Lac de Bourabay Nord Kazakhstan

Le Kazakhstan s’apprête à criminaliser les atteintes à l’environnement

Le 22 juillet dernier, le ministère de l’Écologie, de la Géologie et des Ressources naturelles du Kazakhstan a annoncé plusieurs mesures pour améliorer la protection des espaces naturels. Parmi elles, le renforcement des peines pour dommages environnementaux, jusqu’à la responsabilité pénale.

Dans une déclaration du 22 juillet dernier, le ministre de l’Écologie, de la Géologie et des Ressources naturelles du Kazakhstan Magzoum Mirzagaliev a annoncé un projet de loi pour durcir les sanctions contre les dommages environnementaux. Le média kazakh Vlast.kz a repris le contenu de cette déclaration.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

En poste depuis 2019, Magzoum Mirzagaliev dénonce les trop nombreuses dégradations intervenues dans le pays ces dernières semaines. Le ministre fait état de comportements « grossiers et cruels » et mentionne notamment la destruction du jardin botanique d’Almaty, la lapidation d’un phoque à Aktaou, ou encore des « montagnes d’ordures » sur les bords du lac Bourabay. Les sites naturels, où affluent de nombreux touristes chaque année, sont d’autant plus concernés par le rejet de déchets.

Le lac Kobeituz va devenir une zone naturelle protégée

C’est le cas du lac Kobeitouz, ou lac rose. Situé dans l’oblast d’Akmolinsk, qui entoure la capitale Nur-Sultan, le lac a été particulièrement endommagé ces derniers mois.

Lire aussi sur Novastan : Ce qu’il faut savoir sur le lac devenu rose au Kazakhstan

D’après le média russe Spoutnik, des déchets jonchent le rivage et certains visiteurs ont même roulé en voiture dans le lac, comme en témoigne la présence de traces de pneus. Des trous ont également été creusés pour en extraire sel et algues. En réponse, plusieurs personnes ont été poursuivies et condamnées au paiement d’une amende pour violation de la législation sur l’environnement.

L’accès au lac est fermé depuis le 20 juillet, et trois postes de surveillance ont été installés, comme l’explique le média kazakh Tengrinews, citant le département de police local.

En outre, Magzoum Mirzagaliev a annoncé l’attribution d’un statut spécial au lac Kobeitouz. Il deviendra une zone naturelle protégée, pour permettre à l’État de le prendre sous sa protection.

L’amélioration de la culture écologique des Kazakhs comme objectif   

Pour le ministre de l’Écologie, ces faits ne représentent que la partie immergée de l’iceberg et s’expliquent par la faible conscience écologique de la société kazakhe. Aussi, il entend développer la culture environnementale de la jeune génération par l’éducation.

Une opinion partagée par le président kazakh, Kassym-Jomart Tokaïev, qui avait fortement réagi sur Twitter aux récentes dégradations du lac Kobeitouz.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Le chef de l’État a ainsi chargé le ministère de l’Éducation d’introduire une matière dédiée à l’éducation environnementale dans les écoles, avec pour ambition d’apprendre aux enfants des comportements respectueux de la nature. Il s’agit du premier volet d’action du ministère.

Un projet de loi pour criminaliser les dommages environnementaux

La seconde approche consiste à renforcer les sanctions contre les dommages environnementaux. Vlast.kz précise que le régime des peines sera durci jusqu’à la responsabilité pénale. Si le projet de loi a été élaboré et sera présenté au parlement kazakh à l’automne prochain, son contenu n’a pas été davantage précisé par les autorités.

Sur le court terme, des raids auront lieu dans les parcs nationaux et les zones de loisirs ces prochains jours. Leur mission : repérer les comportements néfastes et sanctionner les contrevenants. Organisés en coopération avec le ministère de l’Intérieur, ils seront menés par des militants écologistes, eux-mêmes soutenus par les forces de l’ordre et les représentants ministériels.

Selon un communiqué du 25 juillet dernier, une expédition s’est déjà tenue à Bourabay et à Zeranda. Elle a permis d’identifier la présence de décharges sauvages, au sujet desquelles Magzoum Mirzagaliev tire la sonnette d’alarme. Il déplore le manque d’infrastructures d’enfouissement légales. Pour y remédier, le ministère soulèvera ces questions avec les autorités locales afin de construire de nouvelles décharges et usines de traitement conformes aux normes.

Ces récentes déclarations font espérer des améliorations quant à la préservation de l’environnement au Kazakhstan ; à voir lorsque les mesures annoncées rentreront en application.

Clotilde Rabault 
Rédactrice pour Novastan

Relu par Aline Cordier Simonneau

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *