Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

En Ouzbékistan, la lutte contre les déchets se poursuit - Novastan Français Novastan | En Ouzbékistan, la lutte contre les déchets se poursuit
Déchets Ouzbékistan Environnement Loi

En Ouzbékistan, la lutte contre les déchets se poursuit

À partir du 1er janvier 2021, les citoyens ouzbeks qui signaleront aux autorités, par une photographie ou une vidéo, toute décharge sauvage d’ordures ménagères ou de gravats se verront octroyer une prime. Cette nouvelle réglementation s’inscrit dans le cadre d’une campagne menée depuis 2017 pour améliorer les infrastructures de collecte et d’élimination des déchets.

Novastan reprend et traduit ici un article publié le 6 octobre 2020 par notre version allemande.

Dans un décret pris le 29 septembre dernier, le président ouzbek Chavkat Mirzioïev a encouragé la poursuite des réformes visant à éliminer les déchets dans les villes et les campagnes. Dans ce cadre, une nouvelle disposition invite la société dans son ensemble à participer activement à la lutte contre la pollution par décharges sauvages. Depuis le 1er janvier 2021, les citoyen-ne-s peuvent donc signaler sur une plateforme en ligne du Comité d’État pour l’écologie, à l’aide d’une photo ou d’une vidéo, toute atteinte à l’environnement.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

En guise d’incitation, il est stipulé que ces citoyen-ne-s vigilant-e-s peuvent recevoir en récompense, si l’affaire est tirée au clair, 15 % du prix de l’amende infligée aux contrevenant-e-s. Il est prévu que les signalements soient vérifiés par le Comité d’État pour l’écologie. Si le délit est avéré, c’est le ministère de l’Intérieur qui a pour rôle de prendre en charge des recherches pour identifier les coupables. Le décret précise en outre que l’anonymat des lanceurs d’alerte est assuré.

Anciens et nouveaux outils de gestion des déchets

Afin que ce nouveau dispositif puisse entrer en vigueur à la date prévue, soit dès le début 2021, le Comité d’État pour l’écologie ainsi que le ministère de la Communication et de l’information ont pour mission de mettre au point des outils numériques adéquats. L’Ouzbékistan a d’ailleurs déjà fait l’expérience de tels systèmes d’alerte dans d’autres domaines. En effet, les citoyen-ne-s ouzbek-e-s peuvent d’ores et déjà signaler les délits routiers sur un site du ministère de l’Intérieur depuis l’été 2019. En contrepartie, les auteur-e-s de ces signalements reçoivent 5 % de l’amende perçue.

Lire aussi sur Novastan : L’Ouzbékistan va se doter d’un système de mesure en temps réel de la pollution de l’air

En parallèle de cette mise à contribution de la société civile, le décret sur la pollution par décharges sauvages prévoit un nouveau modèle de partenariat public-privé dans le domaine de la gestion des déchets. Ainsi, l’État a prévu de mettre les sites de décharge, les véhicules et technologies de ramassage des déchets à disposition d’entreprises privées.  En échange, celles-ci doivent s’engager à assurer, d’ici fin 2021, un système de gestion des déchets couvrant le territoire national dans son ensemble.

6 millions d’Ouzbeks privés d’infrastructures suffisantes

Selon le média ouzbek Gazeta.uz, ces mesures découlent du fait que six millions d’Ouzbeks, soit près d’un habitant sur cinq, sont aujourd’hui encore privés de toute infrastructure satisfaisante pour la collecte et le traitement des ordures. Les territoires ruraux, dont certains étaient encore tout récemment dépourvus d’un système adéquat de gestion des déchets, sont essentiellement concernés.

Lire aussi sur Novastan : Coronavirus : une rivière ouzbèke transformée en décharge de déchets médicaux

De plus, les décharges existantes ne correspondent pas aux standards internationaux de protection de l’environnement et constituent, par là-même, un important problème écologique. Au niveau du gouvernement, un décret présidentiel préconisant une réforme profonde du système de gestion des déchets constatait déjà en 2017 que la situation qui prévalait alors polluait la nappe phréatique, les sols et l’atmosphère, entraînant ainsi de graves conséquences pour la santé publique.

Des stratégies de long terme

Depuis ce constat, un grand nombre de mesures ont été décidées en vue d’améliorer la qualité de vie et de renforcer la protection de l’environnement. Au niveau institutionnel, par exemple, plusieurs ordonnances ont été prises, comme « la stratégie pour le passage à l’économie verte », qui entend optimiser l’utilisation, le traitement et l’élimination des ordures domestiques. Dans ce débat, le recyclage joue évidemment un rôle central. La stratégie 2019 – 2028 concernant la gestion des déchets prévoit que 60 % des déchets soient réutilisés.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Afin de soutenir les efforts du gouvernement ouzbek pour mieux gérer les déchets, la Banque asiatique de développement en Ouzbékistan a même accordé en avril 2020 un prêt de 60 millions de dollars (49 millions d’euros), relaie également Gazeta.uz. En parallèle, de nouveaux sites de décharge ont été aménagés et des campagnes créatives d’incitation au tri ont été lancées. Par exemple, en mars 2019, la semaine d’action pour l’embellissement des espaces publics, aussi appelée Hashar week, a été organisée.

Le décret dernièrement promulgué a mis, lui aussi, l’accent sur la nécessité d’établir des projets éducatifs pour sensibiliser la population au problème de gestion des déchets. À travers ces initiatives, on remarque que, parallèlement au développement d’infrastructures adéquates, le gouvernement ouzbek mise de plus en plus sur un changement radical de mentalité parmi ses citoyen-ne-s concernant la gestion des déchets.

Jana Rapp
Rédactrice pour Novastan

Traduit de l’allemand par Bruno Cazauran

Édité par Anne-Charlotte Marcombe

Relu par Anne Marvau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *