Rustam Emomali Sénateur

Tadjikistan : le fils du président, déjà maire de Douchanbé, devient sénateur

Le 27 mars dernier, la candidature au poste de sénateur de Rustam Emomali a été acceptée à l’unanimité. À quelques mois de l’élection présidentielle prévue pour novembre  2020, cette nomination est une nouvelle étape dans l’ascension du maire de la capitale tadjike et renforce la thèse de la future succession de Rustam Emomali à la tête du pays.

L’ascension du fils du président tadjik n’en finit plus. Actuellement maire de Douchanbé, la capitale du Tadjikistan, Rustam Emomali, âgé de 33 ans, est désormais sénateur. Sa candidature a été acceptée à l’unanimité le 27 mars dernier, comme le rapporte le média tadjik Asia Plus. Les membres de l’assemblée du district – ou majlis – de la ville ont participé au vote. Rustam Emomali est lui-même membre du majlis de Douchanbé en tant que maire depuis avril 2017. Il devrait cumuler les deux postes.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Lire aussi sur Novastan : Tadjikistan : le fils aîné du président devient maire de Douchanbé

Derrière cette nouvelle fonction que s’apprête à exercer Rustam Emomali, de nombreux politologues et experts tadjiks voient le nouveau sénateur prochainement nommé président du Sénat, selon Asia Plus. Cette nomination ferait de lui le deuxième personnage le plus important du pays derrière le président tadjik, Emomalii Rahmon. L’article 71 de la Constitution tadjike précise qu’en cas de démission ou de décès du président, ses fonctions seraient temporairement transférées au président du Sénat.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Concernant la présidence de la République tadjike, l’élection aura lieu à l’automne 2020 et certains soulignent la perspective d’une candidature de Rustam Emomali. Comme le décrivait le média américain The Diplomat, si le président sortant, en poste depuis 1992, décidait de ne pas se présenter, son fils serait un remplaçant des plus plausibles. En 2016, par un amendement constitutionnel, Emomalii Rahmon a réduit l’âge minimal pour concourir à l’élection présidentielle de 35 à 30 ans. Rustam Emomali, âgé de 33 ans, pourrait donc légalement concourir à la succession de son père dans le cadre de cette élection.

Victor Nicolas
Rédacteur pour Novastan

Corrigé par Aline Simonneau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *