Novastan

Relu par Aline Cordier Simonneau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

[alt]
Lada.kz
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *