Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

« A Dark, Dark man » : le parcours initiatique d'un policier solitaire Novastan | « A Dark, Dark man » : le parcours initiatique d’un policier solitaire
A Dark-Dark Man Kazakhstan Film France Sortie Critique

« A Dark, Dark man » : le parcours initiatique d’un policier solitaire

Le septième film du cinéaste kazakh Adilkhan Yerzhanov, A Dark, Dark man, est sorti le 14 octobre dans les salles françaises. Il narre le retournement progressif d'un policier corrompu contre l'injustice, dans un paysage austère aux couleurs hivernales.

Dans la campagne du Kazakhstan, un enfant, orphelin, a été violé et tué. La police mène l'enquête, ou plutôt, fait semblant de la mener. Le coupable est tout trouvé : on choisira le simplet du village, Pukuar (Teoman Khos) pour le charger d'un crime qu'il n'a pas commis. Pourquoi ne pas tout simplement inculper les vrais responsables du drame ? Le spectateur de A Dark, Dark man découvre, notamment grâce à la parole d'un enfant témoin, que le meurtrier est une figure politique locale, qui exerce le pouvoir de façon autoritaire.

Pour son septième film depuis 2011, dans les salles françaises depuis le 14 octobre dernier, le réalisateur kazakh Adilkhan Yerzhanov a voulu entrer dans le quotidien des villages au Kazakhstan. Le film connaît de nombreux changements de rythme, oscillant entre des scènes lentes et feutrées – parfois violentes – et des scènes rapides et brutales.

Le rapport de force au cœur du film

Le rapport de force est un axe central du . . .

 


...Le reste de cet article est réservé aux abonné-e-s de Novastan. Pour accéder à tous nos articles et soutenir le seul média français sur l'Asie centrale, vous pouvez vous abonner en cliquant ici. Vous pouvez nous essayer à partir d'1 euro par mois ! Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement à notre newsletter résumant nos articles, envoyée tous les lundis.

Déjà abonné-e ? Connectez-vous par ici.

 

Partager avec