Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

Kazakhstan : un documentaire s'interroge sur les prénoms féminins pour faire naître un garçon - Novastan Français Novastan | Kazakhstan : un documentaire s’interroge sur les prénoms féminins pour faire naître un garçon
Documentaire Kyzbolsyn jeune fille

Kazakhstan : un documentaire s’interroge sur les prénoms féminins pour faire naître un garçon

Un film documentaire s’est lancé au Kazakhstan à propos des femmes portant des prénoms avec le préfixe “oul”. Ce préfixe, qui veut dire “garçon” en kazakh, porte une signification : le souhait que le prochain enfant à voir le jour soit un homme.

Novastan reprend et traduit ici un article publié le 21 août 2020 par le média kazakh informburo.kz.

Au Kazakhstan, il existe un genre de prénoms féminins qui manifeste le désire d’avoir un garçon. Une croyance veut que si une fille est appelée par un de ces prénoms, l’enfant suivant sera un garçon. Il est estimé qu’un cinquième à un quart des Kazakhes sont nommées ainsi à leur naissance.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir en vous abonnant, en réalisant un don défiscalisé à 66 %, ou en devenant membre actif par ici.

Environ 300 prénoms sont concernés, les plus répandus étant Oulbolsyn, Oulkylsyn, Ouldana, Ouljalgas, Oulpan, Oulbala, Ouldaraï, Oultouar, Ouljan, Oultou, Oulmeken, Ouldarkhan, Bolgan, Toïgan ou encore Janyl. Un documentaire intitulé Kyzbolsyn (“qu’une fille naisse”, en kazakh) a été lancé au Kazakhstan pour y voir plus clair sur les conséquences d’un tel choix.

Vivre avec un nom qui signifie qu’à sa place était désiré un garçon

Pour en savoir plus, le média kazakh Informburo.kz a rencontré les créateurs du film et a tenté d’éclairer la relation ambiguë entre la société kazakhe et ses filles.

Katerina Souvorova, originaire d’Almaty, l’ancienne capitale kazakhe, est la réalisatrice du film. L’idée lui est venue quand elle a rencontré la grand-mère de son mari, qui s’appelle Oulbolsyn. Son prénom a alors soulevé beaucoup de questions chez la réalisatrice.

Katerina Souvorova réalisatrice Kyzbolsyn documentaire
Katerina Souvorova réalise le documentaire Kyzbolsyn.

“Je me suis imaginé ce que serait de porter un prénom voulant dire “que ce soit un garçon”. Comment passer toute sa vie avec cette étiquette ? A chaque fois que ce prénom est prononcé, tu comprends que tu n’as été qu’un second choix”, explique Katerina Souvorova.

“Mon but n’est pas d’aller à l’encontre de la tradition mais seulement de poser une question, cette tradition est-elle légitime alors que nous ne sommes pas en temps de guerre ? Les garçons sont toujours essentiels ou nous portons un regard différent sur la chose? Le rôle de mon film est de comprendre comment peut-on vivre avec un prénom qui dit que tu n’es pas une femme ?”, ajoute la réalisatrice. Pour Katerina Souvorova, porter un tel prénom ne signifie pas que la fille sera dépourvue de l’amour parental. Cela signifie que la famille veut un garçon.

“A l’école, on nous apprend à être égaux, et soudainement, les membres de notre propre famille regrettent que ne soit pas né un garçon

Chacune des protagonistes choisies par l’équipe du film, vivant à l’intérieure comme à l’extérieure des frontières kazakhes, vit son prénom d’une façon unique. “Certaines désirent changer de prénom, d’autres sont heureuses de se sentir garante de l’arrivée futur d’un garçon”, décrit Katerina Souvorova.

“Nous avons d’abord choisi les vingt personnes les plus intéressantes, avant d’en garder qu’entre sept et dix. En ce temps de quarantaine, nous devons attendre un peu, alors nous travaillons sur le scénario et préparons le tournage”, explique la réalisatrice, alors que le Kazakhstan n’a pas échappé au coronavirus. “Nous ne voulons pas seulement arriver et filmer une interview mais côtoyer nos héroïnes pendant six mois afin de montrer leur quotidien et les difficultés imputés à leur prénom”, affirme Katerina Souvorova.

Jeune fille documentaire Kyzbolsyn
Plan du film Kyzbolsyn.

Les femmes ont réagi de diverses façons à la proposition d’apparition dans le film. Beaucoup se sont senties gênées par la présence de la caméra.

“A l’école, on nous apprend à être égaux, et soudainement, les membres de sa propre famille regrettent que ne soit pas né un garçon. Regarder ce film va nous offrir la possibilité de débattre sur ces histoire et alors ces enjeux vont toucher une plus grande part de la population“, estime Katerina Souvorova. “Il se peut que petit à petit nous comprendrons que la société ne sortira que gagnante du fait de mettre les deux genres au même niveau”, ajoute la réalisatrice.

Kyzbolsyn documentaire repas
Plan du film Kyzbolsyn.

La sortie du film est prévue pour 2021. Il s’agira d’un long-métrage de 70 à 90 minutes pour qu’il puisse être diffusé dans les salles de cinéma et présenté à des festivals.

Au Kazakhstan, 12 000 filles portent un prénom signifiant le souhait d’un garçon

Selon le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), les prénoms avec la préfixe “Oul” ont concerné 75 400 femmes entre 1905 et 2019. La décennie entre 2010 et 2019 a concentré 12 264 naissances, soit une baisse par rapport à la génération précédente. L’UNFPA est partenaire du documentaire.

Kyzbolsyn documentaire jeune fille
Plan du film Kyzbolsyn.

“J’ai rentré le prénom Oulbolsyn dans Facebook et VKontakte et trouvé beaucoup de profils, des grand-mères comme des filles d’une dizaine d’années. C’est cela que nous souhaitons montrer à travers le film, que c’est une tradition encore bien présente et qui vit à travers des femmes de tout âge à travers le pays”, continue Katerina Souvorova.

Le rapport de l’UNFPA a démontré que sur les dix dernières années, la naissance de ces filles a pour la plupart des cas été suivie par la naissance d’un garçon. Dans certains autres cas, la naissance suivante a été celle d’une fille.

Le tiers du budget du film provient du gouvernement suisse

Le tournage du film dépasse le budget initialement prévu, ce qui pousse l’équipe du film à chercher des sponsors. En effet, l’équipe doit non seulement sillonner tout le Kazakhstan mais aussi se rendre jusqu’à Barcelone. “Nous voulons montrer à l’écran une fille vivant à l’étranger et comment elle parle de son prénom à ses amis issus d’une autre culture”, raconte Katerina Souvorova.

Le film est soutenu par l’UNFPA, qui lui a octroyé une subvention venant de Suisse. “Julia Walesa, représentante de l’UNFPA au Kazakhstan a évoqué le film auprès de ses collègues. L’information est remontée jusqu’à Christa Felder, la consul suisse au Kazakhstan. Ainsi, le consulat suisse nous a financé le tiers du budget alloué au tournage”, confesse la réalisatrice.

Jeunes filles Kyzbolsyn documentaire
Plan du film Kyzbolsyn.

La réalisatrice a sollicité un coup de pouce financier de la part du Centre d’Etat de soutien au cinéma national mais la demande reste encore sans réponse. “Pour moi, les films doivent précisément être appuyé par des mécènes kazakhs. C’est très flatteur de voir le projet soutenu au niveau international mais il me semble que les investisseurs kazakhs doivent aux aussi prendre part au film”, souligne Katerina Souvorova.

“Dès leur tendre enfance, les parents font comprendre aux filles qu’elles n’ont pas la même valeur que les garçons”

La tradition mise en cause remonte au Moyen-Âge. A cette époque, les nomades étaient en conflit constant avec leurs voisins et avaient besoin de plus d’hommes que de femmes pour les envoyer à la guerre. La gente féminine était cantonnée à un second rang et perçue comme une ménagère et pourvoyeuse d’enfants.

“Les hommes étaient effectivement indispensable à la survie de nos ancêtres. Mais au XXIème siècle, les aboutissements dans les domaines de la science, l’art ou le sport n’ont jamais été aussi avancés . Des enfants talentueux naissent aussi bien chez les garçons que chez les filles. Désormais, il n’y a pas de priorité économique, sociale ou politique pour donner naissance à des garçons plus qu’à des filles”, estime Khalida Ajigoulova, directrice du Centre de recherche sur les droits de l’Homme, l’inclusion et la société civile à l’Université technologique d’Eurasie.

La chercheuse a d’ailleurs relevé trois grands problèmes que rencontrent les filles concernées dont le premier est la discrimination sexuelle. “En nommant ainsi son enfant, la famille montre à la fille et à sa mère qu’un garçon était davantage attendu, qu’elles n’ont pas répondu aux attentes du père et du reste de la famille. Il n’y a pas d’équivalent masculin à ses prénoms”, décrit Khalida Ajigoulova.

Deuxièmement, l’enfant peut être atteint psychologiquement. Alors que qu’elle grandit, elle comprend la signification de son prénom. Couplé à un manque d’attention de la part des parents, elle peut développer un sentiment de culpabilité de ne pas être née garçon. Dans certains cas, cela peut laisser des séquelles psychologiques. Un grand nombre de ces filles peuvent compenser ce sentiment en se comportant comme un garçon pour montrer qu’elles ne valent pas moins qu’eux.

Khalida Ajigoulova, également militante des droits de l’Homme, considère que nommer de cette façon leur fille est une forme d’harcèlement venant des parents. “Il s’agit d’une agression passive. Dès l’enfance, les parents ne mettent pas au même rang leur fille et un garçon. De ce point de vue, il s’agit d’un violation du droit de l’enfant au respect en tant que personne quel que soit son sexe”, explique la chercheuse.

Le troisième problème est la pression psychologique que subit la mère de l’enfant. Nommer pareillement le nouveau-né implique que la mère doive enfanter jusqu’à ce qu’un garçon naisse, ce qui ne coïncide pas toujours avec sa volonté. “Cette situation peut elle aussi être considérée comme une contrainte psychologique. Certaines circonstances peuvent aboutir à des viols pour donner naissance à un garçon. C’est en ce point que les droits de l’Homme et les traditions se contredisent”, décrit Khalida Ajigoulova.

Kyzbolsyn jeune fille documentaire
Plan du film Kyzbolsyn.

Pour y remédier, Khalida Ajigoulova propose d’adopter une réponse globale. Il ne faut pas blâmer les parents mais passer par des interventions dans les écoles traitant les sujets des droits de l’Homme, de l’égalité et de la liberté. Il n’y a toujours pas de formation juridique au Kazakhstan.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

“Il est nécessaire d’introduire des cours sur les droits de l’Homme dès la premier année de scolarité. A travers un discours adapté à leur âge, s’agit de leur faire comprendre qu’un traitement inégal des garçons et des filles n’est pas juste”, estime Khalida Ajigoulova. “Si ils comprennent dès l’enfance qu’ils n’y pas de différences en termes de droits, alors ils grandissent dans le respect d’autrui, personne ne se considèrera supérieur ou inférieur” ajoute la chercheuse.

A ses yeux, la génération future doit comprendre que toutes les traditions ne sont pas bonnes à perpétuer. Il faut leur porter un regard critique selon les nouvelles conjonctures sociales, économiques et politiques. Enfin, les enfants ne doivent pas être prisonniers des mécaniques discriminatoires.

Le suivi de l’avancement de Kyzbolsyn sur les réseaux est possible avec le hashtag #QyzBolsyn ou sur le compte du studio @TihiySvet et de la réalisatrice @katyathezoo.

Jadra Joulmoukhametova
Journaliste pour Informburo.kz

Traduit du russe par Daniel Le Botlan

Édité par Nazira Zhukabayeva

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *