Ouzbékistan Israël Ambassade Ferouza Makhmoudora

Ferouza Makhmoudova, nouvelle ambassadrice de l’Ouzbékistan en Israël

Ferouza Makhmoudova a été nommée comme ambassadrice pour représenter l’Ouzbékistan en Israël, devenant ainsi la seule femme à occuper ce poste actuellement. Un choix marquant, alors que l’ambassade d’Israël est un poste important et que les deux pays entretiennent des relations culturelles et économiques non négligeables.

Un pas de plus vers l’égalité hommes-femmes en Ouzbékistan ? Le 19 juin dernier, Ferouza Makhmoudova a été nommée ambassadrice en Israël, a informé la chambre haute du parlement ouzbek par un communiqué. Diplômée d’universités allemande et ouzbèke, elle avait déjà occupé des fonctions au sein du ministère des Affaires étrangères.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

Cette décision a été saluée par des diplomates et politiques de tous horizons. En effet, il est rare qu’une femme occupe la fonction d’ambassadrice, car en Ouzbékistan comme ailleurs, cette fonction est très largement occupée par des hommes. Certains, dont le premier vice-Président du Sénat Sodiq Safoïev dans un tweet, ont même salué le fait que ce soit la première femme ambassadrice de l’Ouzbékistan.

Ferouza Makhmoudova compte cependant au moins une prédécesseure : Goulnara Karimova, qui avait été nommée ambassadrice à Madrid en 2010. Cependant, cette position était due à sa proximité avec le pouvoir, son père étant Islam Karimov, l’ex-président de l’Ouzbékistan entre 1991 et 2016. Ce poste était loin d’être le seul qui l’occupait, entre création de bijoux et gestion de sa manne financière. Les deux femmes, si elles ont bien eu la même fonction, sont donc radicalement différentes.

Lire aussi sur Novastan : Une femme gouverneure en Ouzbékistan, symbole des avancées féministes ?

Ferouza Makhmoudova remplace Oybek Echonov, ancien ambassadeur de l’Ouzbékistan en Israël, qui avait pris ses fonctions en 2008 et qui a contribué à la bonne entente des deux nations. Oybek Echonov a également souligné la difficulté de cette entreprise lors d’une interview accordée à The Jerusalem Post en 2016. « Être ambassadeur en Israël est très difficile. […] Israël est au cœur de l’actualité dans le monde, donc on a beaucoup de travail. Je représente un pays musulman, mais un qui est ami avec Israël », décrivait-il. 

Quelle relation entre Tachkent et Tel-Aviv ?

Loin de s’aligner sur les États musulmans du Golfe concernant la question israélienne, l’Ouzbékistan est effet en bons termes avec Israël. Cette entente puise notamment ses racines dans l’histoire : pendant la Seconde Guerre mondiale, certains juifs d’Europe sont allés trouver refuge en Ouzbékistan. Sur le long terme, il faut aussi noter que l’Ouzbékistan a un riche héritage juif, notamment dans la ville de Boukhara.

Lire aussi sur Novastan : Comment l’Ouzbékistan est devenu la Terre promise pour les Juifs

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

En plus de cet aspect culturel, Ferouza Makhmoudova devra reprendre un flambeau économique. En effet, Israël fait partie des pays ciblés par l’Ouzbékistan pour accroître le nombre de touristes. Depuis 2018, les ressortissants israéliens peuvent se passer de visa pour se rendre en Ouzbékistan. Une mesure qui vise à accroître le tourisme, aujourd’hui au cœur du développement économique ouzbek.

Lire aussi sur Novastan : L’Ouzbékistan va verser 3 000 dollars aux touristes qui contracteraient le coronavirus sur son territoire

Ce secteur a bien sûr été mis à mal par le Covid-19. Le 16 juin dernier, l’Ouzbékistan s’est tourné vers Israël pour mettre en place un tourisme adapté à la crise sanitaire. L’ambassadeur d’Israël a été accueilli et la question d’un tourisme sans risque sanitaire y a été abordée. Le compte-rendu officiel de cette réunion insiste fortement sur la volonté qu’a l’Ouzbékistan d’accueillir sans plus tarder des touristes israéliens. « La partie ouzbèke est prête à commencer un travail de reprise du tourisme bilatéral, en assurant aux touristes israéliens un maximum de confort et de sécurité. »

Héloïse Dross
Rédactrice pour Novastan

Relu par Aline Cordier Simonneau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *