Kazakhstan Almaty Conflit Kazakhs Ouïghours Couteau Chonji

Kazakhstan : cinq personnes poignardées dans un conflit entre Kazakhs et Ouïghours

Le 16 juin, dans la province kazakhe d’Almaty, des jeunes Kazakhs et Ouïghours se sont affrontés à coups de couteau après un incident survenu sur une route, faisant cinq blessés. Les autorités insistent sur l’absence de caractère ethnique dans les violences, alors même qu’un conflit entre Kazakhs et Dounganes a fait dix morts en février dernier.

Le 16 juin dernier, dans le district ouïghour de la région d’Almaty, au Kazakhstan, un conflit a éclaté entre jeunes Kazakhs et Ouïghours, faisant cinq blessés. Selon l’agence de presse kazakhe KazTAG.kz, l’incident a eu lieu sur une route près du village de Chonji, lorsque deux voitures ont failli entrer en collision. La situation a alors rapidement dérapé, les dix occupants des deux véhicules cherchant à en découdre.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

« L’altercation verbale entre les Kazakhs et les Ouïghours qui occupaient les deux voitures s’est transformée en affrontement. En conséquence, cinq personnes ont été hospitalisées avec des coups de couteau. L’état des victimes est satisfaisant. Trois personnes restent à l’hôpital, deux sont rentrées chez elles », a déclaré Galymourat Joukel, directeur du service de presse du gouverneur (hokim) de la région d’Almaty, selon des propos rapportés par KazTAG.kz.

Conflit interethnique ou simple incident entre jeunes ?

Peu après l’incident, le gouverneur de la région d’Almaty, Amandyk Batalov, s’est rendu sur place pour une réunion d’urgence. « [Le 17 juin dernier], nous avons eu une longue réunion avec les représentants du district. Un certain nombre de questions ont été discutées. Les aksakals [chefs traditionnels du village] ont demandé de ne pas considérer l’incident comme un conflit ethnique, mais comme un conflit domestique entre les jeunes », a affirmé le directeur du service de presse, cité par KazTAG.kz.

Lire aussi sur Novastan : Kazakhstan : 10 morts dans un conflit interethnique entre Dounganes et Kazakhs

La police kazakhe a débuté ses investigations préliminaires et ne semble pas non plus privilégier la piste du conflit ethnique. L’incident a ainsi été qualifié de « hooliganisme », en vertu de l’article 293 du Code pénal du Kazakhstan. « Ils n’ont tout simplement pas partagé la route, c’est-à-dire que sur la section non réglementée de la route, les deux voitures ont failli entrer en collision, ce qui a provoqué un conflit », a expliqué Galymourat Joukel, selon des propos rapportés par le média kazakh Informburo.kz.

Le village de Chonji bientôt renommé ?

Le 17 juin, soit le lendemain de l’incident, Galymourat Joukel a révélé que des habitants du village de Chonji, dont l’origine ethnique n’a pas été spécifiée, avaient demandé au gouverneur de la région d’Almaty de renommer leur district et leur village. « En effet, cette question a été posée. [Certains habitants] ont proposé de renommer le village de Chonji et le district ouïghour. […] Le gouverneur de la région, Amandyk Batalov, a déclaré que la décision serait prise après avoir étudié les propositions », a-t-il indiqué.

Lire aussi sur Novastan : Affrontements dans le sud du Kazakhstan : conflit interethnique ou mafieux ?

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Toutefois, le chef du service de presse du gouverneur de la région d’Almaty affirme qu’il n’y a aucun lien entre le conflit du 16 juin et les demandes des habitants. « Cette demande provient de résidents locaux, donc je ne peux pas vous dire avec quoi elle est liée. […] Non, ce n’est pas lié au conflit entre jeunes qui s’est produit le 16 juin », a conclu Galymourat Joukel, toujours cité par l’agence KazTAG.kz.

Contexte tendu dans le sud-est du Kazakhstan

D’après les données du dernier recensement officiel kazakh, conduit en 2009, 224 713 Ouïghours vivaient au Kazakhstan, soit 1,4 % de la population totale du pays. Toutefois, à cette date, les Ouïghours formaient la majorité de la population dans le district ouïghour de la région d’Almaty. La relation entre les autorités kazakhes et la minorité ouïghoure est, depuis l’indépendance du pays en 1991, largement influencée par la politique chinoise dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang. En effet, sous la pression chinoise, le gouvernement kazakh a progressivement durci sa politique à l’égard des Ouïghours, dont le nationalisme est parfois perçu comme une menace envers la sécurité nationale kazakhe.

Si le sud-est du Kazakhstan n’a jamais été le témoin de violences de grande ampleur impliquant la communauté ouïghoure, il n’est pourtant pas exempt de tensions interethniques. En effet, en février dernier, dans la région de Jambyl, un accident de la circulation impliquant des Kazakhs et des Dounganes, un peuple originaire du nord-ouest de la Chine, a dégénéré en conflit interethnique, sur fond de règlement de comptes entre bandes criminelles. Les violences ont fait dix morts, dont neuf Dounganes, avant que la police ne procède à des dizaines d’arrestations. Ce contexte tendu explique certainement pourquoi les autorités ont immédiatement insisté sur le fait que l’incident du 16 juin n’avait rien à voir avec un conflit interethnique, alors même que l’enquête ne fait que commencer.

Quentin Couvreur
Rédacteur pour Novastan

Relu par Aline Cordier Simonneau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *