Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

L'ex-président turkmène Gourbangouly Berdimouhamedov change le système législatif à son avantage
Turkménistan Président Gourbangouly Berdimouhamedov Sénat Système Législatif Changement

L’ex-président turkmène Gourbangouly Berdimouhamedov change le système législatif à son avantage

L’ancien président turkmène Gourbangouly Berdimouhamedov, président du Sénat, a annoncé vouloir un retour à un parlement monocaméral. Il change une fois de plus le système législatif du pays, en vue de renforcer sa position. 

Retour en arrière. Le 11 janvier dernier lors de la réunion du Halk Maslahaty (en turkmène, le Conseil du peuple), chambre haute du parlement présidée par l’ancien président Gourbangouly Berdimouhamedov, a été annoncé le retour à un parlement monocaméral, comme c’était déjà le cas avant la dernière réforme constitutionnelle en 2020.

Cette proposition émane de l’ancien président en personne, explique le site officiel du gouvernement. Le Halk Maslahaty ne fera alors plus partie du Parlement et deviendra l’organe indépendant le plus important du pays. Le père de l’actuel président Serdar Berdimouhamedov a justifié cette proposition par « la nécessité d’améliorer la législation en fonction des besoins réels de l’époque ».

Novastan est le seul média européen (en français, en allemand et en anglais) spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

Ce changement du système législatif turkmène sera validé lors d’une réunion des deux chambres du parlement, le Mejlis (la chambre basse) et le Halk Maslahaty, le 21 janvier prochain. Dans la foulée, les élections législatives ont été annoncées pour le 26 mars prochain, rapporte l’agence de presse Ferghana News.

Un organe supprimé puis recréé
Halk Masahaty Turkménistan Sénat

Le Halk Maslahaty, équivalent du Sénat au Turkménistan. [alt]
Halk Maslahaty (People's Council) of Turkmenistan

Le Halk Maslahaty, équivalent du Sénat au Turkménistan, a été créé en 1992 et avait déjà le statut d’organe représentatif le plus élevé sous le règne du premier président Saparmourat Niyazov. Mais il était surtout un instrument de pouvoir pour le dictateur, car c’est par le biais de cet organe que Saparmourat Niyazov a été nommé président à vie.

Lire aussi sur Novastan : Serdar Berdimouhamedov, discret président du Turkménistan

A l’arrivée de Gourbangouly Berdymouhamedov à la présidence du Turkménistan en 2008, celui-ci a rebaptisé le Halk Maslahaty en Yachoulylar Maslahaty (Conseil des anciens en turkmène) et l’a dépouillé de tout pouvoir législatif. En 2020, l’organe devient la chambre haute du parlement, jusqu’ici exclusivement constitué du Mejlis, où siègent 125 députés élus tous les cinq ans. Le parlement devient alors bicaméral.

Pouvoir absolu

Il y a de fortes chances pour que la requête de l’ancien président soit acceptée, puisque les réformes constitutionnelles n’ont jamais reçu aucune opposition. Lors de la réunion du 11 janvier dernier, les participants ont tous « pleinement soutenu l’idée » d’après Chronicles of Turkmenistan.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Le Halk Maslahaty redeviendra alors un organe indépendant avec des pouvoirs conséquents. Il aura notamment la capacité de modifier la Constitution, mais aussi celle de déterminer la politique étrangère et intérieure du Turkménistan. Le Conseil regroupera tous les présidents des plus hautes autorités de l’Etat ainsi que les 125 députés et certains ministres.

Tous seront sous l’ordre de l’ancien président, qui s’assure ainsi une emprise totale sur l’appareil administratif turkmène. Selon les sources du service turkmène du média américain Radio Free Europe, Gourbangouly Berdimouhamedov avait commencé à réfléchir à cette réforme durant l’été 2022, afin de retrouver « le pouvoir absolu » et éviter de rester officiellement en marge de la hiérarchie du pouvoir.

Président par intérim

Car officieusement, l’ex-président maintient solidement son pouvoir sur l’Etat depuis que son fils a été élu. Celui qui a conservé son titre d’Arkadag (protecteur en turkmène) jongle entre plusieurs postes depuis que Serdar Berdimouhamedov l’a remplacé à la tête de l’Etat. Il alterne les positions de président de la chambre haute, son titre officiel, avec celui de président par intérim, explique Radio Free Europe.

Lire aussi sur Novastan : Le Turkménistan en cours de transition dynastique

Ce dernier assiste aux réunions gouvernementales et continue de rendre des visites officielles dans les différentes régions du pays. En septembre dernier, il représentait officiellement la partie turkmène lors du sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai à Samarcande, ou plus récemment accueillait les présidents azéri et turc dans la station balnéaire d’Avaza avant un sommet trilatéral.

D’après Koumouch Baïrieva, politologue turkmène interrogée par Radio Free Europe, « beaucoup ont déjà remarqué l’inexpérience de Serdar Berdimouhamedov dans les affaires d’Etat, il est manifestement mal à l’aise et a besoin de l’aide de son père comme mentor ».

En transformant le Halk Maslahaty, l’ex-président vise à officialiser sa supériorité hiérarchique et s’assurer la capacité de continuer à prendre toutes les décisions politiques importantes d’une manière plus appropriée.

Emma Collet 
Rédactrice pour Novastan

Relu par la rédaction 

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Share With:

emmacollet84@icloud.com

No Comments

Leave A Comment

Captcha loading...